Lui n°108 janvier 1973
Lui n°108 janvier 1973
  • Prix facial : 4 F

  • Parution : n°108 de janvier 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 106 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial Catherine Deneuve.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
COI J FCFION LA SEPTIEME FACE DU DE PAUL DELVAUX EDITK)NS FILIPACJCHI VENTE EN LIBRAIR IE.48 F. ARANDA La méthode Rothschild ? s'asseoir sur les valeurs (Suite de la p.90.) Marcel Dassault la technique qui consiste à vendre aussitôt qu'une action baisse si peu que ce soit. C'est évidemment une bonne méthode  : le retour des dents de scie petit faire perdre beaucoup d'argent sur une grosse fortune, du moins ce principe évite-t-il la ruine. Mais on ne petit jouer ainsi qu'avec un très gros portefeuille, bien géré, pour pouvoir aussitôt compenser les pertes. Avec peu d'argent, on ne peut résister à une succession ininterrompue de petites chutes sans contreparties. M. Rothschild, je parle de l'aïeul, avait une méthode tout à fait différente. Il gagnait, disait-on, de l'argent avec son derrière, et cette formule ne cachait rien de malhonnête. Il s'agit. simplement, de bien choisir une valeur qui semble promise à un bel avenir, et s'asseoir dessus, sans en bouger quoi qu'il arrive. Il est même préférable de ne pas lire la cote et de ne surtout pas se soucier des baisses provisoires, avanies, avatars qui guettent toutes les valeurs. Quand l'achat est bon, tine action peut doubler en deux ou trois ans. C'est à ce moment-là qu'il faut songer à vendre. De telles hausses sont f réquentes sur le marché de New York. Il faut savoir choisir, et parfois, avec sa simple intuition  : les gens qui ont eu, il y a dix ans, le génie c'était hien du génie d'investir dans de jeunes firmes d'ordinateurs balbutiantes, les Xerox, Burroughs, Polaroid, I.h.rt., Control Data, ont bâti aujourd'hui des empires. Mais ils se sont assis, sans bouger, sur leurs actions pendant (les années. La méthode Rothschild a fait ses preuves. Elle est recommandée à ceux qui ne sont pas des super-spécialistes. A condition qu'ils aient du nez. Enfin, lorsque tout va mal, il existe encore un moyen de faire de beaux profits. Il faut placer dans le chewing-gum à la Bourse de New York. Quand Wall Street a des ennuis, l'Amérique a des soucis et cent millions de personnes calment leurs nerfs avec de la gomme à mâcher. Les actions du bubble gum montent d'autant plus rapidement que toutes les autres descendent vite. Dernier détail  : ne jouez jamais avec de l'argent dont vous auriez besoin pour vivre ou être heureux. C'est trop dangereux. La Bourse n'est pas faite pour les petits poissons. Gabriel Aranda.
CURNONSKY Cur ne faisait qu'un repas par jour (Suite de la p.64.) cette muse de son mieux-vivre ? Une robuste veuve du Finistère qui, selon Curnonsky, savait coudre, tricoter, ravauder, repasser, repriser, blanchir, traire les vaches, les mener au pré, soigner les bc - tes, élever poules et lapins, engraisser le cochon, jardiner, laver la vaisselle, fourbir les casseroles. En plus, elle avait le génie de la cuisine. Elle accueillit Curnonsky comme demipensionnaire. « Et s'il arrivait que j e ne puisse plus vous payer ? o... « Alors, mon Prince, dit la Bretonne dont Curnonsky avait lancé le restaurant vingt ans auparavant, quand on a aidé à bâtir la maison, on a bien droit à une ardoise. » Là, il est à son aise, Le Prince, dan, cette chaumière, redécouvre la simplicité qu'il n'avait cessé de vanter. Il retrouve le goût des plats simples d'une enfance rêvée. Curnonsky tranche, dans le silence, des points épineux de doctrine ; il faut lui être reconnaissant d'avoir séparé l'art (le se bien