Loco-Revue n°675 octobre 2003
Loco-Revue n°675 octobre 2003
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°675 de octobre 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 98,9 Mo

  • Dans ce numéro : la commande du réseau miniature.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
5 - Un réseau permettant la circulation de nombreux trains et doté d'une animation nocturne nécessite une alimentation adéquate (réseau d'exposition Jouef décrit dans LR 614). Fig. 2 : Les différentes formes du courant électrique +16 V 0V -16 V Exemple de courant alternatif Courant alternatif, courant continu Le courant alternatif est celui que fournit par exemple l'EDF à nos maisons. Sa polarité varie 50 fois par seconde selon des cycles passant par une valeur négative et positive : c'est la fréquence exprimée en hertz (Hz). Ainsi, une fréquence de 50 hertz correspond à 50 périodes par seconde. Ce type de courant est utilisé dans notre hobby par exemple pour l'éclairage des lampes ou la mise en mouvement des électroaimants animant, entre autres, les moteurs d'aiguilles ou les relais. Pour information, citons également les trains Mârklïn ou les trains anciens qui fonctionnent en courant alternatif grâce à des plots disposés sur les traverses ou à un troisième rail central. A l'inverse, le courant continu, comme son nom l'indique, reste polarisé de façon invariable selon une valeur positive donnée : 8, 12 ou 16 V par exemple dans le cas du chemin de fer miniature. C'est en l'inversant que l'on contrôle le sens de marche du moteur connecté. Une pile fournit un courant continu pur. Couramment, pour obtenir un courant utilisable par les moteurs de nos machines, on redresse le courant alternatif en supprimant purement et simplement ses phases négatives ou positives (c'est la simple alternance), ou en leur conférant une même polarité d'ensemble (double alternance). La première solution favorise les marches à faible allure. Dans la pratique, à l'aide d'un appareillage électrique simple, on arrive à donner à ce courant alternatif redressé une allure proche du courant continu pur, mais celui-ci ne présente guère d'intérêt pour nos petites machines dont le couple (la puissance à faible vitesse) reste favorisée par un simple courant redressé non lissé. On verra plus loin que modifier encore la forme du courant, jusqu'au courant pulsé ou rectangulaire, peut présenter certains avantages. +16 V 0V +16 V 0V +16 V 0V +16 V 0V +16 V 0V +16 V 0V Courant redressé simple alternance (ou courant pulsé) Courant redressé double alternance Courant redressé lissé Courant continu pur H II Courant rectangulaire à faible ouverture du régulateur Courant ectangulaire à pleine ouverture du régulateur logues de firmes, la puissance est affichée en VA, ou volts x ampères. C'est une puissance globale que le transformateur est capable de délivrer pour ses deux sorties : courant continu pour la traction et courant alternatif pour les accessoires. Si l'on utilise par exemple un transfo de 16 VA, combien de machines peut-on piloter ? Sachant que la pleine tension fournie à la voie est de 14 V, l'intensité maximale délivrée est de 16 VA divisé par 14 V, soit un peu plus de 1 Ampère, soit 1000 mA, c'est-à-dire 2 ou 3 trains, selon le tableau 1. Mais n'oublions pas qu'il se peut que la sortie accessoires soit utilisée. Il faut donc retrancher de ces 1000 mA l'intensité absorbée par les ampoules d'éclairage et autres consommateurs, tels que moteurs d'aiguilles par exemple. Dans la pratique, il faut bien sûr choisir la puissance de notre alimentation en fonction de la puissance maximale consommée par nos divers appareillages, moteurs des machines bien sûr, mais aussi accessoires, lampes diverses et relais. Il vaut donc mieux prévoir plutôt large ! Couleurs et diamètre des câbles La couleur des câbles permet de réaliser des installations claires et d'en faciliter la modification ou la maintenance. Par convention, on respectera un code de couleurs : + en rouge, - en bleu ou noir, les autres couleurs choisies en fonction des commandes. 4 LOCO-REVUE n°675 - "La commande du réseau miniature"
6 - Les dessous du TCO de la gare de Morez en Z, réalisation de François Bouchey. Il vaut mieux adopter un code de couleurs précis ! Le choix du type de câble mérite une certaine attention. On exclura d'office les monobrins, c'est-à-dire ceux ne comportant qu'un fil sous la gaine isolante, au profit de multibrins. Les premiers ont en effet la fâcheuse tendance de se briser à l'intérieur de la gaine si on les manipule un peu trop, causant des pannes aussi inexplicables que difficiles à repérer. Le diamètre de ces câbles est aussi important à déterminer. Si les câbles fournis par les fabricants présentent un diamètre de 0,15 à 0,25 mm2, ils sont parfaitement utilisables pour l'alimentation de la majorité des accessoires. En revanche, on n'utilisera pas, on s'en doute, ce minuscule fil pour alimenter la voie d'un réseau LGB, dont les machines nécessitent de fortes puis- sances, donc des tensions plus élevées et de grandes intensités. Pour l'alimentation des voies, on peut employer du fil à deux conducteurs destiné aux enceintes hi-fi, d'un