Loco-Revue n°675 octobre 2003
Loco-Revue n°675 octobre 2003
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°675 de octobre 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 98,9 Mo

  • Dans ce numéro : la commande du réseau miniature.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
9 - Le 2500 GS de MRC, une alimentation plus sophistiquée avec freinage, inertie io - Le transformateur de base du groupe Arnold Lima Rivarossi. ii - Une commande à fil permet une commande rapprochée des trains. Ici, le Pentroller d'Escap. 12 - Le modèle W de Gaugemaster est spécialement conçu pour les moteurs à rotor sans fer. que l'on affectionne tout particulièrement ! On dispose heureusement de solutions qui permettent de pallier cet inconvénient et parmi elles, le courant pulsé. Pour simplifier, disons qu'à faible ouverture de régulateur, plutôt que d'envoyer une faible tension, on opte pour la pleine tension, donc pleine puissance, mais en la distillant par brefs à-coups. Rassuronsnous, ils sont tout de même suffisamment rapprochés pour éviter une marche saccadée, puisque la fréquence, selon les systèmes, varie de 80 à 200 Hz et peut même atteindre plusieurs dizaines de kHz ! Revers de la médaille, le courant envoyé étant fort, même brièvement, les moteurs traditionnels à 3 ou 5 pôles possédant une bonne inertie (comme ceux équipant les machines de production industrielle) s'en accommodent mieux que les petits moteurs à rotor sans fer adoptés par certains fabricants artisanaux (Lemaco, Loco-Diffusion, LSL...), moteurs pour lesquels une alimentation traditionnelle redressée est recommandée et leur confère même d'excellentes performances. Si la plupart des transformateurs du commerce (Roto, Fleischmann...) délivrent un simple courant redressé, certains comme le Pulse 812 ou 816 de Titan ou encore le Jouef 1200 ne délivrent un courant pulsé qu'au démarrage. Quelques alimentations sont agrémentées de systèmes électroniques très agréables : c'est le cas du MRC 2500 GS, importé par FB Systems, qui dispose d'une fonction électronique simulant le freinage ainsi que l'inertie. D'autres systèmes intégrant la fonction block que nous verrons plus loin, comme la CS 90 ou le BSR, offrent également une exploitation en courant rectangulaire, tandis que d'autres comme le Pentroller de Portescap sont polyvalentes. Enfin, certaines alimentations comme le Feedback de Gaugemaster et également le BSR, mesurent la force contre-électromotrice du moteur et adaptent le débit du courant délivré à la vitesse du moteur. Ces alimentations offrent aux moteurs classiques un bon couple à toute allure, des démarrages progressifs et de très bons ralentis. 6 LOCO-REVUE n°675 - "La commande du réseau miniature"
Le choix de l'alimentation Le choix de l'alimentation dépend de nombreux critères et mérite une attention particulière pour prévenir tout regret. Disons qu'il est prudent de choisir dès le départ deux alimentations distinctes : un transfo "accessoires", qui sera réservé à la commande des aiguilles, de l'éclairage du décor, des fonctions automatiques, etc., et un transformateur "traction" intégrant un régulateur, ou susceptible d'alimenter plusieurs circuits séparés. Le choix de la puissance de ces appareils sera primordial et dépendra de l'importance du réseau, sachant qu'un excès de puissance ne nuira jamais, tandis qu'un appareil trop faible sera sujet à des chutes de tension désagréables et s'échauffera rapidement. 2 - DES SECTIONS ISOLÉES, POUR QUOI FAIRE ET COMMENT ? Fig. 3 : Sections isolées Zones d'arrêt —11— Coupure électrique (éclisse isolante) On a vu le schéma de base consistant à alimenter la voie pour faire circuler une machine ou un train. Un perfectionnement simple peut consister à poser sur les voies deux engins ou plus. Si l'on ne prend pas quelques précautions, lorsqu'on ouvre le régulateur, les deux engins se mettent en mouvement simultanément et, s'ils sont sur la même boucle, finissent souvent par se rattraper plus ou moins violemment ! On peut donc légitimement souhaiter immobiliser telle ou telle machine en différents points précis, ou même en remiser sur des voies de garage sans perturber la circulation de la voie principale. C'est possible grâce à un dispositif qui consiste à isoler électriquement des sections. Techniquement, l'installation est très simple. On a vu, en schématisant, que le courant continu nécessaire au fonctionnement des machines va en direction du moteur par le biais des rails et des roues, l'alimente, et en revient. Il suffit, pour isoler un train, d'interrompre la continuité électrique du secteur de voie. On prévoit donc de sépa- r/tee e ers : xr. 4,rure, 7-xx 4+1414 : e,Ï=1,mr trill -. fe-e ta, 13 - Des sections isolées servent à cela : immobiliser un train pendant qu'un autre circule. iy - Un faisceau aussi impressionnant peut accueillir une grande quantité de rames. Chaque voie est donc alimentée par le biais d'un interrupteur (réseau de Gérard Dessagne, Lionel Chevrot et Stéphane Allombert). LOCO-REVUE n°675 - "La commande du réseau miniature" 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 1Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 2-3Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 4-5Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 6-7Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 8-9Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 10-11Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 12-13Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 14-15Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 16-17Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 18-19Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 20-21Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 22-23Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 24-25Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 26-27Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 28-29Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 30-31Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 32-33Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 34-35Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 36-37Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 38-39Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 40-41Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 42-43Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 44-45Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 46-47Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 48-49Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 50-51Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 52-53Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 54-55Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 56-57Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 58-59Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 60-61Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 62-63Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 64-65Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 66-67Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 68-69Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 70-71Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 72-73Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 74-75Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 76-77Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 78-79Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 80-81Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 82-83Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 84-85Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 86-87Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 88-89Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 90-91Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 92-93Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 94-95Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 96-97Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 98-99Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 100