Loco-Revue n°665 décembre 2002
Loco-Revue n°665 décembre 2002
  • Prix facial : 5,70 €

  • Parution : n°665 de décembre 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 99 Mo

  • Dans ce numéro : test, le choix de la voie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
TEST Des Corail Lima aux Aqualys Rivarossi Il y a une dizaine d'années apparaissaient les voitures Corail Lima. Des modèles réussis, bien gravés, reproduits à l'échelle 1/87 exacte, proposés plus tard en livrée Corail "Plus". Aujourd'hui, ces voitures ressortent, mais sous la marque Rivarossi et en belle décoration Aqualys. Philippe Duhamel les a testées pour vous. Texte & photos  : PHILIPPE DUHAMEL L es voitures dénommées Aqualys proviennent de différents types de voitures Corail VTU. Ces voitures ont été transformées spécialement pour le service au départ de Paris Austerlitz et à destination d'Orléans et Tours. Il était naturel que Lima reprenne ses voitures et en propose cette version moderne. Lima nous propose actuellement une B101/2 tu 50 87 20 97 009 6 (réf. 3723), une A5B4tux 50 87 39 97 002 0 (réf. 3721) et une A9tu 50 87 19 07 00 16 (réf. R3722). Ces voitures considérées comme faisant partie du "haut de gamme" du groupe sont en conséquence vendues sous la marque Rivarossi. Elles sont donc livrées dans les imposantes boîtes rouges communes à tous les modèles de la marque. Une gravure sans modification Les voitures Corail Lima sont apparues voici une dizaine d'années. Rappelonsen les caractéristiques : l'allure générale est bien rendue, grâce notamment à des dimensions à l'échelle. La gravure, sans grande complication, est très correcte. Au fil du temps, Lima a sorti différentes versions, à portes Mielich et à portes louvoyantes pour les versions réelles les 1 - La voiture de le classe A9tu. La livrée Aqualys est particulièrement élégante. 2 - La voiture mixte est munie de portes louvoyantes et donc de marchepieds mobiles. 54 LOCO REVUE n°665 - Décembre 2002
3 - Les inscriptions sont complètes et lisibles. Toutes les voitures Aqualys sont aptes aux 200 km/h. 4 - L'extrémité de caisse est très réussie avec des teintes exactes et bien appliquées. 5 - La 8101/2 tux est une Biltud'origine transformée notamment pour recevoir un compartiment à vélos. plus récentes. Ces dispositions sur les voitures Aqualys sont respectées avec la voiture mixte à portes louvoyantes. Les extrémités de caisses sont de bon aloi, avec des feux rouges intégrés à monter, qu'il est facile de remplacer par des diodes fonctionnelles. Les marchepieds sont bien présents. Leurs parties mobiles sont présentées repliées. Le dessous de caisse, peu visible, est simplifié ; la toiture, cannelée, est très bien reproduite. Les vitrages et encadrements de baies trahissent cependant l'âge de la gravure. C'est, à mon sens, le point faible de ces voitures. L'aménagement intérieur est très succinct et mérite un superdétaillage. Les bogies Y 32 sont de bonne qualité. La gaine en caoutchouc protégeant le gros ressort de suspension est bien présent. Remarquons que toutes les voitures Rivarossi sont dotées d'essieux avec un corps en plastique, ce qui ne facilite pas l'installation de prises de courant, qui doivent être reportées sur les flancs intérieurs des roues. Une décoration entièrement nouvelle La décoration Aqualys est complexe. Pour la réaliser, Rivarossi a fait appel à une combinaison de peinture et de tampographie. Le résultat est très flatteur. Les limites entre teintes sont nettes. Les différentes inscriptions sont très fines, en particulier le sigle de la région Centre. La peinture est légèrement satinée, ce qui est peut-être un peu trop mat pour des véhicules sortis de peinture, mais réaliste après quelques mois voire années d'uti- lisation. Les inscriptions sont toutes lisibles et exactes. Ces voitures sont aptes aux 200 km/h. Une exploitation sans problème Avec un poids de 160 g, ces voitures roulent sans difficultés. Les attelages sont bien sûr à élongation, avec timon NEM. Rivarossi fournit en plus des attelages à boucle et une paire d'attelages "courts" fixes, c'est-à-dire sans possibilité de dételage automatique. Dotées de ces derniers attelages, ces voitures devront donc être attelées et dételées à la main, comme en réalité. Une intéressante déclinaison Après les Corail en différents marquages et les Corail "plus", voici donc une intéressante déclinaison de ce matériel, qui reste au goût du jour malgré son âge. Son prix est dans la moyenne du marché  : 50 euros environ la voiture. Encourageons Rivarossi à persévérer dans cette voie ! LOCO REVUE n°665 - Décembre 2002 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 1Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 2-3Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 4-5Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 6-7Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 8-9Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 10-11Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 12-13Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 14-15Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 16-17Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 18-19Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 20-21Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 22-23Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 24-25Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 26-27Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 28-29Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 30-31Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 32-33Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 34-35Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 36-37Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 38-39Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 40-41Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 42-43Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 44-45Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 46-47Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 48-49Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 50-51Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 52-53Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 54-55Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 56-57Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 58-59Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 60-61Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 62-63Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 64-65Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 66-67Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 68-69Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 70-71Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 72-73Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 74-75Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 76-77Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 78-79Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 80-81Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 82-83Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 84-85Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 86-87Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 88-89Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 90-91Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 92-93Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 94-95Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 96-97Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 98-99Loco-Revue numéro 665 décembre 2002 Page 100