Loco-Revue n°675 octobre 2003
Loco-Revue n°675 octobre 2003
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°675 de octobre 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 98,9 Mo

  • Dans ce numéro : la commande du réseau miniature.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Principales fournitures nécessaires Les outils et matériaux utilisés sont les mêmes que pour Io profileuse-régaleuse et le VAD (LR 664 et 668). Prévoir en plus les teintes Humbrol suivantes : Gris foncé 32, rouge 60, gris moyen 64, argent 11, gris clair 26, métal gun 53, jaune 154, marron 29. Toujours en remettre une couche avant montage L'engin se décompose en plusieurs sous-ensembles, qu'il faut peindre et décorer avant tout assemblage. J'ai procédé volontairement à un montage par- 2 - De gauche à droite, la cabine de conduite et de travail le groupe thermique, le réservoir de fuet le pupitre de dépliement (refermé), un autre réservoir et l'autre cabine de conduite. En dessous les deux groupes de stabilisateurs 3 - L'engin de TSO. Sous sa cabine, les capteurs TVM (signalisation embarquée) pour la LGV (ligne à grande vitesse). Extrême polymorphisme du "stab" : certains n'ont pas de toit d'autres ont des parois latérales, des cabines plus longues à deux baies. Ce sont des modifications d'usine faites sur demande ou exécutées en atelier dans l'entreprise propriétaire. A noter que le sigle TSO a changé en janvier 4 - En réalité : le groupe thermique, un réservoir de fuel le pupitre et, tout à droite, les groupes réfrigérants. 48 LOGO REVUE n°675 - Octobre 2003
tiel dans le désordre, au gré de la peinture et de la décoration. Ceci afin d'éviter les ouvertures itératives des pots de peinture dans un ordre chaotique. J'ai choisi le jaune turbotrain (jaune bouton d'or 411 SNCF) d'Interfer. Pour les autres éléments, les peintures et diluant Humbrol font l'affaire. Après passage de l'aérographe, suivi d'un bon séchage, on y voit plus clair pour la revue de détails. Les cabines et postes de travail sous ta loupe Sur ce modèle aussi, les cinq feux des cabines doivent être creusés (sans percer !) avec des forets de 0, 5 et 2,5 mm avant d'être peints. De même, les vitrages ne sont toujours pas encastrés. Le cadre des fenêtres latérales n'est pas peint, pas plus que le joint caoutchouc des pare-brise. Pour corriger cela, il faut donc recourir successivement aux teintes argent et gris foncé. Dans la foulée, les blocs des feux et les essuieglaces ont droit eux aussi à une touche d'argent. Les plus courageux pourront, par "disquage", ouvrir une baie afin d'admirer les pupitres. Le châssis et le toit pouvaient être mieux Sur le côté visible du châssis existe une nappe de quatre canalisations pneumatiques courant en parallèle tout le long du longeron. Kibri en a fait une reproduction plate et timide. Comme il est très délicat de remplacer ces canalisations par des pièces rapportées, je me suis contenté d'appliquer au pinceau deux jus successifs de gris foncé et de marron afin de souligner les interstices séparant ces canalisations. Sur le toit, j'ai peint en gris foncé les grilles des capots de réfri- gération, puis je les ai grattées après séchage afin d'en souligner la gravure en creux. A noter que Kibri persiste à graver ses grilles de toiture en creux, ce qui est curieux, d'autant plus que celles des climatiseurs de cabines sont correctement reproduites en relief. Allez comprendre ! Les capots de ces climatiseurs sont peints en gris clair et les goulottes latérales des longerons en gris moyen. Sur les traverses de tamponnement, les fixations des plaques de boisseaux et les tampons sont peints en métal gun. Percez à 0,4 mm les points de fixation des mains d'atteleur et formez-les dans un fil de laiton de même diamètre. Les groupes "vibromasseurs" : de belles sensations ! C'est de loin le sous-ensemble le plus réussi. Les pièces des stabilisateurs dynamiques sont traitées avec le même jus que les canalisations de châssis afin de souligner leurs reliefs. Tous les vérins hydrauliques ont reçu une touche d'argent, et les petites roues des groupes une touche de teinte métal gun, à l'ex- 5 - Le platelage avec le moteur diesel et le réservofr. Le caillebotis taillé dans le tamis recouvre l'évidement. Remarquez les conduites hydrauliques partant du pupitre. 6 - Les deux groupes stabilisateurs au repos, séparés par le chariot de nivellement De chaque côté, les tirants qui les maintiennent dans l'axe de la voie. Les galets pinces sont relevés. 7 - Les groupes en position travail avec les nombreux circuits hydrauliques. À l'arrière-plan, les arbres de transmission reliant les bogies et les groupes. ception de leurs tables de roulement et boudin qui sont argent. Les galets pinces latéraux sont eux aussi peints en métal gun. Les groupes de stabilisation représentés en position haute (repos) ne seront collés en place qu'au montage final. Je n'ai pas résisté au plaisir d'installer les plus visibles des circuits hydrauliques y compris ceux des extrémités : LDP (lecture de dévers préalable) et LDR LOGO REVUE n°675 - Octobre 2003 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 1Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 2-3Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 4-5Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 6-7Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 8-9Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 10-11Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 12-13Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 14-15Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 16-17Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 18-19Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 20-21Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 22-23Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 24-25Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 26-27Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 28-29Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 30-31Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 32-33Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 34-35Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 36-37Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 38-39Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 40-41Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 42-43Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 44-45Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 46-47Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 48-49Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 50-51Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 52-53Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 54-55Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 56-57Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 58-59Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 60-61Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 62-63Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 64-65Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 66-67Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 68-69Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 70-71Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 72-73Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 74-75Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 76-77Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 78-79Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 80-81Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 82-83Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 84-85Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 86-87Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 88-89Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 90-91Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 92-93Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 94-95Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 96-97Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 98-99Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 100