Loco-Revue n°656 mars 2002
Loco-Revue n°656 mars 2002
  • Prix facial : 5,70 €

  • Parution : n°656 de mars 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 112

  • Taille du fichier PDF : 108 Mo

  • Dans ce numéro : Nuremberg 2002, dans l'oeil du cyclone !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
18 - MODERN RAILROAD 1/87. Le loco-tracteur V 36 annoncé en 2000 sort effectivement et ne va pas rester isolé. Une deuxième machine, à vapeur cette fois, est d'ores-etdéjà mise en chantier. Ce sera une loco-tender du type BR 66, encore inédite sur le marché. Une nouvelle collection est ainsi lancée sous le label Modell-plus. Il va de soi que tous les modèles seront digitalisés et Bernd Lenz pourra se targuer d'être le tout premier constructeur à être passé au tout-digital. Toutefois, vu sa position particulière en la matière, je le mettrai hors concours dans la course des grands et laisserai la palme du pionnier à LGB (voir sous ce nom). Revenons au V 36, qui était censé montrer aux clients de Lenz comment concevoir un nouveau modèle à l'ère du digital. On peut dire que la démonstration est réussie. Le loco-tracteur est d'une fabrication très fine, présente une démultiplication d'allure remarquable et dispose d'un attelage télécommandé (modèle standard à boucle), actionnable aussi bien en régime 17 - Mayerhofer  : Chaque élément de cette guirlande lumineuse pour l'échelle N mesure à peine 0,6 mm. A noter que la pièce de référence est ici de 1 cent et non de 1 euro, miniaturisation extrême oblige ! 16 - Cette moto à l'échelle HO est dotée des derniers perfectionnements de Mayerhofer en matière d'éclairage réaliste  : projecteur "Xénon", feux arrière et feux flash d'intervention. 18 - Modem Railroad  : Attelage conducteur pour le HO. Les deux moitiés sont présentées avant accouplement en haut de la photo, tandis qu'en bas, on les voit en position attelée. 19 - Le nouveau logo qui préside désormais à la destinée digitale de Roco. 20 - Roco  : Le Route Control permet de commander numériquement 256 aiguillages et de les combiner en 32 itinéraires. digital qu'analogique. Malheureusement, le prix du modèle n'est pas encore fixé, ce qui rend impossible une appréciation définitive. Par ailleurs, en constatant les défections successives des gros clients de Lenz (voir Roco pour le dernier en date), on peut se demander si ce nouveau développement ne résulte pas simplement d'une volonté de représailles à leur égard. Pareille stratégie sera-t-elle profitable à long terme, cela reste à voir. Dans le domaine du digital, Lenz annonce aujourd'hui une baisse de 25 à 30% sur ses décodeurs de base, fruit de l'augmentation des séries produites. Ainsi, le décodeur LE 1025 (anciennement LE 130), sera dorénavant offert à 28 € . Pour mémoire, il mesure 22,5 x 16,2 x 5,3 mm, délivre 1 A au moteur, dispose de 2 fonctions auxiliaires et d'une compensation de charge. D'autre part, le LE 1014 (remplaçant les LE 103 et 104) tombe à moins de 25 € . Il mesure 31,5 x 16,2 x 3,8 mm, délivre 1 A au moteur, dispose d'une fonction auxiliaire, mais pas de compensation de charge. Relevons enfin une nouveauté marquante, le XpressNet Phone Adaptor (XPA), petit adaptateur qui permet de transformer un téléphone sans fil en radiocommande DCC. Se branchant simplement entre la station de base du téléphone et le bus de liaison Lenz, il assure une conversion ad hoc des impulsions. Le combiné téléphonique peut alors servir de commande baladeuse, moyennant une codification des touches à apprendre. Quant au prix de cet adaptateur, il sera de l'ordre de 15 € . C'est simple, pas cher, il fallait y penser ! LGB (photo 15) Sur le plan matériel, le Mehr-Zug- System (Système Multi-Trains) du spécialiste du Ilm s'enrichit d'un dernier composant  : le Kleinlok-Decoder. D'une surface réduite de 28 x 14 mm, il doit permettre de digitaliser les plus petites locos du catalogue, jusqu'ici récalcitrantes à pareille transformation. Cet avènement est essentiel sur le plan stratégique de l'entreprise, car il va lui permettre de franchir le pas ultime de l'évolution en cours  : l'abandon pur et simple de tout matériel classique (entendez analogique) car dans moins de douze mois, LGB sera le premier grand constructeur à passer au tout-digital et cela sans augmentation de prix ! Évidemment, la grande taille de ses modèles et leur prix relativement élevé lui ont facilité la tâche, mais cette avancée n'en constituera pas moins un jalon important dans l'histoire de notre hobby. On va enfin pouvoir vérifier que la politique commerciale du tout-digital est viable et que les économies qu'elle entraîne dans la fabrication en série sont réelles. D'autres constructeurs, des échelles HO et même N, y pensent depuis longtemps et n'attendent que des circonstances favorables 19 &20 - -n pour suivre le même chemin. Maintenant que les décodeurs