Longueur d'Ondes n°91 sep/oct/nov 2019
Longueur d'Ondes n°91 sep/oct/nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°91 de sep/oct/nov 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Sur la Même Longueur d'Ondes

  • Format : (200 x 260) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : le futur du Rock...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
ca gav humeur et vitriol Un jour, il y a un type qui s’est levé et qui a eu une idée formidable  : que le travail, ça pourrait être une source d’épanouissement. Le genre de truc que si tu ne le fais pas, ben t’es un peu comme un CRS sans manifs, c’est-à-dire une vulgaire merde. Le mec qui a eu cette idée (je dis le mec sans aucune pensée sexiste, c’est juste parce qu’il faut quand même avoir de sacrées gaufres pour avoir ce genre d’idée et pas s’étouffer avec), il devait avoir travaillé environ huit heures dans sa vie, juste le temps de trouver comment placer les économies de ses parents, histoire de plus rien avoir à branler de sa vie ensuite (je dis branler sans aucune arrière-pensée sexualisante, c’est juste une expression vulgaire qui sied bien dans le contexte). Parce que franchement, d’où tu vois que le travail ça permet d’être aussi épanoui qu’un moine bouddhiste au congrès mondial de la statuette-de-petit-gros-assis-en-tailleur ? C’est juste la pire sanction qu’on puisse t’infliger, le truc qui te condamne à vie à rester assis à une table avec des individus que tu n’accepterais même pas dans un rayon de 500 mètres si tu n’y étais pas contraint, en train de leur sourire niaisement en soulignant « Super idée Marc ! Je regrette de ne pas y avoir pensé plus tôt » (et in petto « Ça m’aurait permis de pleurer sur mon sort ») D’ailleurs, dans la Bible, qu’est-ce qu’il fait Dieu, quand il veut être un peu rosse parce qu’on lui a cassé les roubignoles (si tant est que Dieu en eût mais là, je manque de place pour développer le sujet) ? Il condamne Adam à bosser à la sueur de son front parce que ce gros naze, il est allé bouffer des fruits à la con plutôt que de se la couler douce. C’est bien la preuve que le travail est une sanction  : jamais Dieu n’a dit à Adam  : « Adam, je suis grave furax ! Je te condamne donc à t’envoyer des putes et de la coke sur une plage des Bahamas ! » 50 Longueur d’ondes N°91 E Numéro 91 par Jean Luc Eluard Travail, famine, pâtes, riz Mais moi, j’y suis pour rien dans cette histoire de pomme, de péché et de « Je m’habille parce que j’ai honte qu’on me voit la nouille... » ! Moi, avec ce que je sais du travail, je suis prêt à dire à Dieu « C’est bon, je te laisse tes fruits et je me balade à oualpé dans ton jardin même si ça me donne l’allure d’un enseignant du Sgen-CFDT en vacances dans un centre naturiste au Cap d’Agde mais en échange... je bosse pas. » Bon, d’accord j’avoue, moi aussi, il m’est arrivé de voler des trucs  : quand j’étais au collège, j’ai volé des bonbons dans la boulangerie d’à côté mais c’était un pari et je voulais pas avoir l’air minable devant mes potes. Et puis OK, c’est vrai, une fois... allez, plusieurs fois, il faut avouer, j’ai pas rendu la monnaie de l’argent que ma mère m’avait donné pour aller chercher du pain (et à la place, j’ai acheté des Lion, pour rugir de plaisir). Punaise, si ma mère tombe un jour sur ce papier, je suis mort de chez la mort qui tue. Mais bon sang, je ne veux pas jouer au laxiste, judiciairement parlant. Je sais que maintenant, tu peux écoper de six mois de taule juste parce que tu manifestes avec un gilet jaune... d’accord, on va partir de ça comme étalon  : tu manifestes, t’as un gilet jaune, six mois ferme, c’est la norme moderne. Et à côté, tu voles des bonbons et tu détournes un franc  : 42 années d’annuité ! Et là, t’as juste une envie, c’est de te coller un gilet jaune en te disant qu’avec un peu de chance, t’auras encore tes deux yeux et tes deux mains pour faire tes six mois de taule et éviter de bosser pendant 42 ans (enfin... 