Loco-Revue n°675 octobre 2003
Loco-Revue n°675 octobre 2003
  • Prix facial : 5,95 €

  • Parution : n°675 de octobre 2003

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 98,9 Mo

  • Dans ce numéro : la commande du réseau miniature.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
3 - L'Y 7293 d'Achères fait partie des engins équipés d'un attelage semi-automatique de manoeuvres BSI. Ainsi doté, il manoeuvre le matériel sur les voies de l'EMT d'Achères. l'engin réalisé pour un coût de 2,40 MF devait donner naissance à une pré-série de dix exemplaires. Après les premiers tours de roue de l'Y 06051 (11) en avril 2000, l'expérience a tourné court avec la destruction le 8 octobre 2001 de ce prototype utilisé en gare de Limoges. Ce n'était là que le second incendie dont était victime l'Y 7798... L'aspect extérieur Les Y 7100/7400 constituent une famille très homogène. Indépendamment des différences d'ordre technique déjà évoquées, les différences d'aspect extérieur concernent notamment les panneaux latéraux situés au niveau du ventilateur. Il semble que tous les Y 7100 et 7400 jusqu'à l'Y 7625 disposent là d'un panneau grillagé. A partir de l'Y 7626, sorti en 1968, la construction est reprise par Moyse. On note alors l'apparition d'éléments de carrosserie en polyester (pavillon de la cabine, capot et panneaux latéraux), ce type de carrosserie étant reconnaissable aux puits de fixation visibles sur les côtés de la partie supérieure du capot et du pavillon. Les Y 7626 à 7888 - disposant tous d'éléments de carrosserie en polyester - ne reprennent pas les panneaux grillagés de leurs prédécesseurs. Les premiers exemplaires de la tranche Y 7626 à 7888 reçoivent neuf persiennes horizontales par côté - comme les T 102 et 103 RATP livrés en 1969 - alors que les dernières unités de cette tranche sont dotées de cinq persiennes verticales. Etait-ce là une manière de sacrifier à la mode des persiennes verticales filtrantes introduites en 1970 par la CC 6539 ? Toutefois, il semble que ce soit par voie d'entretien que certains Y 7626 à 7888 aient reçu des panneaux grillagés à la place de leurs persiennes d'origine. Seuls les premiers Y 7100 ont reçu la livrée verte avec traverse frontale rouge, les exemplaires suivants recevant directement la livrée vert celtique 301 avec traverses et bandes de visibilité jaune 411, sans oublier le châssis gris 807. Cette livrée est encore celle de bon nombre d'Y 7100 et 7400. Elle a en effet été reconduite sur les engins passés en RG+ de 1977 à 1983. Quant à la livrée orange - dite "livrée Arzens de manoeuvres" (12), inaugurée en 1977 avec les Y 8000 -, elle a été appliquée pour la première fois à un Y 7100/7400 avec le passage de l'Y7470 en RG+ (9 décembre 1983). A la suite de l'Y 7470, seuls les engins traités en RG+ à partir de mars 1984 et quelques autres engins passés en atelier pour des raisons diverses ont reçu la nouvelle livrée. Aujourd'hui, le vieillissement des couleurs donne à certaines machines un aspect tirant sur le rose. Il semble qu'à l'exception des premiers exemplaires, les Y 7100/7400 aient pour la plupart reçu des tampons rectangulaires. C'est également le cas du "Billard 41 t", engin assimilable aux Y 7100/7400, mais lesté à 41 t et utilisé par Cofrafer. Par contre, il semble que tous les locotracteurs apparentés aux Y 7100/7400 et livrés à l'Armée, à la RATP ou à Speno aient reçu des tampons ronds. Le "Billard 41 t" utilisé par Cofrafer est un exemple d'engin apparenté au type Y 7100/7400, mais réalisé pour un utilisateur industriel. Dans le même esprit, Decauville réalisera pour des embranchés des locotracteurs plus ou moins dérivés des Y 7100/7400, dont ils reprennent le châssis, la cabine, etc. Evincer les Y 6200/6400, puis cohabiter avec les Y 8000/8400 Globalement, les Y 7100/7400 peuvent s'enorgueillir d'une carrière prestigieuse - pour des locotracteurs ! En effet, entre leur mise en service en 1958 et l'arrivée Production Tranches Y 7101 à 7191 Y 7192* Y 7193 ô 7230 Y 7231 Y7232 ô 7270 Y 7271 à 7310 Y 7401 ô 7452 Y7453 à 7509 Y 7510 ô 7520 t Y 7521 à 7572, Y 7573 à 7625 Y7626 à 7670 Y 7671 à 7728 Î'Y 7729 à 7795 Y 7796 ô 7855 Y 7856 à 7888 Constructeurs Commandes Livraisons Billard 1956 1958 Billard 1956 1958 Billard 1956 1960 Decauville 1959-60 1960 Decauville 1959-60 1961 Decauville 1959-60 1962 Decauville 1961 1963 Decauville 1961-63 1964 Decauville 1961-63 1965 De Dietrich 1964 1965 De Dietrich 1964-65 1966 Moyse 1966 1968 Moyse 1966-67 1969 Moyse 1966-67 1970 Moyse 1966-67 1971 Moyse 1967 1972 *Construit en 1959 et livré le 15 mars 1960 sous le numéro Y 7001 en tant que prototype des Y 7400. 22 LOCO REVUE n°675 - Octobre 2003
des premiers Y 8000 en 1977, ils profitent de vingt années glorieuses, pendant lesquelles ils constituent l'élite des locotracteurs SNCF. Ce sont donc eux qui sortent en ligne et qui assurent les manoeuvres lourdes. Contrairement aux locomotives, les locotracteurs sont très peu visibles au cinéma. On peut donc souligner l'apparition d'un Y 7100/7400 dans l'une des scènes de "Le Pacha" (Georges Lautner, 1968). Les livraisons très progressives des séries Y 8000/8400 entre 1977 et 1997 entament peu à peu les prérogatives des Y 7100/7400 : comme les Y 7100/7400 l'avaient fait vingt ans plus tôt au détriment des Y6200/6400, les Y 8000/8400 reprennent logiquement aux Y 7100/7400 leurs prestations les plus nobles ou leurs services les plus durs. Il est vrai que les Y 8000/8400 disposent d'une puissance supérieure et d'un antipatinage qui, associés à leur grand empattement, leur confèrent une stabilité et une capacité de traction nettement supérieures à celles des Y 7100/7400. Fait rare, les premiers Y 7100 (première tranche de 92 exemplaires commandée à Billard) sont livrés avec trois mois d'avance et avec une cadence de cinq exemplaires par mois au lieu des quatre prévus. Dans un premier temps, les nouveaux