Loco-Revue n°634 mars 2000
Loco-Revue n°634 mars 2000
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°634 de mars 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 100 Mo

  • Dans ce numéro : grand concours millénium.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
faire le plein de gasoil à la citerne garée sous halle. Ensuite, raccordement avec les deux éléments laissés précédemment, pour former une composition panachée 2100 bleu, XR et 2100 vert. 12h00. Départ vers Auray de vacanciers aux cabas pleins des "nourritures du terroir" nécessaires à la survie en camping. Les réservations pour le Corail sont tombées sur l'imprimante : il est temps d'aller agencer la rame, le plaisir de la matinée... Un p'tit coup de sauna, en parcourant la rame chauffée par le soleil du matin : cinq voitures Corail. Ouf c'est terminé, il faut reconnaître que cela fait suer ! Préparation de l'itinéraire ; le conducteur a mis le 67300 en route. Évolution de la rame voie de circulation, essais de freins, bulletin de composition, il est prêt au départ. Ah ! Notre jeune bagagiste appelle au secours : des valises, trente vélos et une petite moto à expédier vers Paris. Les bonnes volontés "du camping de la gare" ne manquent pas : trois tours chacun et les trente vélos sont chargés dans le fourgon, situé bien entendu, en tête du train ! A l'aide de la rampe, les trois costauds de service hissent la moto. Une chaîne improvisée et les trois chariots à bagages sont dépotés : fermeture du fourgon ! 12h50. Petit contrôle dans la rame pour voir si tout fonctionne bien. La climatisation fait sentir ses effets et on resterait volontiers à l'intérieur. Mon chef de gare se débat avec deux "pulpeuses" Suédoises ou supposées telles... Ah... la barrière des langues... je ne m'inquiète pas, il devrait s'en sortir. Eh ! Il n'a pas un métier facile ! Mais cela à l'air d'être moins désagréable qu'au guichet tout à l'heure, où il s'est "farci" LE client irascible du mois. Il y a Les soucis d'un conducteur d'AEK Parmi les nombreux jeunes du club de St-Grégoire, Cyprien Moqué est sans doute celui qui a soufflé le plus de bougies d'anniversaire... Pensez - donc, il a conduit les AEK sur la ligne de Quiberon ! Les AEK ? Imaginez un long autorail à bogies, conçu avec un réel soucis d'allégement et équipé de deux moteurs diesel 6 cylindres, disposés au milieu de la caisse, sous un kiosque de conduite parfaitement central. Quand on sait qu'un adolescent considère déjà un Picasso comme une sorte d'inénarrable vieux tacot, on peut supposer qu'il fixerait les origines d'un AEK quelque part entre l'épipaléolithique et la chute de l'empire romain ! Né chez Renault entre 1936 et 1938 et immatriculés dans la série X 7000, ces autorails, livrés neufs au centre de Rennes, vont essentiellement assurer des relations directes et express sur les grandes lignes vers St Malo, St Brieuc ou Redon, avec réutilisation vers Nantes ou Lorient. Et dans ce roulement, il y a un demi-tour Auray/Quiberon. Mais là, à défaut d'express dans les horaires, nos AEK vont circuler en omnibus vers la presqu'île avec 6 stations, rapprochées parfois de moins de 2 km, ce qui causait, comme il l'explique, de grands soucis au CRAAR (conducteur de route autorail) Cyprien Moqué : - "Nos Renault AEK étaient équipés de freins à tambour, comme les automobiles de l'époque, dont les garnitures chauffaient vite. Les instructions de conduite nous interdisaient d'employer les freins au-dessus de 60 km/h, seul le frein moteur (avec une très bonne boîte à 4 vitesses électro-pneumatiques) étant autorisé. En cas de freinage d'urgence, ça sentait le "ferrodo"... Mais sur la ligne de Quiberon, où la vitesse était limitée, c'est surtout les freinages successifs qu'il fallait éviter, car en 4 coups de freins, on bousillait les garnitures et c'était la demande de réserve ! Mon autre soucis, sur la ligne de Quiberon, avec ses nombreux PN et ses zones très fréquentées par les piétons le long des plages, c'était le manque de visibilité, car du haut de notre kiosque, perché sur la toiture, nous ne pouvions apercevoir ce qui se passait à moins de 70 m de l'engin et sur les AEK, il n'y avait pas d'homme-pétard" (agent posté à l'avant de l'engin pour détecter les signaux acoustiques et optiques) comme sur les Bugatti ! " Conçu dans un esprit plus proche du concept automobile que ferroviaire, l'AEK n'est guère célébré dans l'édition ferroviaire d'aujourd'hui. Pourtant, Cyprien, qui a toujours préféré la conduite des autorails à celle de la vapeur, conserve un bon souvenir de ces Renault, qui offraient une vision panoramique aux voyageurs, démarraient bien à froid et accéléraient très vite jusqu'à 120 km/h ! Jehan-Hubert Lavie les jours avec et les jours sans. Ce soir, à 19h30, il se remettra de ses émotions. 13h10. Je remets le service à mon "petit camarade" qui ne demande que cela. Place au déjeuner et à l'opération "farniente" : le moment le plus pénible de la journée... Ah ! Il n'est pas si facile à supporter, le soleil breton ! 8 - L'étonnante silhouette d'un Renault AEK. Quatre unités termineront leur carrière sur le Réseau Breton, où a été prise cette photo. 20 Loto Revue 634 mars 2000
