Loco-Revue n°77 décembre 1949
Loco-Revue n°77 décembre 1949
  • Prix facial : 75 F

  • Parution : n°77 de décembre 1949

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (146 x 230) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 33,3 Mo

  • Dans ce numéro : le choix d'une gare...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
1.111 « Eb. LOGO-REVUE Poids adhérent Poids total en ordre de marche Cylindres Pistons Approvisionnements ettenders Eau Charbon Vitesse limite BI 68.000 92.700 600 X 650 10 5.500 kg 70 35 69.200 90.100 620 X 700 20 6.000 kg 101 35 69.450 92.000 620 X 700 20 m3 6.000 kg 101 05 71.450 99.000 € 20 X 700 9.400 4.000 kg Crampton est raccordé au corps cylindrique par la forme « wagon-top », caractéristique du matériel U.S.A. Le foyer est entièrement débordant. Hormis les roues, l'aspect général est très semblable aux Pacifies 231-D, ex-3591 à 3640, de même origine. Leur service passé et actuel a été et demeure celui de la machins mixte  : express, denrées, marchandises. Elles se situent géographiquement à Cahors, Châteaudun, Brive, Limoges, Montauban, Saint - Sulpice - Laurière, Saint - Pierre - des - Corps, Vierzon. Il y en eut à Narbonne lors de la fusion P.O.-Midi. Seize machines, 5811 à 5826, prêtées à l'Ouest en 1934, ont réintégré en totalité le parc Sud-Ouest ; tender classique à trois essieux, 20 m3. Outre les modifications généralisées de frein et d'échappement, nous sommes heureux d'annoncer les premiers dans notre revue que les 141-B reçoivent au cours de leur passage en révision générale des écrans type 231-D, de plus, la 814 arbore une cheminée nouvelle  : type 151-TQ ; l'éclairage électrique doit aussi être appliqué. Dans tous les cas, l'exception retient plus l'attention de l'amateur de machines, alors que la généralisation d'un dispositif rend la machine classique. Annexe. — La région Sud-Ouest dispose de 40 machines 141-R, chatiffées au charbon et cantonnées à Vierzon, Bordeaux, Saint-Jean et Narbonne. Il est bon de rapprocher ces machines des 141-B, et curieux de découvrir des affinités entre ces séries, entre autres, l'entr'axe des essieux. Nous voyons dans la 141-R la 100 OBSERVATIONS 38 cédées aux Chemins de fer du Maroc en 1923-24. Un certain nombre d'unités avec ACFI ou Worthington. Prototype à 141-001 à 250 Etat et Maroc. Application des écrans type 231-D Sud- Ouest au cours de R. G. En 1934, 16 prêtées à l'Ouest et rétrocédées. Celles de la ligne de Sceaux du dépôt Paris-Denfert ontcté munies, à l'époqtr du système de condensation de vapeur dans les soutes à eau avec pompe d'alimentation. En 1934-41  : 10 cédées Ouest 141-TB 401 à 410. Les 4 séries sont munies de l'échappement Kylchapp. A l'exception de quelques 141-TA, la pompe bi-compound est généralisée. Timbre porté à 13 lors de R. G. traduction moderne de la 141-B au même titre que la 141-P est directement inspirée de la 141-C de l'ancien P.L.M. Nous signalerons enfin qu'un projet d'affectation de 141-P au dépôt de Périgueux, ébauché il y a quelque temps, ne semble pas avoir eu de suite. Conclusion. — Le type Mikado, particulièrement sous forme de machine-tender, a bénéficié d'une faveur fort justifiée au réseau d'Orléans. Par suite de l'électrification, ces locomotives sont réduites à n'assurer qu'un service de montagne, ou dé lignes secondaires courtes et coordonnées. Elles continueront certainement longtemps encore parce que simples et économiques. Leur symétrie est aussi appréciable pour l'exploitation de ces lignes. Quant aux machines à tender séparé, si leur service est inférieur à celui du passé, pour l'ensemble de la série, les roulements demeurent — toutes proportions gardées — assez chargés sur des lignes non électrifiées et pour lesquelles aucun projet n'est en cours. Le tableau ci-dessus donne les caractéristiques des machines examinées dans cette note. M. MAILLET. 3 350 0M1331
3131111Z1MM3111 No 77 PCP1T EN C/ME/1T V U VERS LE CROPSI C DEPUIS LES CARRÉS rit ET 2 vers LE CROISIC "e< embranchement particulier. Route en remblai BRIOLIETTERIE vers GUERANDE LE CHOIX D'UNE GARE dans une installation d'amateur -e:ere-e. Nous avons donné sous ce même titre, dans le n°47, la description de la gare de Dozulé-Putot, gare de très moyenne importance sur une ligne à voie unique reliant Dives-Cabourg à Mézidon, avec embranchement sur Caen. Nous avions choisi cette gare étant donné son faible encombrement, et parce qu'elle comportait malgré tout un nombre important de bâtiments et accessoires  : remise à machines, plaque tournante, lampisterie, hall à marchandises, poste d'aiguillages, etc... Mais, et c'est là son défaut, cette gare n'était ouverte qu'à un trafic tout à fait restreint, et si nous voyons un vieux Chaix, nous constaterons en effet qu'il n'y avait en tout et pour tout que 3 trains omnibus par jour, composés d'une 030 à tender séparé et 3 ou 4 voitures à 2 essieux entre Dives-Cabourg et Mézidon, et à peu près autant entre ElogL, -, 1,- - traverses Dozulé et Caen. Depuis la guerre l'embranchement sur Caen a été supprimé et le trafic sur la ligne de Mézidon ne reste ouvert qu'au trafic marchandises, le trafic voyageurs étant assuré par les services automobiles (Courriers Normands, à Caen). Il nous fallait donc proposer aux possesseurs de réseaux une autre combinaison qui, tout en conservant l'allure d'une gare assez simple et à voie unique, donne les possibilités d'y faire circuler toutes sortes de catégories de trains  : omnibus, express, rapides, marchandises, voitures directes en provenance d'autres réseaux, wagons-lits et wagons-restaurants. Ce problème est résolu intégralement par la gare de La Baule sur la ligne du Croisic. Sans doute existe-t-il en France d'autres gares offrant les mêmes avan- 311M1 3 51 13113



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :