Loco-Revue n°641 novembre 2000
Loco-Revue n°641 novembre 2000
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°641 de novembre 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 108

  • Taille du fichier PDF : 104 Mo

  • Dans ce numéro : 17 pages sur les halles et la messagerie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
rTŒIrM_MfflṀ directes, les BB 25150) sont limitées à 130 km/h. Leur rapport de réduction les destine en effet plutôt à des trains lourds ou à des prestations sur des lignes à profil difficile (Savoie, etc.). Quant aux BB 25200, leur tranche numérique traduit leur conception  : 25200 = 9200 +16000. Selon certains, cette équation est le fruit du hasard. Elle traduit néanmoins une réalité, puisqu'une BB 25200 cumule les aptitudes d'une BB 9200 et d'une BB 16000 en circulant indifféremment sous 1500 V et sous 25 kV 50 Hz. Comme les BB 25200, les BB 25100 sont bicourant. Les BB 25100 étant appa- 4 - Livrée vert bleuté foncé et grandes persiennes pour la BB 25180, alors presque neuve en 1978 ! 5 - Après avoir porté la livrée rouge du Capitole, la 9291 adopte l'élégante robe Corail qui ne trahit pas son élégance originelle. Les pantos G sont toujours là. Nous sommes en avril 1979. 6 - Activités régionales, dorénavant, pour cette 25200 renumérotée 525244R (R = réversible) ! La livrée "béton" est un massacre... L'unique fausse note d'Arzens, mais pouvait-il l'éviter ? rues en 1964 - un an avant les BB 25200 - on peut se demander pourquoi elles ne furent pas appelées BB 25200 puisqu'elles furent les premières à appliquer l'équation 9200+16000 =... La réponse tient dans la vitesse limite des BB 25100 (130 km/h). Il a été considéré que deux séries courant à 160 km/h - les BB 9200 et 16000 - devaient donner naissance à une série aussi rapide qui serait nommée BB 25200 à son apparition en 1965. Moins rapides que leurs soeurs cadettes, les BB 25100 traduisent donc leur relative lenteur par une tranche numérique inférieure à celle de leurs presque jumelles. De 1957 à 1964 s'est constituée chez MTE la base d'une gamme qui sera déclinée jusqu'en 1977 ! Au milieu des années 1960, MTE propose à la fois la BB 9200 (1957) pour le 1500 V continu, la BB 16000 (1958) pour le 25 kV 50 Hz et les BB 25100 (1964) pour les deux systèmes d'alimentation déjà cités. Ensuite, il ne s'agira plus que de décliner cette gamme. Cela commence dès 1965 avec les BB 25200, directement issues des BB 25100. En 1967, dix ans après la sortie de la BB 9201, apparaît une version mise au goût du jour des BB 9200 sous la forme des BB 9300. Toujours en 1967, les BB 25100 donnent naissance aux BB 25150, dont différentes sous-séries sortiront jusqu'en 1977. De même, les BB 25200 auront une descendance tardive, en 1974, avec une ultime tranche d'engins de cette série. Les BB MTE subiront au cours de leur vie quantité de modifications - comme tout matériel qui doit s'adapter à l'évolution du trafic ferroviaire. Toutefois, la modification concrétisée la plus profonde est celle effectuée à partir de 1992 sur quelques BB 9200 et BB 16000 pour les rendre aptes à la réversibilité par multiplexage de la ligne de train et ce, afin de leur confier les nouvelles rames V2N, exploitées en réversibilité à 160 km/h. Pour les V2N de la grande couronne parisienne, quatre BB 9200 et quinze BB 16000 ont été transformées et constituent respectivement les "nouvelles" séries BB 9700 et BB 16100. Partageant la même caisse et montées sur les mêmes bogies, les BB MTE se distinguent à l'aide de détails. L'observation de ceux-ci permet non seulement d'identifier la série (et même la soussérie), mais aussi l'époque à laquelle l'engin est représenté. Nous nous contenterons de vous donner quelques règles d'identification simples, car être exhaustifs quant à toutes les petites variantes d'aspect rendrait fastidieuse la lecture de cet article. Du côté de la caisse Pour les sous-séries de BB MTE, dont les livraisons ont commencé avant 1967, les choses sont assez simples, puisque toutes revêtent une robe vert bleuté pâle (mais dont il a existé plusieurs variantes !) , des enjoliveurs métalliques frontaux autour des feux. Les feux rouges ne sont d'ailleurs montés dès la construction qu'à partir des premières BB 25200 (ils seront ensuite montés sur les machines antérieures par voie d'entretien). En 1967, le Capitole inaugure avec les BB 9281, 9288, 9291 et 9292 (aidées des BB 9278 et 9282 à partir de 1968) le premier train 30 Loco Revue 641 novembre 2000
7 - Nées "spartiates" sans enjoliveur avec leur robe vert bleuté foncé, les BB 9300 le resteront avec la livrée "béton" (en fait, gris ciment). 8 - La 16012 avec ses curieuses persiennes supplémentaires. En vieillissant, le gris béton vire au beigeasse et l'orange se décolore en rose ! 9 - Née rue Traversière, dans les bureaux de la direction du Matériel SNCF, la nouvelle livrée "multi-service" va habiller les BB MTE pour le nouveau siècle. Ici, la 25160 appartient à la première tranche de la série 25150.français atteignant 200 km/h en service commercial. A cette occasion, la SNCF compose de magnifiques rames, dont les voitures UIC et les BB 9200 arborent une même livrée rouge et blanche. Parallèlement, les BB 9300, introduites à partir de 1967, se distinguent par une nouvelle livrée vert bleuté foncé, soulignée par de larges motifs blanc cassé, la disparition des enjoliveurs métalliques, l'absence des jupes de bas de caisse, une cabine à montants latéraux renforcés, qui entraîne la disparition du parebrise panoramique des premières tranches. Malgré l'amorce de cette évolution esthétique, les BB 25100/25150 et toutes les BB 25200 seront livrées vêtues de vert pâle et d'enjoliveurs. Toutes les BB MTE sont donc