Lui n°107 décembre 1972
Lui n°107 décembre 1972
  • Prix facial : 5 F

  • Parution : n°107 de décembre 1972

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Presse-Office S.A.

  • Format : (213 x 268) mm

  • Nombre de pages : 216

  • Taille du fichier PDF : 183 Mo

  • Dans ce numéro : entretien privé avec Jean-Jacques Servan-Schreiber.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
JEAN-JACQUES SERVAN-SCHREIBER " J'adore mes quatre fils. Je les vois chaque matin et chaque soir, c'est un devoir dont je profite et c'est une joie " première... Je crois vraiment que l'homme politique doit donner l'exemple et qu'il doit surtout avoir le souci non pas d'occuper telle ou telle fonction, niais de donner envie aux gens de faire eux-mêmes quelque chose pour leur propre vie, pour leur propre destin. Donc les qualités d'un homme politique sont (les qualités exemplaires, autrement (lit, il doit donner l'exemple... se dévouer a quelque chose, s'y donner, être capable de comprendre une priorité. Un leader politique, pour moi, c'est Gandhi par exemple, ou Roosevelt, comme entrepreneur. je crois que la f onction politique est en train d'évoluer, d'évoluer très vite et qu'elle sera de moins en moins une fonction de commandement et de plus en plus une fonction d'exemple. Lui Vous n'aimez pas parler de vos qualités, quel est selon vous, votre principal défaut ? Servan-Schreiber La passion... J'ai sûrement (les tas (le défauts, niais le principal, c'est sûrement la passion, c'est-à-dire que lorsque quelque chose nie révolte je ne me modère pas assez. Je suis mi homme profondément modéré, non violent et pourtant ma passion donne parfois le sentiment extérieur de la brutalité  : alors ça c'est un défaut politique qu'il faut essayer de cerner et de canaliser. Lui Vous n'avez pas l'impression de vous être assagi depuis deux ans Quand on pense à l'enlèvement de Theodorakis, ou à votre bagarre contre Chaban, à Bordeaux... Servan-Schreiber Non. Et je ne regrette ni la libération de Theodorakis, ni l'attaque, contre Chaban. Les faits. je crois, m'ont donné raison. Lui Chaban a quand même gagné à Bordeaux ! Servan-Schreiber Il a gagné à Bordeaux mais perdu en France, depuis le mois (le juillet dernier. Il est tombé sous le coup de toutes les confusions du pouvoir public et du pouvoir privé. j'ai été le premier à dénoncer cela, je l'ai dénoncé sans doute trop tôt, du point de vue de l'efficacité purement tactique, mais j'avais raison. Assagi ? Je ne sais pas très bien ce que cela veut dire  : niais si cela veut (lire faire un effort dans le sens que je vous indiquais, comprendre qu'il ne suffit pas d'être passionné, mais 6 que cette passion doit traduire en termes précis les véritables difficultés de vivre et des véritables besoins des gens qu'on représente, alors oui peutêtre ! J'ai compris comme député ici, en Lorraine, ce que comme Parisien et directeur du journal à Paris, je n'aurais jamais compris. Lui L'homme politique n'est pas seulement un gestionnaire, c'est aussi quelqu'un qui (toit faire face à des situations dramatiques et prendre des décisions très rapides. Par exemple  : le chancelier Brandt et le drame de Munich. Auriez-vous agi comme lui dans les mêmes conditions ? Servan-Schreiber Je me suis effectivement posé la question, mais c'est très difficile de se mettre à la place (le Brandt car pour lui c'était un (trame infini. Il a été un héros (le la lutte contre le nazisme, il a accepté de porter un uniforme étranger contre son propre pays parce que c'était le nazisme. Dès qu'il est devenu chancelier, il est allé s'incliner devant les fours crématoires. Donc Munich fut pour lui un drame particulièrement difficile, et personne ne peut lui faire le moindre reproche, la moindre critique ni se mettre vraiment à sa place. Cela étant dit, il faut répondre à votre question et prendre ses responsabilités, moi je n'aurais pas pris le risque de faire tuer tout le monde. J'aurais