Loco-Revue n°640 octobre 2000
Loco-Revue n°640 octobre 2000
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°640 de octobre 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 88,5 Mo

  • Dans ce numéro : US Fret, les règles du jeu.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
complètement à l'avant gauche et plus légèrement à l'arrière droit. Après les premières désillusions concernant l'aspect du modèle, voyons comment il fonctionne. Décevant, je le dis tout net ! Certes le type de motorisation employé rend le fonctionnement particulièrement doux et silencieux, avec un ralenti tout à fait réaliste et une vitesse maximale à l'échelle un peu élevée (proche des 200 km/h). Malheureusement, la machine n'accepte pas toujours de fonctionner. À l'examen, on se rend vite compte de ce qui ne va pas. out d'abord méfiez-vous des indications données par la notice au sujet du rayon admissible. Préconiser le rayon type "R2" ne veut rien dire, puisque selon les marques de voie, celui-ci varie de 222 à 300 mm environ. C'est ce dernier qui doit être retenu comme étant le rayon ninirnal admissible par notre modèle. Ensuite, il faut impérativement atteler -large" la machine et son tender, faute de quoi il peut y avoir contact entre les e 3 - La barre de liaison loco-tender permet deux positions d'accouplement  : serrée pour la vitrine, large pour l'exploitation. 4 - Seuls les feux de signalisation frontaux sont fonctionnels. 5 - La machine et le tender participent au captage du courant, ce qui offre un empattement électrique important au modèle. deux véhicules et donc court-circuit. Enfin, le faible poids de la machine (le volume occupé par le système d'éclairage aurait sans doute permis un lestage convenable) ne confère aucune efficacité aux ressorts d'ailleurs peu souples de la suspension. L'ensemble du train moteur est ainsi d'une rigidité quasi totale et la moindre imperfection de la voie se traduit par une perte d'adhérence immédiate de la machine. En outre, son châssis reposant sans aucun jeu sur celui du bogie-bissel, l'amorce de la plus légère rampe se traduit par un décollement des essieux 2 et 3, accentuant encore le problème. J'ai démonté le support de bissel sans trouver de solution... Il semble qu'il existe bien là un défaut de conception. Compte tenu de tout ceci, ma machine ne peut donc pas tracter grand chose. Sur mon tracé de "rodage", constitué d'un cercle de voie de 40 cm de rayon (type R3 Arnold) parfaitement horizontal, le modèle "s'essuie les pieds" en tête de quatre voitures DEV Lima seu- J'ai aimé Le très bon rendu global des formes et de l'esthétique J'ai moins aimé Les défauts de certaines pièces de détail Le fonctionnement capricieux lement ; il faut dire qu'elles sont lourdes et que leur roulement est imparfait... Nouvel essai avec des voitures du même type mais de chez Arnold, plus légères et dotées d'un bien meilleur roulement  : la machine accepte d'en tracter dix sans patiner. Au-delà, le patinage est systématique. Elle peut toutefois tracter plus, à condition de la pousser du doigt au démarrage, elle ne manque donc pas de puissance, mais d'adhérence. Les amateurs qui rêvaient d'atteler à cette machine les voitures typiques du Nord promises par Trains N'co seront déçus. Un bilan sévère Certes cette 2-232 U 1 montre une allure tout à fait séduisante, évoquant avec vérité la locomotive réelle, ce qui.compte tenu de ses lignes particulières, n'était pas simple à réussir au 1/160. Toutefois, vu le prix demandé, l'amateur est en droit d'exiger que son modèle ne risque pas de se déprécier dans le temps (le décollement des bandes latérales dans les heures qui suivent l'ouverture de l'emballage laisse augurer le pire à très brève échéance), qu'il soit d'un aspect plus flatteur que les modèles des firmes moins réputées (à ce titre, les plaques d'immatriculation sont indignes d'un modèle Fulgurex), et enfin que son fonctionnement soit irréprochable. Force est de constater que l'on est malheureusement très loin du compte. 68 Loco Revue 640 octobre 2000
Nouveautés TRAINS 0  : Deux nouveautés chez RGLP Ce fabricant (11 rue de Mimosas, 47300 Bias) annonce la sortie de deux modèles  : une voiture B5t à deux es- RGLP RGLP RIVAROSSI RIVAROSSI sieux en version Est ou SNCF (dont une photo, avant peinture, a été publiée dans LR 631), et un fourgon métallisé Dqd2 myi (Romilly) en version UIC. Dans cette version, ce fourgon a circulé sur presque toutes les régions SNCF. Il s'agit d'un très beau modèle, qui vous a été présenté en ancien marquage dans LR 612. La voiture est disponible en quatre sets à 965 F pièce (ou 3712 F l'ensemble). Quant au fourgon, il se compose de trois sets à 1489 F pièce (ou 4304 F l'ensemble). Sur demande, ces modèles peuvent être dotés de roues à rayons moyennant un supplément de 300 F pour la voiture et de 550 F pour le fourgon. Notons pour terminer que RGLP a édité un superbe catalogue (c'est rare dans l'artisanat) comportant une trentaine de pages (format 21 x 29,7 cm), illustrées de grandes photos en NB, et broché sous couverture souple illustrée en couleurs. Ce catalogue est vendu 80 F. JPQ PHILIPPE DUHAMEL HO  : C'est du béton ! Paul Soulleys (4 rue Ferrachat, 07130 Saint Peray) a décidé de rééditer son