Loco-Revue n°675 octobre 2003
Loco-Revue n°675 octobre 2003
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°675 de octobre 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 98,9 Mo

  • Dans ce numéro : la commande du réseau miniature.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
Pédale 1 Alimentation traction Alimentation accessoires Relais Fig. 9 : Commande d'un appareil à électro-aimant à l'aide de pédales de voie 26 - La bonne vieille détection mécanique par pédale ; ici, l'ancien modèle Jouet 27 - Plus discrète, la solution de l'ILS commandé par un aimant placé sous le matériel roulant. Modèle Roco. 28 - Une bonne application de la détection des trains : la mise en mouvement des barrières de passage à niveau, comme ce modèle LMJ. cants comme Jouef ou Fleischmannproposent des pédales à leur catalogue. La détection par ILS Voici un autre système de détection qui présente par rapport au précédent un avantage certain : la discrétion. L'ILS (interrupteur à lames souples) ou encore contact "reed" est en effet minuscule et peut être implanté entre les rails, où il devient presque invisible après ballastage. Du fait de sa petite taille, il peut aussi être monté sur une voie déjà posée et même en courbe, à l'inverse des pédales intégrées au rail. L'ILS est composé de deux lamelles métalliques qui entrent en contact grâce à un champ magnétique produit par un aimant fixé sous une machine ou un wagon. D'importants avantages donc, mais aussi un inconvénient : du fait de la petite taille d'un ILS, le courant qui le traverse ne doit pas excéder 0,5 à 0,8A. On l'utilisera donc pour ne commander qu'un appareillage, une aiguille, ou encore un relais, qui se chargera, lui, de transmettre le signal à tout ce que l'on souhaite. 14 LOCO-REVUE n°675 - "La commande du réseau miniature"
Flg. 1 0 : Schéma de principe d'un relais Le relais pésenté est bi-stable La commande du solénoide par boutons poussoirs agit ici simultanément su deux inverseurs monopolaires Relais 2rt Boutons-poussoirs iAlimentation en — courant alternatif 29 - Différents relais : Roco, Jouet (ancien modèle), Atlas... Au chapitre des particularités du système, il en est une qui peut figurer dans la colonne "avantage" ou "inconvénient", au choix : c'est le fait que l'ILS doive être commandé par un aimant situé sous la machine. Les machines non équipées n'auront donc pas d'action sur l'ILS, ce qui peut toutefois être bien pratique quand on pense par exemple que des sifflets électroniques ne seront déclenchés que par le type de machine correspondant. On peut aussi varier la position des ILS et des aimants : à gauche ou à droite du sens de marche, les trains n'agiront pas tous sur les mêmes ILS... Les ILS se trouvent dans tous les magasins de fournitures pour électronique, mais il en existe aussi au catalogue de certains fabricants comme Roco, qui en propose un intégré à une traverse à glisser sous les rails. La détection par cellules photoélectriques Ce principe est aussi adaptable en tout point du réseau, même après sa réalisation. Le train est détecté lorsqu'il traverse un microchamp lumineux. On l'a deviné, tout tram peut être détecté, sans qu'il faille pour autant l'équiper d'aimants ou intervenir en quoi que ce soit sur la voie. En revanche, ce système sensible supporte assez mal les changements de luminosité et peut causer d'importants déboires en exposition, du fait par exemple des flashs des appareils photo des visiteurs. La détection par circuit de voie Appelée aussi "détection par shuntage résistif', ce système repose sur la détection de la consommation du moteur des machines, de l'éclairage des véhicules ou encore d'essieux spécialement conçus pour consommer un peu de courant (les essieux graphités, référencés chez nombre de fabricants). Ce système basé sur l'électronique est de plus en plus fréquemment utilisé, puisqu'il offre de multiples avantages : pas d'aimants à installer, une discrétion absolue, une fiabilité extrême et un bas prix. On ajoutera aussi une qualité très importante dans le cas de l'installation d'un block-system : la détection par circuit de voie détecte un état d'occupation d'une zone et non une présence en un point précis. C'est le principe adopté par les fabricants de systèmes élaborés de commande ou de blocks : Loisirs Sélection, Acemo et quelques détaillants spécialisés, par exemple FB Systems, Loco Motiv... Comme rien n'est parfait, on notera que ce système nécessite des précautions de câblage et en particulier le sectionnement des files de rails ; mais cela peut se faire très discrètement à l'aide d'un disque à tronçonner, même après ballastage. En résumé, chaque système de détection présente des avantages et des inconvénients. Il faut donc choisir en fonction de ses objectifs. Il est possible de panacher les options et l'on pourra par exemple commander un PN grâce à des ILS, tandis que la protection des trains, qu'il s'agisse d'un block-system élaboré ou d'une simple protection contre la prise en écharpe, pourra être assurée par des circuits de voie. 8 - LE RELAIS, UN AUXILIAIRE PRÉCIEUX A quoi sert un relais ? Il n'est autre qu'un appareillage électrique qui peut avoir fonction d'inverseur, de commutateur ou simplement d'interrupteur, et qui est actionné non pas manuellement, mais grâce à un signal électrique totalement indépendant. Cela peut paraître simple, mais la variété et le nombre d'applications possibles sont innombrables, des plus simples aux plus complexes. Il existe deux types de relais : les monostables et les bistables. Ces deux types sont commandés par une impulsion électrique qui doit être obligatoirement brève, sous peine de destruction des bobines du mécanisme. Cette impulsion peut être fournie directement par la plupart des détecteurs de trains abordés dans le chapitre précédent (pédale, ILS...), ou par des boutons-poussoirs comme il en existe dans les catalogues des fabricants. Le premier type de relais - le monostable - n'offre qu'une position de travail et ne la garde que le temps de la commande. On s'en sert donc principalement pour amplifier un signal faible. Ainsi, grâce à ce relais, on peut utiliser un signal délivré par un train (4,5V) pour allumer temporairement une ampoule, ou faire tinter une sonnerie alimentée en 220 V ! Le second relais - le bistable - est construit à la manière d'un mo- LOCO-REVUE n°675 - "La commande du réseau miniature" 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 1Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 2-3Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 4-5Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 6-7Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 8-9Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 10-11Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 12-13Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 14-15Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 16-17Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 18-19Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 20-21Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 22-23Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 24-25Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 26-27Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 28-29Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 30-31Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 32-33Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 34-35Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 36-37Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 38-39Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 40-41Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 42-43Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 44-45Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 46-47Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 48-49Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 50-51Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 52-53Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 54-55Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 56-57Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 58-59Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 60-61Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 62-63Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 64-65Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 66-67Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 68-69Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 70-71Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 72-73Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 74-75Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 76-77Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 78-79Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 80-81Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 82-83Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 84-85Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 86-87Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 88-89Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 90-91Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 92-93Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 94-95Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 96-97Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 98-99Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 100