sorties d'usine en vert pâle avec enjoliveurs métalliques frontaux et latéraux, à l'exception des BB 9300 et des BB 25176 à 25195. A partir des années 1970, les jupes de bas de caisse et les enjoliveurs métalliques seront déposés très progressivement, ce qui permet la cohabitation d'une multitude de variantes. A partir de 1977, la livrée dites "Oullins" est appliquée aux BB 9200. Elle rappelle la livrée "Savoie" de certaines BB 25150, puisqu'elle est composée d'une robe vert sombre et d'une bande blanche latérale retraçant les enjoliveurs déposés. Vers la fin des années 1970, quelques livrées originales, mais non généralisées, ajoutent à la diversité d'aspect des BB 9200. A partir de 1978, le petit lot de BB 16000 et de BB 9200 "réversibles" reçoit une livrée dite "Corail", où l'on retrouve le gris foncé, le blanc cassé et l'orange Corail dans un cocktail séduisant où sont maintenus les enjoliveurs métalliques d'origine. En 1981, les BB 9231 et 9288 se couvrent chacune d'une variante de la livrée Arzens grise appliquée aux BB 9400. Avec les années 1980, le gris ciment timidement relevé d'orange inondera le parc électrique et les BB MTE compteront parmi les victimes de ce que beaucoup ont perçu comme un nivellement par le bas en matière d'esthétique ferroviaire. Détail piquant, la livrée grise et orange fut à la fois l'une des plus controversées et l'une des mieux standardisées si l'on en juge par le nombre d'engins qui l'ont subie ! En 1992, la création des séries BB 9700 et 16100, respectivement issues de BB 9200 et 16000, permet l'application d'une livrée plutôt sympathique et qui n'est pas sans rappeler la livrée "Corail" apparue quatorze années plus tôt ! En 1995, l'espoir renaît sous le crayon de Bernard Bayle (SNCF-MT) à qui l'on doit les livrées dites "multiservice" et "Corail Plus". Diversement appréciée, celle-ci a incontestablement l'avantage de donner un coup de fouet à un parc tristement couvert de gris. Malheureusement, cette livrée ne sera pas généralisée, bien qu'elle soit représentée dans chaque série de la famille BB MTE. Aujourd'hui, c'est au tour du fret de marquer son territoire. Encore une fois, c'est Bernard Bayle qui décline la livrée fret pour les différentes familles d'engins, dont les BB MTE. Perte des enjoliveurs métalliques et des jupes de bas de caisse, abandon de la livrée vert clair, généralisation des feux rouges et des cabines renforcées à larges montants latéraux ont conduit à une cer- Loco Revue 641 novembre 2000 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 1Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 2-3Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 4-5Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 6-7Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 8-9Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 10-11Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 12-13Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 14-15Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 16-17Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 18-19Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 20-21Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 22-23Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 24-25Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 26-27Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 28-29Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 30-31Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 32-33Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 34-35Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 36-37Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 38-39Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 40-41Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 42-43Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 44-45Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 46-47Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 48-49Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 50-51Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 52-53Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 54-55Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 56-57Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 58-59Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 60-61Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 62-63Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 64-65Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 66-67Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 68-69Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 70-71Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 72-73Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 74-75Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 76-77Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 78-79Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 80-81Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 82-83Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 84-85Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 86-87Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 88-89Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 90-91Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 92-93Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 94-95Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 96-97Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 98-99Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 100-101Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 102-103Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 104-105Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 106-107Loco-Revue numéro 641 novembre 2000 Page 108