train bétonneur Electro-Entreprise. La première rame (1300 F environ) comprend  : un couvert avec feux, une citerne, deux trémies à sable et un wagon à ciment avec bétonneuse. Sont également produits  : un ensemble de mâtage composé de deux wagons (700 F environ), un wagon pelleteuse (500 F environ), et une rame dérouleuse de caténaire, formée de deux wagons (600 F environ). À ce matériel spectaculaire, Paul Soulleys ajoute des installations fixes  : un portique-silo à sable et un portiquesilo à ciment (600 F environ). JPQ HO  : Une T2 en livrée CIWL chez Rivarossi Les voitures CIWL sont des symboles de prestige et de luxe. C'est sans doute pour cela que la T2 CIWL sort chez Rivarossi et non chez Jouef. La livrée CIWL apporte à la T2 une élégance surannée. La voiture produite est la 5001, première de la série. La décoration est parfaitement conforme et bien appliquée, même si les filets jaunes sont peut-être un peu trop pâles. Le macaron CIWL manque de finesse. Remarquons que le choix de la toiture grise est correct, bien que certaines voitures aient eu une toiture blanche. En outre l'indication "Carrozza con letti" est conforme, certaines T2 ont eu un "Carrozza - letti" à cette place. Tout serait donc parfait si les T2 5001 à 5020, seules T2 françaises à recevoir la livrée CIWL, n'étaient des T2 " ventilo " sans climatisation (voir LR 637). Le modèle Rivarossi comporte donc un dessous de caisse inexact et une ouïe d'entrée d'air de trop, côté couloir. Il est évident que l'obtention d'une version exacte aurait nécessité d'importantes modifications du moule d'origine... Mais les détails cités étant très visibles, cela n'en valait-il pas la peine ? À chacun de juger. L'époque d'exploitation de cette livrée va de 1968 à 1975 environ (réf. 3620 ; 300 F environ). PhD HO  : Les T2 belges arrivent chez Rivarossi et LS-Models La SNCB a acquis six voitures T2, trois identiques à la première tranche SNCF (modèle Jouef), trois sur le modèle de la deuxième tranche SNCF. Rivarossi nous propose une T2 belge de la première tranche en livrée TEN tout à fait conforme (réf. 3618 ; 300 F environ). Cette livrée TEN est très proche de la livrée TEN SNCF. À noter par ailleurs que deux ou trois T2 belges revêtent actuellement une livrée différente  : bleu foncé avec un bandeau rouge en bas de caisse. C'est l'une de ces voitures, réalisée sur base Jouef, qui est proposée par LS- Models sous référence 526500. Vendue 300 F environ chez les détaillants, Loco Revue 640. octobre 2000 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 1Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 2-3Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 4-5Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 6-7Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 8-9Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 10-11Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 12-13Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 14-15Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 16-17Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 18-19Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 20-21Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 22-23Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 24-25Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 26-27Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 28-29Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 30-31Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 32-33Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 34-35Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 36-37Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 38-39Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 40-41Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 42-43Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 44-45Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 46-47Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 48-49Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 50-51Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 52-53Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 54-55Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 56-57Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 58-59Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 60-61Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 62-63Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 64-65Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 66-67Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 68-69Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 70-71Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 72-73Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 74-75Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 76-77Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 78-79Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 80-81Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 82-83Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 84-85Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 86-87Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 88-89Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 90-91Loco-Revue numéro 640 octobre 2000 Page 92