laissé partir les terroristes palestiniens, vivants. J'aurais fait confiance au gouvernement tunisien par exemple, puisque c'était l'un de ceux qui s'était proposé pour que ces hommes restent vivants, et que la négociation se poursuive. A partir (le là, peut-être un fil aurait-il pu se dérouler et conduire à un dialogue entre Arabes et Israéliens, dialogue que l'on attend depuis maintenant plus de vingt-cinq ans. Lui Vous donnez parfois l'impression d'être un homme solitaire, avez-vous des amis, de vrais amis ? Servan-Schreiber Oui, j'en ai, naturellement ! Ici et ailleurs... Lui Qu'est-ce qu'un ami pour vous, et qu'en attendez-vous Servan-Schreiber Vous savez, chacun a sa conception là-dessus, une conception très privée et très personnelle. Un véritable ami, pour moi, c'est, pour vous donner un exemple qui vous paraîtra un peu excentrique mais c'est ce qui lui donne plus de prix, l'auteur américain Samuel Pisart des K les Armes de la paix ». Je l'ai connu il y a un peu plus de deux ans, nous avons libéré Théodorakis ensemble. Nous ne nous sommes jamais quittés intellectuellement depuis. Il peut arriver à huit heures moins le quart du matin chez moi, sans prévenir, et je sais toujours que c'est important quand il vient et qu'il faut l'écouter. Je l'écoute, je sais que je peux le déranger n'importe quand, je sais que lorsqu'il me parle ce n'est jamais pour autre chose que le bien de ce que nous voulons faire  : ouvrir les voies de la paix à l'âge nucléaire. Et je sais que si j'ai une difficulté ou une défaite, il est là pour m'aider moralement à comprendre. Il connaît l'univers d'aujourd'hui mieux que moi. C'est un homme qui était à douze ans dans les camps de concentration d'Auschwitz comme Juif polonais. Il en est sorti à seize ; sa famille avait été massacrée, et il devint, au prix (le l'effort stir soi que vous pouvez imaginer, avocat américain, avocat anglais, avocat français. Aujourd'hui, il a choisi de vivre en France et d'ouvrir le monde communiste à la liberté par « les Armes de la paix ». Cet homme qui, à douze ans, était réduit à l'état sauvage dans un camp de concentration, aurait pu en concevoir une misanthropie éternelle. Au contraire, il a trouvé dans son propre génie, l'idée (l'aimer la construction (les choses et la solution des problèmes. Lui Partagé comme vous l'êtes entre vos activités de patron de presse, et celles d'homme politique à Paris et à Nancy, estimez-vous avoir le temps de vous occuper en plus de l'éducation (le vos quatre fils ? Servan-Schreiber Non, et d'abord on n'a jamais suffisamment de temps. Les enfants mériteraient qu'on se consacre à eux totalement. Quatre c'est beaucoup. Je les adore torts les quatre, et il faudrait pouvoir regarder chaque soir où ils en sont de leurs leçons de maths modernes, de leur compréhension (le l'anglais, de leurs progrès en grammaire, en orthographe, etc. naturellement, je n'y parviens pas. Il se trouve que je les vois chaque matin et chaque soir, c'est un devoir dont je profite, et c'est une joie. Cela vent (lire que tous les matins, enfin quatre matins sur (Suite page 8..1
Champagne Taittinger  : ne seraitce qiiune fois dans votre vie. Tout commence avec les feuilles que l'on coupe-sur 200 hectares de vignespour qu'elles n'ombragent pas les grappes. Ensuite vient une longue série de raffinements extraordinaires pour aboutir au plus précieux champagne  : le Taittinger. Il faut avoir la révélation d'une telleP erfection. Ne serait-ce qu'une fois.