Lui n°108 janvier 1973
Lui n°108 janvier 1973
  • Prix facial : 4 F

  • Parution : n°108 de janvier 1973

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (212 x 269) mm

  • Nombre de pages : 114

  • Taille du fichier PDF : 106 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial Catherine Deneuve.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 110 - 111  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
110 111
CIII VIT X808 60I) 1 La Maserati K Bora » Le dernier Salon de Turin avait manifestement tin petit air morose. Il contrastait avec ceux des années précédentes, lesquels étaient enjoués, fantaisistes Ft créateurs en diable. Est-ce parce vie « l'absentéisme » chronique de la inain-d'oeuvre italienne (et turinoise) pèse finalement lourd clans l'économie automobile de ce pays ? Est-ce parce que ce Salon, comme tant d'autres en Europe, ne sera plus, dorénavant, que bisannuel, et que certains, dès lors, préfèrent attendre et voir ?... Est-ce, enfin, parce que la sécurité et la pollution, ces deux « ukases » à la mode empêchent la recherche automobile actuelle de progresser stir des bases plus réalistes ? Toujours est-il que le coeur n'y était pas, la volubilité non plus. Bien sûr, il y avait la « nouvelle » petite Fiat 126, urbaine, dont les chroniqueurs étaient pourvus afin de vaquer à leurs occupations. Il y avait aussi la nouvelle Lancia, baptisée « Beta » (avec tout ce que cette appellation entraîne, chez nous, de commentaires). Et il y avait même, chez les carrossiers, les fameuses pin-up de service, prêtes à toutes les contorsions (sur le capot, sur le toit, au travers des portières, dans le coffre), afin de présenter leur meilleur profil aux pliotographes présents. Mais c'est justement là (chez les carrossiers !) , eux qui f ont en général l'attraction principale du Salon de Turin, que les choses paraissaient particulièrement figées, voire ternes. Ainsi, que Pininfarina expose, glorieusement, la Peugeot 104 (son oeuvre). c'est déjà symptomatique  : que le nouveau 110 coupé « Longchamp », de chez De Tomaso, soit avant tout tine voiture destinée à répondre aux normes américaines (non pas celles de la beauté, mais plus prosaïquement, celles d'une sécurité qui tourne, làbas, à l'obsession, eux qui roulent sur plus de 60.000 kilomètres d'autoroutes à quatre voies à 65 km/h). cela encore, c'est un signe  : et qu'enfin Bertone propose un coupé « 2 + 2 » qui n'est qu'une répétition de ce que l'on a déjà vu maintes fois par ailleurs et même chez lui dénote un attentisme plus que prudent ou un manque d'audace qui déçoit beaucoup. Et puis, miracle, il y a Giorgetto Giugiaro, c'est-à-dire maintenant « Ital Design ». Et la merveilleuse petite bête qu'il a dessinée polir Colin Chapman, pour Lotus, est un chef-d'oeuvre d'équilibre, de raffinement et d' « esprit »  : c'est du reste son nom, « en français dans le texte ». Un vrai 267 km/h ! Et, comme par hasard, Giugiaro est aussi le couturier de la récente Maserati Bora, qui trônait en ce Salon turinois, avec un certain défi  : plus de deux ans après son dessin, elle demeure l'une des plus belles, l'une des plus prestigieuses... C'est même une sorte d'étalon. Et, pour ma part, je la préfère à la nouvelle « Marsak » petite Maserati qui a gardé la caisse de la Bora. mais sans l'arrière vitré, et dont la mécanique est celle de la « S.ni. » moteur et direction. Mais sans doute suis-je influencé par ce qui est sous... la robe de la Bora, c'est-à-dire par ce « `'8 » central, placé en avant de l'essieu arrière, qui développe 310 Cv à 6.000 tr/mn pour 4.719 cm3, et qui est, dans son classicisme, l'un des plus « beaux » moteurs qui aient été construits. Une suspension élaborée comme peu le sont grâce aux barres stabilisatrices ; des freins à disques ventilés, commandés hydrauliquenient à haute pression, avec double circuit, et dont la pédale se règle. elle aussi. hvdrauliquement (comme tout le pédalier. accélérateur, embrayage, frein)  : une direction qui est à amortisseur (mais non assistée), et dont le volant est réglable en diverses positions  : un siège - - - qui monte et qui descend. et bascule électriquement), modèle de moule morphologique  : l'air conditionné, indispensable pour ce genre de véhicule rapide  : tine boîte « L.f. » de cinq rapports qui vous fait pa.i ser progressivement niais à quel rythme de 0 à 85 en première, jusqu'à 140 en seconde, à 190 en troisième et à 235 en quatrième  : avec tout cela en main et sous les pieds, sans appréhension, dans un confort tempéré de ce qu'il faut d'agressivité, rien d'étonnant à ce eue ce fauve là puisse atteindre, sans que l'on s'en rende vraiment c o m p te, un bon, vrai et franc 267 km/h (chronométré en fin d'une cinquième alors que toute la circulation autoroutière alentour se fige dans une moyenne d'à peu près 150 km/h... Une technique admirable C'est génial ! Mais je me demande toutefois si certaines automobiles ne vous conviennent pas mieux que d'autres, comme il en est de certaines vestes de tweed. J'ai eu de grandes joies avec des italiennes