diamètre variant de 0,8 à 1 mm2. Sa section est convenable, dans le cas de petits réseaux, pour permettre un passage sans résistance du courant traction et la différenciation des deux conducteurs est indispensable dans le cas du courant continu. On utilisera de même ce fil de forte section pour véhiculer un courant de grande intensité nécessaire à la mise en mouvement de certains électro-aimants, comme les moteurs d'aiguilles des marques SEEP ou Pecopar exemple, qui réclament une forte puissance d'attaque. Courant redressé ? courant pulsé ? Sans entrer dans le détail ni aborder des notions plus précises d'électricité, il faut savoir que le courant fourni par la grande majorité des alimentations du commerce ne favorise pas précisément, ou du moins pas assez, la marche à petite vitesse des moteurs miniatures équipant nos machines. Il s'agit en effet souvent de courant alternatif redressé mono-alternance (voir encadré "courant alternatif/courant continu") qui, s'il offre de bonnes possibilités à tension maximale de 14 ou 16 V, délivre toutefois peu de puissance à faible tension ; c'est pourtant bien les ralentis 7 - Le transformateur Roco 10704, un basique. 8 - Le transformateur Fleischmann6735. Marque et référence Fleischmann6705 Fleischmann6735 Fleischmann6755 Gaugemaster "feedabck" Jouef 9160 Jouef 9168 Roco 10705 Roco 10701 Régul. Roco 10700 Régul. Roco 10712 Titan 812 Titan 816 Tableau 2 : Principales alimentations du commerce Puissance totale 42 VA 14,5 VA 31 VA non communiquée 14 VA 10 VA 14 VA 35 VA non communiquée non communiquée 15 VA 33 VA Sortie traction Sansc.c. : 0 à 14 Vc.c. : 0 à 15 Vc.c. : 0 à 14 Vc.c. : 0 à 12 Vc.c. : 0 à 12 Vc.c. : 0 à 14 V Sansc.c. : 0 à 14 Ve.c. : 0 à 14 Vc.c. : 0 à 14 Vc.c. : 0 à 14 V Sortie accessoiresc.a. : 14 Vc.a. : 14 Vc.a. : 14 V Sansc.a. : 16 V Sansc.a. : 14 Vc.a. : 15 V Sans Sansc.a. : 14 Vc.a. : 14 V Remarques Courant pulsé, multiples modèles (pour moteurs RSf = à rotor sans fer) Courant pulsé au démarrage A utiliser en association avec 10701 Nombreux réglages : courant pulsé, inertie... Courant pulsé au démarrage Courant pulsé au démarrage LOCO-REVUE n°675 - "La commande du réseau miniature" 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 1Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 2-3Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 4-5Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 6-7Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 8-9Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 10-11Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 12-13Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 14-15Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 16-17Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 18-19Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 20-21Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 22-23Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 24-25Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 26-27Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 28-29Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 30-31Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 32-33Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 34-35Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 36-37Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 38-39Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 40-41Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 42-43Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 44-45Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 46-47Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 48-49Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 50-51Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 52-53Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 54-55Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 56-57Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 58-59Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 60-61Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 62-63Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 64-65Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 66-67Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 68-69Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 70-71Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 72-73Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 74-75Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 76-77Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 78-79Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 80-81Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 82-83Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 84-85Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 86-87Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 88-89Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 90-91Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 92-93Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 94-95Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 96-97Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 98-99Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 100