42 ans, pour l’instant) (je laisse flotter un malaise à l’adresse des moins âgés de nos lecteurs sur lesquels plane vaguement comme une sanction plus grave encore, un alourdissement de la peine plancher...). Sauf que ça marche pas comme ça. La double peine pèse sur le monde en permanence  : quand tu vas en taule, c’est pas déduit de tes annuités. Directeur - rédacteur en chef > Serge Beyer Publicité > Émilie Delaval – marketing@longueurdondes.com, Pierre Sokol – pierre@longueurdondes.com, Julia Escudero – julia@longueurdondes.com Couverture > Photo Guendalina Flamini, création Vanessa Ganzitti Maquette - illustrations > Longueur d’Ondes/Éphémère Webmasters > Kévin Gomby, Laura Boisset, Marylène Eytier Ont participé à ce numéro > Patrick Auffret, Valérie Billard, Alain Birmann, Laura Boisset, Jessica Boucher-Rétif, Antoine Couder, France De Griessen, Samuel Degasne, Julia Escudero, Régis Gaudin, Marie-Anaïs Guerrier, Fanny Jacob, Pierre-Arnaud Jonard, Kamikal, Anna Krause, Flavien Larcade, YannLe Ny, Louis Legras, Xavier Lelièvre, Marie Le Gac, Aena Léo, Céline Magain, Vanessa Maury-Dubois, Émeline Marceau, Xavier-Antoine Martin, Clémence Mesnier, Julien Naït-Bouda, Amélie Pérardot, Samuel Rozenbaum, Johanna Turpeau, Jean Thooris, Laurent Thore Photographes > Patrick Auffret, Sébastien Bance, Claire Bribet, CarolynC., Christophe Crénel, Marylène Eytier, Guendalina Flamini, Émilie Mauger, Benjamin Pavone, David Poulain, Florence Sortelle, Jack Torrance Impression > MCCgraphics Dépôt légal > octobre 2019 www.jaimelepapier.fr Vous aimez le mag ? Suivez son actu sur  : facebook.com/longueurdondes Les articles publiés engagent la responsabilité de leurs auteurs. Tous droits de reproduction réservés. I.S.S.N.  : 1161 7292 Et tu es encore obligé de subir ce crétin de Marc qui sait tellement bien faire des PowerPoint que ça lui donne une contenance pour débiter ses fadaises et se faire bien voir du chef de service dont le degré d’incompétence est justement le viatique qui lui a permis de progresser dans la hiérarchie sans aucun risque qu’il puisse faire de l’ombre à ceux qui l’ont promu. Là encore, le monde du travail fonctionne comme avec Adam et Dieu  : tu prends une initiative destinée à améliorer ton quotidien sans demander douze fois l’autorisation à tous tes responsables et vlan, sanction. Alors que Marc et ses PowerPoint de merde, il a beau avoir un QI d’huître sous Xanax, il progresse ! Le monde du travail a tellement bien verrouillé son concept de « le bonheur par la peine » qu’il est désormais en autosuffisance en ce qui concerne les concepts de merde. La novlangue instituée fait rage et « équipier » a remplacé « esclave » dont le signifié a beaucoup perdu de prestige tout en gagnant en réalité ces dernières années, les « patrons » sont devenus des « entrepreneurs », ce qui leur donne l’illusion d’être des aventuriers alors qu’ils ne sont plus que des gardes-chiourmes dont la seule utilité est de faire appliquer les nouveaux concepts qui permettront au populo de croire que tout change alors que rien ne change. Si ce n’est que de moins en moins de gens ne sont dupes et que le monde du travail est un vaste asile psychiatrique où tout le monde fait semblant d’y croire alors que l’objectif de chacun est de garder son taf en rêvant de ne plus l’avoir. Tout en faisant croire qu’on est tellement heureux d’être là 40 heures par semaine, à admirer les beaux PowerPoint de ce connard de Marc avec lequel il faut être sympa quand même. C’est dommage qu’il n’y ait pas assez de places en taule, j’aurais bien déposé un CV pour quelques années... Sur la même Longueur d’ondes 22 chemin de Sarcignan 33140 Villenave d’Ornon longueurdondes.com communication@longueurdondes.com
LONGUEUR D’ondes N°91 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :