Loco-Revue n°656 mars 2002
Loco-Revue n°656 mars 2002
  • Prix facial : 5,70 €

  • Parution : n°656 de mars 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 112

  • Taille du fichier PDF : 108 Mo

  • Dans ce numéro : Nuremberg 2002, dans l'oeil du cyclone !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
LO C » revue Fiches pratiques LES INGRÉDIENTS Quelques courts tronçons de zeeschuim, dont la hauteur n'excède pas 15 mm, serviront à représenter le squelette des arbustes, les longues tiges seront évoquées à l'aide de poils de balais en chiendent ou de morceaux de ficelle de sisal. Ajoutons des flocages de grain moyen vert tendre et vert foncé pour les feuillages ainsi que quelques grains de couleurs pour les fleurs. N'ayant pas réussi à trouver autre chose que des flocages de couleur rouge, j'ai utilisé de la peinture pour évoquer les autres couleurs. Comme les fleurs et les feuilles I.48 ne sont pas du même format, il est préférable de disposer de flocages de granulométries différentes. Il nous faut évidemment de la colle vinylique pour lier tous ces ingrédients. Pour ma part, j'utilise de la colle blanche à bois. LA PROCÉDURE Nous allons en une seule fois fabriquer plusieurs espèces. Commençons par tailler nos buissons, quelques chutes de zeeschuim d'une douzaine de millimètres de haut feront l'affaire. Il faut ajouter à ces douze millimètres, une longueur de tige suffisante pour manipuler la 4 - Pour les modélistes qui ont choisi de reproduire la région sud de la France, la présence d'un agave est impérative. Les feuilles sont en papier découpé et peint, la hampe et les fleurs sont fabriquées avec la technique décrite ci-dessus, le flocage est simplement peint en blanc. C'est de la feuille de l'agave que l'on tire la fibre de sisal qui sert à tresser la ficelle que nous utilisons pour représenter de petites plantes. plante lors de sa fabrication. Pour les plantes à tiges hautes, une demi-douzaine de poils de balais en chiendent sont liés en leur centre par un morceau de ruban adhésif, leur longueur est égalisée d'un coup de ciseaux. Les tiges des plantes plus basses sont représentées avec de la ficelle de sisal, un court tronçon en est déroulé et nous n'en garderons que quelques brins. Ensuite, dans un petit récipient, diluons un volume de colle dans un volume d'eau. Les tiges sont intégralement immergées, puis trempées dans du flocage vert. Et voici que, déjà, nos plantes ont pris des feuilles. Après une période de séchage, qui dépend entièrement de la qualité de la colle utilisée, l'opération immersion est renouvelée. Mais cette fois ci, nous n'encollons que le haut des bouquets ou des tiges, puis nous les trempons dans le flocage de couleur, dont la granulométrie est différente. Après un temps de séchage approprié, les bouquets de zeeschuim sont séparés en petites touffes à un seul pied, les tiges en chiendent sont 5 - Lupins et Ajoncs en sisal. recoupées à des longueurs de 15 et 30 mm en conservant une marge de trois millimètres pour enficher nos plantes dans le sol. Pour créer mes hortensias, j'ai utilisé un flocage moyen vert sombre pour les feuilles, puis un flocage de plus grosse granulométrie pour évoquer les bouquets de fleurs. Après séchage, j'ai peint en bleu tendre les bouquets de fleurs, avec une peinture acrylique à l'eau. DES FLEURS SUR VOTRE RÉSEAU Les plantes sont enfin disposées sur le réseau, souvent elles préfèrent un coin abrité, à l'angle d'un mur, contre un poteau télégraphique, le long d'une clôture, dans un endroit délaissé où personne ne circule jamais. Où qu'elles soient, elles apportent de la gaîté et pourquoi pas une touche de légèreté  : une belle rose trémière dans la cour d'un dépôt ! 7-1.xte & illustrations  : FRANÇOIS FONTANA 6 - Les différentes étapes de fabrication des roses trémières. Supplément à Loco Revue 656 mars 2002
INTERNET Les véhicules rail-route Presque toujours obtenus par la conversion ferroviaire d'engins routiers, les véhicules rail-route adoptent une multitude de formes afin de satisfaire les besoins les plus divers, qu'ils soient civils ou militaires, qu'il s'agisse de manoeuvres sur un embranchement ou de tâches de maintenance. Cette diversité des engins rail-route est d'autant plus méritoire que les bases routières adaptées au rail sont en fait peu nombreuses. Véhicule emblématique et surtout, bonne à tout faire, la Jeep a connu maintes conversions au rail (3), que ce soit en Algérie, entre Caen et Cherbourg, en Birmanie, aux Philippines ou en Indochine. Contemporain des Jeep, le Dodge WC 51 railroute est représentatif des conversions ferroviaires des "weapons carrier 3/4 ton" (1). L'un d'eux enrichit la collection du 5° Régiment du génie depuis 1997. La même page comprend également une photo d'un Dodge converti au rail par Veraro ("Le VEhicule RAIT-ROute") et qui a la particularité de s'être égaré au Liban. Outre les véhicules routiers convertis au rail, le monde du rail-route comprend des engins principalement ferroviaires, mais disposant de roues routières pour leurs évolutions à proximité des voies. Il s'agit par exemple des Trackmobill (2). Abondamment livrés à l'armée française, ils connaissent également des emplois civils. S'il ne faut retenir qu'un seul engin railroute, c'est peut-être le Unimog de Mercedes que l'on rencontre aussi sous le nom de Locomog lorsqu'il est équipé d'origine en rail-route. Extraordinaires par n°656 - Mars 2002 ses capacités de franchissement autant que par sa polyvalence, l'Unimog profite d'une transmission endurante à laquelle il doit une part du succès de ses conver- sions ferroviaires. Jetez un oeil sur la page des Unimog 406 (8) dont la silhouette aujourd'hui un tantinet démodée ne vous est sans doute pas étrangère. Pour connaître la gamme actuelle des Unimog, consultez le site d'un spécialiste de l'occasion (4) qui dispose d'un lien vers sa page consacrée aux locotracteurs. Ren-ie.ierelleimaii,. 