numériques sont tous compatibles avec une exploitation en régime analogique, les clients traditionnels ne seront aucunement abandonnés et achèteront des machines digitalisées sans même s'en apercevoir. Chacun fera donc comme bon lui semble, mais LGB le premier aura définitivement tourné la page. Mayerhofer (photos i6 et 17) Cette année, cet artisan présente de nouveaux prodiges d'éclairage miniaturisé. Il y a d'abord toute une collection de véhicules aux échelles HO et N, vendus tout équipés  : voitures d'intervention, pompiers, bus modernes et même motos sont dotés par Mayerhofer d'éclairages réalistes et de couleurs conformes, comprenant tous les feux imaginables. Une nouvelle guirlande fait aussi son apparition pour le N, constituées de diodes lumineuses de... 0,6 mm, un record mondial paraît-il. Quant aux prix, je préfère ne pas en parler... Modern Railroad (photo i8) Cet importateur belge d'électronique et de logiciels ferroviaires propose un astucieux attelage conducteur pour le HO, se comportant comme un attelage standard. Basé sur le modèle court de Fleischmann, il incorpore simplement sur le dessus de chaque élément un fil de laiton venant en contact avec son pendant quand l'attelage est formé. Ces fils peuvent être soudés par le dessous de l'attelage à des câbles provenant des véhicules à accoupler. Une version bipolaire est 34 LOCO REVUE n°656 - Mars 2002
aussi disponible. Ces attelages sont vendus en direct (Internet) à un prix maxi de 6,40 € la paire (version unipolaire). PecoSeule nouveauté marquante, une TJD de 8° d'angle complète la gamme en 0 (rail de code 124 à double champignon). Signalons aussi que le projet de motorisation d'aiguilles à mouvement lent, annoncé en 2000, est abandonné devant le niveau trop bas des prix de la concurrence. Roco (photos 19 et 20) Grâce au renfort de Georg Fuchs, le concepteur du Digital Arnold, Roco peut aujourd'hui revendiquer son indépendance en matière de commande numérique. Elle demeure dans le sillage de sa collaboration avec Lenz et ses nouveaux développements resteront compatibles avec tous les appareils anciens, mais elle compte dorénavant bâtir son avenir digital en toute autonomie. Le label "Digital is cool" est relégué aux oubliettes et remplacé par un slogan plus ambitieux "Digital powered by Roco". La souris améliorée Lokmaus 2, sortie précédemment, résultait déjà d'une conception interne de Salzbourg. Aujourd'hui, paraît le Route-Control, un appareil de commande pour appareils de voie et autres accessoires électromagnétiques. D'un maniement ultra-simple (la marque de Georg Fuchs ?) , il peut prendre en charge 256 appareils individuellement et peut les combiner en 32 itinéraires. Toujours dans le domaine du 21 - SMT digital et suite au succès des précédentes tentatives, Roco élargit fortement son programme de sonorisation en collaboration avec ESU. Cinq nouveaux modèles HO équipés de bruiteurs LokSound 2 et bénéficiant de bruitages authentiques sont annoncés pour l'Allemagne  : une S 3/6 bavaroise (époque I), une électrique E 94 (époque III), un Schienenbus (époque III), la Pacific Reco18201 en élégante (mais contestable) livrée blanche (époque V) et une rame ICT à l'échelle exacte (époque V). En outre, quatre machines étrangères seront sonorisées dans les mêmes conditions  : la mythique diesel CC Nohab dite "nez-rond", la puissante électrique triple norvégienne de la "ligne du fer", la motrice BB autrichienne 1044 203-6 et la lourde diesel espagnole BR 319.2. Dommage que la nouvelle 68000 de la SNCF reste à l'écart de cette évolution ! SMT (photo 21) Cette firme de mécanique de précision nous propose une impressionnante panoplie de bancs d'essais pour locomotives. 21 - Un des nombreux bancs d'essai de locomotives SMT, disponibles pour toutes les échelles. On aperçoit à droite des trucks de nettoyage de roues qui peuvent être substitués aux trucks porteurs. 22 - Selectrix reste le champion incontesté de la miniaturisation avec ce décodeur de 0,35 cm ; délivrant néanmoins 1 A et pourvu de nombreuses ressources. Dommage qu'il soit réservé au format Selectrix ! 23 - Trix Voilà comment se présenteront désormais les boîtes de départ de toutes les marques de notre branche, avec régulateur et transforéducteur séparés. Ainsi en a décidé la Commission Européenne ! La réalisation, toute en aluminium éloxé mat, est une des plus fines qu'il m'ait été donné de voir. La gamme couvre toutes les échelles du I au Z et toutes les dispositions de roues. En HO, les différents modèles sont équipés de skis centraux amovibles et peuvent également convenir pour le 3-rails. Les bancs sont en partie extensibles et le nombre de trucks porteurs peut être librement multiplié en fonction des besoins. Des trucks de nettoyage, incorporant un patin de fibres non abrasives, sont disponibles en option et peuvent leur être substitués pour