Loco-Revue n°641 novembre 2000
Loco-Revue n°641 novembre 2000
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°641 de novembre 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 104 Mo

  • Dans ce numéro : 17 pages sur les halles et la messagerie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
I_CbgICCIr dt dt" Fiches pratiques les cas, il reste à pratiquer une coupure en aval de l'appareil, c'est-à-dire sur les deux rails partant de la pointe de coeur. On note que dans le cas ou notre appareil donne l'accès à un tiroir, il n'est pas utile de disposer de coupure (figure 1). Rappelons que nous pouvons procéder à une coupure en tronçonnant le rail, ou en installant une éclisse isolante. Voilà, notre pointe de coeur est prête à être reliée aux câbles d'alimentation des voies. Mais attention, pas n'importe comment ! ALIMENTONS ! Pour que notre pointe de coeur transmette le courant aux roues des engins, il faut qu'elle soit alimentée en fonction de la position des lames de l'appareil et donc de la direction donnée par celui-ci (figure 2). Pour ce faire, il existe quatre solutions. La première est de laisser ce rôle aux lames d'aiguille, en ne les séparant pas électriquement de la pointe. Cela implique qu'elles plaquent bien pour que le contact soit sûr, ce qui est assez aléatoire, en particulier à cause de la poussière ou des grains de ballast. De plus, il y a risque de court-circuit entre le dos d'une roue et la lame ouverte, celle-ci ayant pris la polarité de la pointe de coeur et de la lame opposée, bien plaquée elle. C'est le principe proposé en série pour les VII. 8 appareils Pecopar exemple, fabricant qui réserve cependant heureusement la possibilité de fiabiliser le système en isolant la pointe de coeur et en l'alimentant selon l'un des trois principes suivants. La deuxième option consiste à monter un contacteur manuel qui polarise la pointe de coeur en fonction de la voie donnée, directe ou déviée. Inconvénient du système  : il ne faut pas oublier de manoeuvrer le con- Alimentation d'une pointe de coeur commutable En position centrale, la pointe de coeur n'est plus alimentée La pointe de coeur est alimentée selon la position des lames d'aiguille tacteur en même temps que les lames d'aiguille. La troisième possibilité est de faire appel à des contacts auxiliaires, solidaires des moteurs des appareils de voies. Ces contacts existent justement pour de tels branchements sur les moteurs Bemo, Fulgurex, Jouef, Lemaco, Pilz, Roco, Tortoise... et en option sur les moteurs Peco. Enfin, la quatrième et dernière possibilité fait appel à un Fig. 2 relais qui, couplé à la commande du moteur, commutera simultanément. Cette solution n'est pas très économique, mais peut être utilisée si le moteur de l'appareil choisi est un simple électroaimant ne disposant pas de contacts auxiliaires. Texte & illustrations  : YANN DAUBE POUR EN SAVOIR PLUS LR 636  : La continuité électrique dans les appareils de voie LR 637  : Le talonnage des appareils de voie 2 - Sous les appareils Peco, de petits ponts électriques doivent être coupés si l'on veut isoler la pointe de coeur et l'alimenter plus sûrement que grâce au contact aléatoire des lames d'aiguille. Supplément à Loco Revue 641 novembre 2000
LOC 0 Fiches 7-4 pratiques Une armoire à trains intelligente Tous possédez un parc V important de matériel roulant ; vous souhaitez pouvoir, tour à tour, le ranger par rames entières dans une armoire et le faire rouler sur votre réseau, tout en évitant des manipulations longues et délicates... Pour résoudre d'un seul coup tous ces problèmes, voici la solution que j'ai adoptée et qui me donne entière satisfaction  : il s'agit d'une armoire de rangement d'où les rames peuvent sortir d'elles-mêmes en empruntant une voie de service reliée à mon réseau HO. La construction d'une telle armoire est à la portée de tout bricoleur moyennement doué. Il en est de même de son principe de "fonctionnement". L'ARMOIRE PROPREMENT DITE Comme illustré par la figure en marge, cette armoire est constituée de trois éléments  : une partie centrale accrochée au mur, et deux portes de largeur différente, celle de gauche étant plus petite que celle de droite. La partie centrale reçoit les rames les plus longues, tandis que dans les portes, sont rangées respectivement des rames courtes et moyennes. Ces rames sont stockées sur des étagères Supplément à Loco Revue 641 novembre 2000 amovibles dotées d'une voie sur la totalité de leur longueur. Chaque porte possède dix de ces étagères, tandis que neuf seulement prennent place dans la partie centrale de l'armoire. Ici, en effet, l'emplacement de l'une des étagères amovibles est occupé par une étagère fixe, dont l'extrémité gauche débouche sur la voie de service conduisant au réseau, via une ouverture pratiquée dans le flanc de l'armoire. COMMENT ÇA MARCHE Lorsqu'on souhaite mettre une rame en service, il suffit de prélever l'étagère sur laquelle elle est garée et de la déposer, orientée dans le sens voulu, sur l'étagère fixe située dans la partie centrale de l'armoire. La voie de l'étagère amovible se trouvant alors face à la voie de service, la rame peut être dégarée le plus simplement du monde et rejoindre le réseau par ses propres moyens, si elle est automotrice ou déjà pourvue d'une locomotive. Dans le cas contraire, on la fait enlever par une machine venue tout exprès du réseau. Notez que la bordure frontale de l'étagère fixe possède trois larges encoches destinées à faciliter la mise en place 1- Lorsqu'il souhaite mettre une rame en service, il suffit à Jean- Louis Loux de prélever l'étagère amovible sur laquelle elle est garée et de la déposer sur l'étagère vide située dans la partie centrale de l'armoire (à gauche de la photo). 2 - Se trouvant alors face à une ouverture pratiquée dans le flanc et le retrait de l'étagère amovible. Notez également que sur sa partie gauche, près de la sortie, l'étagère fixe possède deux contacts servant à alimenter la voie des étagères amovibles dès que celles-ci sont en position de "travail". Sous ces étagères, des lamelles de contact sont également présentes ; j'en ai installé à chaque extrémité afin de permettre, comme déjà évoqué, d'orienter la rame dans de l'armoire, la rame peut être facilement enlevée par une machine venant du réseau, via une voie de service installée à cet effet. 3 - Autre vue de l'armoire ouverte, montrant cette fois sa petite porte, ainsi que l'étagère fixe de la partie centrale, donnant sur la voie de service reliée au réseau. le sens souhaité lors de son dégarage. QUELQUES PRÉCISIONS Les lamelles pour contact électrique que j'ai utilisées ont été récupérées sur de vieux relais téléphoniques, mais tout autre lamelle métallique souple peut bien entendu convenir. L'armoire est entièrement construite en bois  : le fond de la partie centrale et la façade des VIII 12



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 1Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 2-3Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 4-5Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 6-7Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 8-9Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 10-11Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 12-13Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 14-15Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 16-17Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 18-19Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 20-21Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 22-23Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 24-25Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 26-27Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 28-29Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 30-31Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 32-33Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 34-35Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 36-37Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 38-39Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 40-41Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 42-43Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 44-45Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 46-47Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 48-49Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 50-51Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 52-53Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 54-55Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 56-57Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 58-59Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 60-61Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 62-63Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 64-65Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 66-67Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 68-69Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 70-71Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 72-73Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 74-75Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 76-77Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 78-79Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 80-81Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 82-83Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 84-85Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 86-87Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 88-89Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 90-91Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 92-93Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 94-95Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 96-97Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 98-99Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 100-101Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 102-103Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 104-105Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 106-107Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 108