similaires, des allemandes presque comparables. et parfois des britanniques remarquables. La Bora me va comme un gant ! Et si je la comprends très bien, je crois que c'est réciproque. Elle est, (le toute façon, indulgente. Ainsi. malgré mon mètre quatre-vingts, je suis vivement, automatiquement, électroniquement bien en place, au millimètre près. La visibilité, sur route du moins, est celle que j'attends et tout me « tombe » sous la main salis tâtonnement hasardeux. La boîte ne rechigne pas à des « descentes » rapides, les rapports s'enclenchent sans regimber et tout cela s'effectue dans la volupté. Déchaîner la formidable cavalerie des 310 Cv, afin d'atteindre les 400 premiers mètres, départ arrêté, en quelque 15 secondes, et les 1000 mètres en tin peu moins de 27 secondes, est tine expérience qui laisse pantois. Cette mécanique ne produit pas seulement de la « vitesse » mais elle a aussi du nerf, une énergie instantanée  : c'est du cent mille volts. Et ce n'est pas tout  : dès que l'on aborde une route sinueuse, déserte comme il se doit, on pourrait craindre que cette masse de 1 500 kg, malgré son encombrenient réduit (longueur  : 4.33 ni. hauteur 1.13 ni), devienne pataude et maladroite. Or il n'en est rien et la Bora virevolte avec tine aisance de ballerine, déconcerte par son agilité, sa technique admirable. Si l'on veut que l'arrière décroche, il décroche, survire, mais jamais audelà de ce qu'il faut. Et si vous es-
timez qu'une Maserati ne doit pas avoir un maintien d'exhibitionniste. à certaines vitesses élevées, elle obéira, et restera sur sa trajectoire, avec toute la morgue des félins... Les sommets de la conduite Une chose encore est étonnante  : l'extrême souplesse du moteur. Si, à 5 000 t/m juste, on est surpris de naviguer à une vitesse de « croisière » de 240 km/h, on peut tout aussi bien (et sur ce même cinquième rapport) se maintenir à un règlementaire 110. Mieux encore  : si vous ne tenez pas à rétrograder (au choix  : sur la quatrième, la troisième, la seconde). une simple Ares-. sion du pied et les quatre carburateurs double corps, les quatre arbres à cames en tête, vous entraînent « allegro vivace » vers des sommets qui donnent une certaine idée de la vitesse. Le freinage est de ceux avec lesquels il n'y a pas de blocage possible, et si, à 250 km/h, il ne m'a fallu que 300 mètres pour arrêter la Bora, il n'y eut pas sur cette distance, le moindre entrechat, le plus petit déport. Des reproches mesquinsAlors. c'est le chef-d'oeuvre du siècle ? Non pas, évidemment. Mais les rares reproches que l'on est en droit d'opposer à cette « somme » de qualités sont bien mesquins, voire puérils. Et si je dis qu'il est « in-ad-missible » qu'il n'y ait pas de projecteurs-avertisseurs de jour. en plus des phares qui sont sous une trappe (et qu'il faut donc ouvrir. perdant ainsi de la vitesse), j'aurais l'air de faire le malin, celui qui veut critiquer à tout prix. Je sais bien  : pour 12 millions et demi, mon cher Alfieri aurait bien pu placer ces projecteurs, en prime. Et puis quoi  : si cette « option » n'est pas à la portée du quidam qui prend livraison de la Bora, lui qui n'hésite pas à dépenser 26 litres de super tous les 100 kilomètres d'autoroute, c'est à désespérer des'fanatiques. Car il faut l'être  : on ne dira rien s'il faut louvoyer « au jugé », si la visibilitc Fers l'arrière e s t pratiquement inexistante. si le siège hydraulique ne se lève pas toujours, si le volant cache souvent une partie des cadrans, si le capot arrière est affreusement lourd à soulever, etc. Tout cela n'est guère important. La Maserati Bora est un vrai a tapis volant » ! Pierre Il'esi. e monde des GRA\DS MUSEES présente dans sa nouvelle série 61 biographies 96 illustrations tout en couleurs En vente chez les marchands de journaux. Art et Média, supermarché de la Pub, 47-55, rue Greneta, Paris-2e  : Babytrain, 9 ter, rue du Petit-Pont, Paris-5e ; Carvil, 67, rue Pierre-Charron, Paris-8e, 20, avenue Victor- Hugo, Paris-16e ; Galerie des 4 mouvements, 44, rue de l'Université, Paris-7e ; Galerie Locatoile, 28. rue ADRESSES SHOPPING ADRESSES Carvil. 67, rue Pierre-Charron, Paris- 8t'  : Charles Jourdan, 22, avenue Victor-Hugo, Paris-16e ; Charvet, 8, place Vendôme, Paris-1 er ; France Faver, 79, rue des Saints-Pères, Paris-6e ; Franck Nat, rue Saint-Sulpice, Paris- 6e ; Harvard, 120, rue de la Pompe, Paris 16e ; jap, 2, rue du Cherche-Midi, Paris-6e, 28, passage Choiseul. Pa- Pierre-Lescot, Paris-ler ; Galerie Multitude, 7, rue de Luynes, Paris- 7e ; Galerie Pequiniot, 21, avenue du Maine, Paris-15e ; Maralex, 1, rue de la Pompe, Paris-16e ; Robot, 4, avenue de la Division-Leclerc, 92-Antony ; Western House, 13, avenue de la Grande-Armée, Paris-16'. MODE ris-2e ; Jean-Loup Saint-Roch, 56. avenue Paul-Doumer. Paris-16e ; Janroll, 10, rue du Four, Paris-6e ; Lupin, 17, rue Chomel, Paris-7e ; Man's, 147, boulevard Saint-Germain, Paris-6e ; Renoma, 129 bis, rue de la Pompe, Paris-16e ; Repetto, 22, rue de la Paix, Paris-ler ; Sonia Rykiel, 6, rue de Grenelle, Paris-6e. 111