4lee  : r `, ; le >21 uni dez également visite à Railquip (5) qui vous donne un aperçu de la diversité des emplois ferroviaires des Unimog  : nettoyage des tunnels, entretien des lignes aériennes, dépannage et remorquage de matériel roulant, débroussaillage, etc. De même, Zagro (6) vous présente des Unimog dans leurs emplois ferroviaires. Créée en 1969, l'entreprise Zagro s'est singularisée en commercialisant des chariots convertisseurs permettant la conversion instantanée d'un engin de manutention en engin de manoeuvre ferroviaire. Sur la page des voies industrielles de Giebel (7), vous trouverez le sempiternel Unimog, mais aussi un très intéressant engin moderne (type Tracto ou Zephir ?). Toujours parmi les matériels récents, consultez la page du revendeur Lambert (9) qui vous montrera ce que Mercedes propose aujourd'hui comme engins neufs, à base de Unimog ou de tracteurs forestiers. - LOIC Freux Accès aux liens Connectez-vous au site http://www.locorevue.com et déroulez le menu Loco Revue Pratique où vous choisirez Liens. Cliquez ensuite sur Vus dans Loco Revue, puis sur Loco Revue 656. Loïc Fieux



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 1Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 2-3Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 4-5Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 6-7Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 8-9Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 10-11Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 12-13Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 14-15Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 16-17Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 18-19Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 20-21Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 22-23Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 24-25Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 26-27Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 28-29Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 30-31Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 32-33Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 34-35Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 36-37Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 38-39Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 40-41Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 42-43Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 44-45Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 46-47Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 48-49Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 50-51Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 52-53Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 54-55Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 56-57Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 58-59Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 60-61Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 62-63Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 64-65Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 66-67Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 68-69Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 70-71Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 72-73Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 74-75Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 76-77Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 78-79Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 80-81Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 82-83Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 84-85Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 86-87Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 88-89Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 90-91Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 92-93Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 94-95Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 96-97Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 98-99Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 100-101Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 102-103Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 104-105Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 106-107Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 108-109Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 110-111Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 112