nourrir de la clinquante cuisine d'apparat. « Savez-vous, (lit-il, ce que c'est qu'un ragoût de congre, un pain de poireaux, tine tarte à la rhubarbe, une galette ? Ces humbles plats me plaisent tout autant que les gâteaux de foies blonds de volaille à la sauce Nantua, les écrevisses cardinalisées de Monsieur le Prieur, ou l'oreiller de la Belle Aurore. On s'avise même que l'on a beaucoup moins soif entre les repas quand on boit moins en mangeant. » Après la guerre, le Prince des gastronomes toujours bon enfant, se retrouve à contre-courant. Il espère surtout, donner maintenant à ses contemporains une leçon de lenteur, à travers la cuisine. Il sait que l'on n'obtient pas un bols pot-au-feu en un quart (l'heure, ni un cassoulet en trente minutes. Il se veut « sérieux comme un Pape qui boit du bouillon avec une fourchette ». Il ne fait plus qu'un seul repas par jour. Il se lève vers trois heures de l'après-midi, et, comme un athlète, garde ses forces pour l'épreuve du fameux dîner quotidien. « Je dois ma robuste santé à la pratique raisonnée de tous les excès, et à l'abstention de tous les sports. » Il demeure le compagnon rêvé des agapes. Car le plus (Suite page 94 Photo Gonln Ch. MAILLA RD Pub. 88 EXTRA ifKRITE tiGEI ? VIN MOUSSEUX BRUT DE BRUT OU DEMI-SEC OI%Q givre et Nouveau... le quart KRITER Si agréable et si pratique pour l'apéritif 11.100 LE COFFRET DE) QUARTS POUR LE Pell (D'UNE SIX/TEILLE MITER BRUT DE MUT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 108 janvier 1973 Page 1Lui numéro 108 janvier 1973 Page 2-3Lui numéro 108 janvier 1973 Page 4-5Lui numéro 108 janvier 1973 Page 6-7Lui numéro 108 janvier 1973 Page 8-9Lui numéro 108 janvier 1973 Page 10-11Lui numéro 108 janvier 1973 Page 12-13Lui numéro 108 janvier 1973 Page 14-15Lui numéro 108 janvier 1973 Page 16-17Lui numéro 108 janvier 1973 Page 18-19Lui numéro 108 janvier 1973 Page 20-21Lui numéro 108 janvier 1973 Page 22-23Lui numéro 108 janvier 1973 Page 24-25Lui numéro 108 janvier 1973 Page 26-27Lui numéro 108 janvier 1973 Page 28-29Lui numéro 108 janvier 1973 Page 30-31Lui numéro 108 janvier 1973 Page 32-33Lui numéro 108 janvier 1973 Page 34-35Lui numéro 108 janvier 1973 Page 36-37Lui numéro 108 janvier 1973 Page 38-39Lui numéro 108 janvier 1973 Page 40-41Lui numéro 108 janvier 1973 Page 42-43Lui numéro 108 janvier 1973 Page 44-45Lui numéro 108 janvier 1973 Page 46-47Lui numéro 108 janvier 1973 Page 48-49Lui numéro 108 janvier 1973 Page 50-51Lui numéro 108 janvier 1973 Page 52-53Lui numéro 108 janvier 1973 Page 54-55Lui numéro 108 janvier 1973 Page 56-57Lui numéro 108 janvier 1973 Page 58-59Lui numéro 108 janvier 1973 Page 60-61Lui numéro 108 janvier 1973 Page 62-63Lui numéro 108 janvier 1973 Page 64-65Lui numéro 108 janvier 1973 Page 66-67Lui numéro 108 janvier 1973 Page 68-69Lui numéro 108 janvier 1973 Page 70-71Lui numéro 108 janvier 1973 Page 72-73Lui numéro 108 janvier 1973 Page 74-75Lui numéro 108 janvier 1973 Page 76-77Lui numéro 108 janvier 1973 Page 78-79Lui numéro 108 janvier 1973 Page 80-81Lui numéro 108 janvier 1973 Page 82-83Lui numéro 108 janvier 1973 Page 84-85Lui numéro 108 janvier 1973 Page 86-87Lui numéro 108 janvier 1973 Page 88-89Lui numéro 108 janvier 1973 Page 90-91Lui numéro 108 janvier 1973 Page 92-93Lui numéro 108 janvier 1973 Page 94-95Lui numéro 108 janvier 1973 Page 96-97Lui numéro 108 janvier 1973 Page 98-99Lui numéro 108 janvier 1973 Page 100-101Lui numéro 108 janvier 1973 Page 102-103Lui numéro 108 janvier 1973 Page 104-105Lui numéro 108 janvier 1973 Page 106-107Lui numéro 108 janvier 1973 Page 108-109Lui numéro 108 janvier 1973 Page 110-111Lui numéro 108 janvier 1973 Page 112-113Lui numéro 108 janvier 1973 Page 114