GUILLAUME GAUTER Rxte : JEHAN-HUBERT LAVIE & XAVIER NYS a reproduit une gare : "SA" gare ! Chef de service à durant plusieurs étés, il a réalisé la maquette fidèle à l'échelle 1/87 de cet établissement dont il a dirigé l'exploitation. Coiffant sa casquette blanche, il sort sur le quai... Suivons-le pour la visite ! I est sûr que faire la saison en gare de Quiberon au poste de chef de service ne laisse pas "indemne" ! D'abord, il y a la presqu'île qui, lorsqu'elle n'est pas saccagée par une marée noire, figure parmi les plus beaux sites de la Bretagne. Et puis, il y a cette formidable ambiance de camaraderie qui règne au "camping", pas très loin de la halle, où cheminotes et cheminots, souvent de jeunes attachés ou élèves, plantent la tente ou posent la caravane le temps d'un été. Entre journées de travail intense et... nuits courtes, cette ambiance n'est sans doute pas étrangère à la réputation de petit paradis que possède cette résidence estivale. Vers 1970, à une époque où le personnel au "cadre per- manent" de la SNCF commençait à peine à se féminiser, la gare de Quiberon faisait déjà rêver les jeunes cheminots à peu près autant que le festival de Woodstock ! Seule, la gare de Pornic - autre gare temporaire "à camping" - pouvait éventuellement prétendre faire de l'ombre à sa réputation ! D'un point de vue plus ferroviaire, il y a aussi cette passionnante exploitation d'une gare terminus implantée à l'extrémité d'une ligne à voie unique... Voyez les modélistes britanniques comme ils raffolent d'exploiter, sur leurs réseaux à toutes échelles, ce type de gare qui 1- Quiberon à l'heure de la sieste : un "Tirebouchon" est à quai, tandis que les voitures UIC du train de nuit sont garées sur voie de service. Loa. Revue 634. mars 2000 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 1Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 2-3Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 4-5Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 6-7Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 8-9Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 10-11Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 12-13Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 14-15Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 16-17Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 18-19Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 20-21Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 22-23Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 24-25Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 26-27Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 28-29Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 30-31Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 32-33Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 34-35Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 36-37Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 38-39Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 40-41Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 42-43Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 44-45Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 46-47Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 48-49Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 50-51Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 52-53Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 54-55Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 56-57Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 58-59Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 60-61Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 62-63Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 64-65Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 66-67Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 68-69Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 70-71Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 72-73Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 74-75Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 76-77Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 78-79Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 80-81Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 82-83Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 84-85Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 86-87Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 88-89Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 90-91Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 92-93Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 94-95Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 96-97Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 98-99Loco-Revue numéro 634 mars 2000 Page 100