Lorraine Magazine n°149 3 déc 2019
Lorraine Magazine n°149 3 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°149 de 3 déc 2019

  • Périodicité : bimensuel

  • Editeur : SCPP

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 31 Mo

  • Dans ce numéro : restaurant cabaret le Belcour.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 entretien avec Sébastien Prud’homme & Giovanni Guillaume LorraineMagazine Vous avez repris le Belcour il y a environ six mois. Pourquoi se lancer dans cette nouvelle aventure ? Sébastien Prud’homme  : Nous sommes arrivés au Belcour il y a 3 ans, en 2016, en tant qu’artistes. À l’époque, l’établissement était déjà en vente et on nous a proposé son rachat. Giovanni Guillaume  : Je suis dans le métier depuis l’âge de 16 ans et demi. Cela fait 8 ans que j’ai commencé. Originaire du Nord, j’étais artiste itinérant, je travaillais pour des mariages, des associations, des mairies… Mais mon rêve a toujours été d’avoir mon propre cabaret. Il y a quelques années, nos chemins se sont croisés avec Sébastien et nous avons passé le casting ensemble au Belcour. Depuis, nous nous sommes épanouis dans cette maison ! À votre arrivée, quels changements avez-vous apporté au Belcour ? - les propriétaires du restaurant-cabaret Le Belcour - S.P  : Comme nous étions artistes, on nous confiait beaucoup de choses et nous étions très proches des clients. Ça nous a permis de savoir ce qui plaisait et ce qui plaisait moins. Concrètement, nous avons revu la décoration intérieure que nous avons modernisé, nous avons aussi changé la sono avec des enceinte en 3D pour une meilleure répartition de la musique, nous avons aussi changé les lumières, la décoration de la scène. Notre souhait était de transformer le Belcour en un véritable cabaret. Parlez-nous de votre nouvelle revue « Caprices » que vous jouez depuis septembre. G.G  : On peut dire que c’est l’histoire de ma vie ! Je suis Adriana, la meneuse de revue, qui souhaite créer son propre spectacle et monter un cabaret. Elle est accompagnée de trois prodigieuses  : Gigi, Claudia et Angel. Dans ce spectacle, il y a du seul en scène, de la transformation, de la ressemblance, de l’humour de l’émotion. Tout ce qui faisait le succès du Belcour mais revisité ! Pour cette revue, vous avez aussi changé la troupe ? S.P  : Nous travaillons sur ce spectacle depuis un an. Nous avons lancé un casting et nous avons eu beaucoup de candidats. Claudia vient de Belgique, Gigi d’Angoulême et Angel de Mulhouse. G.G  : Nous recherchions des gens avec du potentiel. C’est-à-dire que, le maquillage par exemple, ça s’apprend. Par contre, nous les avons jugés sur leur prestance en scène, sur leur jeu de playback, sur leur gestuelle. Quelles sont vos sources d’inspiration ? G.G  : Personnellement, ma source d’inspiration est le cabaret traditionel style Moulin Rouge avec leur classe, leur élégance. Nous présentons huit tableaux de plumes dans cet esprit. Pour le côté transformisme, bien sûr que Michou reste une référence. Le Belcour, c’est aussi un restaurant avec un nouvel chef ! S.P  : Oui, notre chef Patrice propose une cuisine traditionnelle avec, environ, 6 entrées, plats et desserts. Nous avons également un plat du jour que nous changeons tous les midis. Les repasspectacles se déroulent les samedis soirs et les dimanches midis. Nous pouvons accueillir 80 couverts dans une ambiance très conviviale. Il y a une proximité avec les artistes qui plait beaucoup au public. Nous sommes à leurs petits soins ! Finalement, était-ce un pari pour vous que de reprendre les rênes du Belcour ? S.P  : Oui, nous pouvons dire que c’est un pari car nous avons économisé pendant deux ans pour concrétiser ce projet. Nous nous sommes demandé s’il fallait tout changer, du jour au lendemain. Et nous avons fait le choix de marquer le changement dès notre arrivée. G.G  : Et je pense que c’était la bonne décision car nous avons beaucoup de retours positifs de la part de nos clients. À chaque représentation, les gens se lèvent. Il y a des sourires et des larmes, nous ressentons vraiment l’émotion dans la salle ! Maintenant, nous prenons nos marques avec « Caprices », que nous réajusterons au fur et à mesure. Puis, nous penserons à une nouvelle revue pour 2021. ± Propos recueillis par Pauline Overney
LorraineMagazine 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 1Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 2-3Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 4-5Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 6-7Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 8-9Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 10-11Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 12-13Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 14-15Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 16-17Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 18-19Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 20-21Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 22-23Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 24-25Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 26-27Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 28-29Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 30-31Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 32-33Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 34-35Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 36-37Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 38-39Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 40-41Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 42-43Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 44-45Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 46-47Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 48-49Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 50-51Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 52-53Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 54-55Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 56-57Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 58-59Lorraine Magazine numéro 149 3 déc 2019 Page 60