engins sont destinés exclusivement à l'Exploitation (devenu Transport), plutôt pour un emploi dans les gares de moyenne importance. Au cours de ses essais en ligne, l'Y 7101 se retrouve en tête d'une rame de voitures à portières latérales multiples, déjà totalement anachroniques en cet été 1958. Grâce au développement des séries Y 7100 et 040 DE (BB 63000/63500), la traction diesel franchit vers 1960 le cap des 50% des parcours de manœuvres de la SNCF, le reste étant assuré pour 15% par des machines électriques et pour 35% par des machines à vapeur. Il faut préciser qu'à l'époque, la SNCF fait de très gros efforts pour se diéséliser : toutes séries confondues, 130 locotracteurs sont livrés au cours de l'année 1959 ! Par contre, la SNCF ne prend livraison d'aucun locotracteur entre 1972 (dernier Y 7400) et 1977 (premier Y 8000), ce qui provoque l'effondrement de l'industrie française du locotracteur, Moyse déposant son bilan en 1980 après avoir tenté de survivre au prix d'un endettement sans issue. Manoeuvres et trains légers Alors que les Y 6200/6400 ont souvent été vus en tête de petites compositions marchandises-voyageurs (MV), les Y 7100f7400 arrivent sur le réseau lorsque ce type de train devient anecdotique, les quelques survivants du genre étant plutôt confiés aux BB 63000/63500. Toutefois, les Y 7100 auront l'occasion de remorquer quelques petits trains de voyageurs, par exemple entre Comméquiers et Croix-de-Vie. Présents sur l'ensemble du réseau SNCF, les Y 7100/7400 auront été affectés aux fonctions Matériel (ex-Matériel et Traction, ou MT), Transport (ex- 4 - En août 2003, c'est l'y 7660 qui prend en charge la Mauzinette n°4 chargée de mesurer les éventuels défauts de géométrie de la voie sur Paris/Mantes par Poissy. Exploitation) et Equipement (ex-Voie et Bâtiments, ou VB). Ils sont conduits par les agents des fonctions Transport, Equipement ou Matériel. Les Y 7100/7400 se situent dans une gamme de puissance qui leur permet d'assurer la traction en ligne de trains de fret légers. En pratique, ils prennent la tête de trains de desserte entre une gare principale fret (GPF) et un embranché. Avec la radiation des derniers Y 6200/6400 en février 1995, les Y7100/7400 remplacent ceux-ci en tête des trains de l'Equipement. On les trouve donc avec des rames de maintenance de la ligne de contact aérienne, des trains désherbeurs, etc. Toutefois, la constitution des rames et le déplacement des autres véhicules ferroviaires restent les activités de base d'un locotracteur. Aussi, selon la nature des manoeuvres à assurer et le type de matériel à manoeuvrer, les Y 7100/7400 peuvent recevoir des attelages spéciaux. De nombreux engins ont donc reçu un attelage semi-automatique de manoeuvre BSI (13), alors que d'autres sont équipés de l'autocoupleur automatique Scharfenberg (14) pour la manoeuvre des engins automoteurs (Z2, etc.). LOCO REVUE n°675 - Octobre 2003 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 1Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 2-3Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 4-5Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 6-7Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 8-9Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 10-11Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 12-13Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 14-15Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 16-17Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 18-19Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 20-21Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 22-23Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 24-25Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 26-27Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 28-29Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 30-31Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 32-33Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 34-35Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 36-37Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 38-39Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 40-41Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 42-43Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 44-45Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 46-47Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 48-49Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 50-51Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 52-53Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 54-55Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 56-57Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 58-59Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 60-61Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 62-63Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 64-65Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 66-67Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 68-69Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 70-71Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 72-73Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 74-75Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 76-77Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 78-79Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 80-81Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 82-83Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 84-85Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 86-87Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 88-89Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 90-91Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 92-93Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 94-95Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 96-97Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 98-99Loco-Revue numéro 675 octobre 2003 Page 100