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lui numéro 107 décembre 1972 Page 1Lui numéro 107 décembre 1972 Page 2-3Lui numéro 107 décembre 1972 Page 4-5Lui numéro 107 décembre 1972 Page 6-7Lui numéro 107 décembre 1972 Page 8-9Lui numéro 107 décembre 1972 Page 10-11Lui numéro 107 décembre 1972 Page 12-13Lui numéro 107 décembre 1972 Page 14-15Lui numéro 107 décembre 1972 Page 16-17Lui numéro 107 décembre 1972 Page 18-19Lui numéro 107 décembre 1972 Page 20-21Lui numéro 107 décembre 1972 Page 22-23Lui numéro 107 décembre 1972 Page 24-25Lui numéro 107 décembre 1972 Page 26-27Lui numéro 107 décembre 1972 Page 28-29Lui numéro 107 décembre 1972 Page 30-31Lui numéro 107 décembre 1972 Page 32-33Lui numéro 107 décembre 1972 Page 34-35Lui numéro 107 décembre 1972 Page 36-37Lui numéro 107 décembre 1972 Page 38-39Lui numéro 107 décembre 1972 Page 40-41Lui numéro 107 décembre 1972 Page 42-43Lui numéro 107 décembre 1972 Page 44-45Lui numéro 107 décembre 1972 Page 46-47Lui numéro 107 décembre 1972 Page 48-49Lui numéro 107 décembre 1972 Page 50-51Lui numéro 107 décembre 1972 Page 52-53Lui numéro 107 décembre 1972 Page 54-55Lui numéro 107 décembre 1972 Page 56-57Lui numéro 107 décembre 1972 Page 58-59Lui numéro 107 décembre 1972 Page 60-61Lui numéro 107 décembre 1972 Page 62-63Lui numéro 107 décembre 1972 Page 64-65Lui numéro 107 décembre 1972 Page 66-67Lui numéro 107 décembre 1972 Page 68-69Lui numéro 107 décembre 1972 Page 70-71Lui numéro 107 décembre 1972 Page 72-73Lui numéro 107 décembre 1972 Page 74-75Lui numéro 107 décembre 1972 Page 76-77Lui numéro 107 décembre 1972 Page 78-79Lui numéro 107 décembre 1972 Page 80-81Lui numéro 107 décembre 1972 Page 82-83Lui numéro 107 décembre 1972 Page 84-85Lui numéro 107 décembre 1972 Page 86-87Lui numéro 107 décembre 1972 Page 88-89Lui numéro 107 décembre 1972 Page 90-91Lui numéro 107 décembre 1972 Page 92-93Lui numéro 107 décembre 1972 Page 94-95Lui numéro 107 décembre 1972 Page 96-97Lui numéro 107 décembre 1972 Page 98-99Lui numéro 107 décembre 1972 Page 100-101Lui numéro 107 décembre 1972 Page 102-103Lui numéro 107 décembre 1972 Page 104-105Lui numéro 107 décembre 1972 Page 106-107Lui numéro 107 décembre 1972 Page 108-109Lui numéro 107 décembre 1972 Page 110-111Lui numéro 107 décembre 1972 Page 112-113Lui numéro 107 décembre 1972 Page 114-115Lui numéro 107 décembre 1972 Page 116-117Lui numéro 107 décembre 1972 Page 118-119Lui numéro 107 décembre 1972 Page 120-121Lui numéro 107 décembre 1972 Page 122-123Lui numéro 107 décembre 1972 Page 124-125Lui numéro 107 décembre 1972 Page 126-127Lui numéro 107 décembre 1972 Page 128-129Lui numéro 107 décembre 1972 Page 130-131Lui numéro 107 décembre 1972 Page 132-133Lui numéro 107 décembre 1972 Page 134-135Lui numéro 107 décembre 1972 Page 136-137Lui numéro 107 décembre 1972 Page 138-139Lui numéro 107 décembre 1972 Page 140-141Lui numéro 107 décembre 1972 Page 142-143Lui numéro 107 décembre 1972 Page 144-145Lui numéro 107 décembre 1972 Page 146-147Lui numéro 107 décembre 1972 Page 148-149Lui numéro 107 décembre 1972 Page 150-151Lui numéro 107 décembre 1972 Page 152-153Lui numéro 107 décembre 1972 Page 154-155Lui numéro 107 décembre 1972 Page 156-157Lui numéro 107 décembre 1972 Page 158-159Lui numéro 107 décembre 1972 Page 160-161Lui numéro 107 décembre 1972 Page 162-163Lui numéro 107 décembre 1972 Page 164-165Lui numéro 107 décembre 1972 Page 166-167Lui numéro 107 décembre 1972 Page 168-169Lui numéro 107 décembre 1972 Page 170-171Lui numéro 107 décembre 1972 Page 172-173Lui numéro 107 décembre 1972 Page 174-175Lui numéro 107 décembre 1972 Page 176-177Lui numéro 107 décembre 1972 Page 178-179Lui numéro 107 décembre 1972 Page 180-181Lui numéro 107 décembre 1972 Page 182-183Lui numéro 107 décembre 1972 Page 184-185Lui numéro 107 décembre 1972 Page 186-187Lui numéro 107 décembre 1972 Page 188-189Lui numéro 107 décembre 1972 Page 190-191Lui numéro 107 décembre 1972 Page 192-193Lui numéro 107 décembre 1972 Page 194-195Lui numéro 107 décembre 1972 Page 196-197Lui numéro 107 décembre 1972 Page 198-199Lui numéro 107 décembre 1972 Page 200-201Lui numéro 107 décembre 1972 Page 202-203Lui numéro 107 décembre 1972 Page 204-205Lui numéro 107 décembre 1972 Page 206-207Lui numéro 107 décembre 1972 Page 208-209Lui numéro 107 décembre 1972 Page 210-211Lui numéro 107 décembre 1972 Page 212-213Lui numéro 107 décembre 1972 Page 214-215Lui numéro 107 décembre 1972 Page 216