Loco-Revue n°817 août 2015
Loco-Revue n°817 août 2015
  • Prix facial : 10 €

  • Parution : n°817 de août 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 115 Mo

  • Dans ce numéro : la gare de Maintenon par Jouef.

  • Prix de vente (PDF) : 3 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
S’informer » Les tests 34 040 T DFB et tenders additionnels MinitrainS Une charmante bouillotte La 040 T DFB MinitrainS en version civile verte à châssis noir. La petite cheminée noire est débarrassée de son pare-escarbilles. Le modèle en bref Fabricant  : MinitrainS Échelle  : 1/80 environ, écartement de 9 mm Prix  : locomotive  : 149,90 €  ; tender  : 35,90 € Rayon minimal d’inscription en courbe  : 200 mm environ Fabrication  : métal (châssis) et plastique injecté (caisse) Prise de courant  : toutes les roues Motorisation  : moteur droit dans la cabine avec volant d’inertie en partie haute Transmission  : vis sans fin, engrenages droits Essieux moteurs  : 4 Démarrage  : sous 3,4 V Éclairage  : lanterne avant et arrière Interface numérique  : non Attelage  : central avec boucle Époque  : de 1900 à nos jours Vitesse sous 12 V (DC)  : conforme à l’original LOCO-REVUE - AOÛT 15 - N°817 Trois versions sont d’ores et déjà disponibles  : gris militaire à filets noirs, verte version industrielle et noire à châssis rouge conforme au modèle préservé au Frankfurther Feldbahnmuseum. Afin de pouvoir installer une motorisation efficace, l’échelle de réduction est plus proche du 1/80, sans que cela interdise la cohabitation avec du matériel strictement en HO (1/87) ou OO (1/76). Une très jolie machine La caisse, en plastique injecté, est très soigneusement reproduite, bien que quelques détails comme les robinets de jauge ou la poignée de ÉCHELLE 1/87 Textes et photos  : François Fontana Série de locomotives à voie étroite parmi les plus produites au monde, la « Brigadelok » allemande, 040 T à essieux extrêmes articulés, fait, enfin, l’objet d’une reproduction modéliste en H09/009 chez MinitrainS ! porte de boîte à fumée manquent. Les livrées sont soigneusement appliquées et les plaques constructeurs d’une finesse incroyable. Les embiellages, un peu simplifiés, sont en métal brut, qu’un brunissage rendra plus discret. Côté motorisation, c’est un vrai bonheur, la locomotive démarre très souplement et affiche, sous 12 V, une allure lente, conforme à la réalité. Le moteur, placé sous la cabine et surmonté d’un volant d’inertie, entraîne tous les essieux via une vis sans fin et une cascade de pignons. Bien qu’occupant tout l’espace avant de l’abri, le moteur se laisse facilement oublier  : une équipe de conduite et un rideau
Version musée, noire à châssis rouge. On remarque la micro-LED dans la lanterne, ainsi que les deux fils d’alimentation de celle de l’avant. Le point de peinture noire est indispensable ! suffisent à le dissimuler. La locomotive prend le courant par ses huit roues et passe sans sourciller les aiguilles aux pointes de cœur les plus mal alimentées. Dévissons la cheminée à l’extrémité filetée  : la caisse se sépare du châssis par une légère traction. Mais attention, les fils électriques, très fins, qui assurent l’alimentation de l’éclairage ne sont pas très longs. Numériser le modèle est assez simple pour un bon bricoleur muni d’une pince coupante et d’un fer à souder… Il n’y a pas d’interface normalisée. La livrée militaire, grise à filets noirs. La machine est ouverte ! La plaquette électronique est logée sous la chaudière. On peut installer un petit décodeur dans l’abri, plaqué contre le moteur. MINITRAINS PARTOUT EN FRANCE ? REE importe MinitrainS en France. Deux distributeurs se chargent de diffuser la gamme au travers de leurs boutiques Internet et leurs stands  : Architecture & Passion (www.architecture-passion.fr) qui présente plusieurs références compatibles avec sa gamme de bâtiments à voie étroite industrielle, et www.boutique-train.fr qui propose l’intégrale de la gamme MinitrainS. Si les références sont notées comme disponibles sur les sites, l’expédition se fait sous deux jours. Par contre, il faudra patienter une quinzaine si un réassort est nécessaire auprès du fabricant. Des tenders associés Du bonheur ! À la vue des ces modèles, qui sont maintenant disponibles, on se rend compte que MinitrainS a encore fait un saut qualitatif indéniable. La gravure est superbe et des pièces rapportées, en plastique injecté ou métal photogravé, ajoutent à la finesse de la reproduction. Il faut une loupe pour détailler les inscriptions sur les plaques de constructeur ! Le roulement est parfait. Les deux bogies portent les timons d’attelages à boucles, compatibles avec tous les matériels industriels en HO 9/OO 9. π UNE CARRIÈRE DANS LE CIVIL Peu présente au début du premier conflit mondial, la série des 040 T DFB dite « Brigadelok » est, à la fin de la guerre, avec plus de 2 500 exemplaires, l’une des plus importantes dans le monde de la voie étroite. Ces machines ont la particularité d’avoir été construites par quatorze industriels différents pour alimenter le front. Elles sont munies du système Klein-Lindner  : les essieux extrêmes reçoivent le mouvement des bielles grâce aux manivelles dont ils sont pourvus. Ils transmettent ce mouvement à deux axes creux qui portent les roues. Ces axes creux jouissent d’un certain degré de liberté qui leur permet de s’inscrire dans les courbes de rayon faible. Un système de triangles de rappel reliant les deux axes extrêmes guide l’inscription en courbe. Après la première guerre mondiale, ces machines, abandonnées sur tous les théâtres d’opération, ont connu une longue vie civile. On en trouve partout, vaillants serviteurs de l’industrie de l’entre-deux-guerres. Elles sont nombreuses, aujourd’hui, dans le parc des matériels préservés. Sucrerie de Ternynck dans l’Aisne  : cette « Brigadelok » assure encore du service plus de cinquante ans après sa retraite militaire (Photo Jacques-Henri Renaud, coll. Roger Thévenin). Le très beau tender, disponible en livrée militaire ou noir à châssis rouge, souvent utilisé, en réalité, comme citerne relais. N°817 - AOÛT 15 - LOCO-REVUE 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 1Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 2-3Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 4-5Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 6-7Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 8-9Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 10-11Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 12-13Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 14-15Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 16-17Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 18-19Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 20-21Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 22-23Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 24-25Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 26-27Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 28-29Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 30-31Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 32-33Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 34-35Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 36-37Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 38-39Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 40-41Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 42-43Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 44-45Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 46-47Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 48-49Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 50-51Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 52-53Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 54-55Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 56-57Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 58-59Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 60-61Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 62-63Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 64-65Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 66-67Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 68-69Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 70-71Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 72-73Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 74-75Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 76-77Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 78-79Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 80-81Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 82-83Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 84-85Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 86-87Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 88-89Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 90-91Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 92-93Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 94-95Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 96-97Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 98-99Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 100-101Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 102-103Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 104-105Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 106-107Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 108-109Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 110-111Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 112-113Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 114-115Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 116-117Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 118-119Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 120-121Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 122-123Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 124-125Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 126-127Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 128-129Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 130-131Loco-Revue numéro 817 août 2015 Page 132