l'entretien des roues. D'autres accessoires peuvent compléter les bancs, tels que appareils de mesure électrique et tachymètre. A titre documentaire, le modèle moyen pour l'échelle HO, avec cinq paires de trucks porteurs de base, revient à 193 € . Trix (photos 22 et 23) La commande numérique Selectrix demeure une des plus performantes du marché. Multi-pro- 22 - TRIX SELECTRIX tocolaire, elle est compatible avec le DCC. En revanche, ses propres décodeurs ne fonctionnent qu'en format Selectrix et leur extrême miniaturisation ne peut profiter qu'à ses propres clients. A noter, toutefois, la percée en Allemagne d'un concurrent sérieux, proposant une gamme complète d'appareils et de décodeurs au format Selectrix, mais moins chers de 40 à 50%. Il s'agit de la gamme Digirail de la firme MÜT (www.digirail.de). Tout ceci n'est pas d'un grand intérêt pour nos pays, sauf si Mârklin se décide à y instaurer une distribution efficace du Selectrix. Ce serait tout bénéfice pour les N-istes de chez nous, qui ont souvent bien du mal à installer les décodeurs DCC dans leurs machines. Je rappelle que le plus petit décodeur Trix, réf. 66830, délivrant un courant traction de 500 mA et disposant de ressources appréciables, mesure seulement 14 x 9 x 2,5 mm. Et cette année voit naître, sous la référence 66836, un modèle semblable délivrant 1 A pour une épaisseur supérieure de 0,3 mm à peine. Avec un volume de 0,35 cm', il fait ainsi la moitié du décodeur correspondant de Digitrax ! LOCO REVUE n°656 - Mars 2002 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 1Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 2-3Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 4-5Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 6-7Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 8-9Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 10-11Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 12-13Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 14-15Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 16-17Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 18-19Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 20-21Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 22-23Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 24-25Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 26-27Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 28-29Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 30-31Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 32-33Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 34-35Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 36-37Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 38-39Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 40-41Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 42-43Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 44-45Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 46-47Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 48-49Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 50-51Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 52-53Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 54-55Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 56-57Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 58-59Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 60-61Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 62-63Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 64-65Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 66-67Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 68-69Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 70-71Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 72-73Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 74-75Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 76-77Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 78-79Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 80-81Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 82-83Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 84-85Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 86-87Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 88-89Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 90-91Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 92-93Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 94-95Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 96-97Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 98-99Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 100-101Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 102-103Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 104-105Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 106-107Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 108-109Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 110-111Loco-Revue numéro 656 mars 2002 Page 112