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 108 janvier 1973 Page 1Lui numéro 108 janvier 1973 Page 2-3Lui numéro 108 janvier 1973 Page 4-5Lui numéro 108 janvier 1973 Page 6-7Lui numéro 108 janvier 1973 Page 8-9Lui numéro 108 janvier 1973 Page 10-11Lui numéro 108 janvier 1973 Page 12-13Lui numéro 108 janvier 1973 Page 14-15Lui numéro 108 janvier 1973 Page 16-17Lui numéro 108 janvier 1973 Page 18-19Lui numéro 108 janvier 1973 Page 20-21Lui numéro 108 janvier 1973 Page 22-23Lui numéro 108 janvier 1973 Page 24-25Lui numéro 108 janvier 1973 Page 26-27Lui numéro 108 janvier 1973 Page 28-29Lui numéro 108 janvier 1973 Page 30-31Lui numéro 108 janvier 1973 Page 32-33Lui numéro 108 janvier 1973 Page 34-35Lui numéro 108 janvier 1973 Page 36-37Lui numéro 108 janvier 1973 Page 38-39Lui numéro 108 janvier 1973 Page 40-41Lui numéro 108 janvier 1973 Page 42-43Lui numéro 108 janvier 1973 Page 44-45Lui numéro 108 janvier 1973 Page 46-47Lui numéro 108 janvier 1973 Page 48-49Lui numéro 108 janvier 1973 Page 50-51Lui numéro 108 janvier 1973 Page 52-53Lui numéro 108 janvier 1973 Page 54-55Lui numéro 108 janvier 1973 Page 56-57Lui numéro 108 janvier 1973 Page 58-59Lui numéro 108 janvier 1973 Page 60-61Lui numéro 108 janvier 1973 Page 62-63Lui numéro 108 janvier 1973 Page 64-65Lui numéro 108 janvier 1973 Page 66-67Lui numéro 108 janvier 1973 Page 68-69Lui numéro 108 janvier 1973 Page 70-71Lui numéro 108 janvier 1973 Page 72-73Lui numéro 108 janvier 1973 Page 74-75Lui numéro 108 janvier 1973 Page 76-77Lui numéro 108 janvier 1973 Page 78-79Lui numéro 108 janvier 1973 Page 80-81Lui numéro 108 janvier 1973 Page 82-83Lui numéro 108 janvier 1973 Page 84-85Lui numéro 108 janvier 1973 Page 86-87Lui numéro 108 janvier 1973 Page 88-89Lui numéro 108 janvier 1973 Page 90-91Lui numéro 108 janvier 1973 Page 92-93Lui numéro 108 janvier 1973 Page 94-95Lui numéro 108 janvier 1973 Page 96-97Lui numéro 108 janvier 1973 Page 98-99Lui numéro 108 janvier 1973 Page 100-101Lui numéro 108 janvier 1973 Page 102-103Lui numéro 108 janvier 1973 Page 104-105Lui numéro 108 janvier 1973 Page 106-107Lui numéro 108 janvier 1973 Page 108-109Lui numéro 108 janvier 1973 Page 110-111Lui numéro 108 janvier 1973 Page 112-113Lui numéro 108 janvier 1973 Page 114