Loco-Revue n°633 février 2000
Loco-Revue n°633 février 2000
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°633 de février 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 101 Mo

  • Dans ce numéro : Capvern, une rampe de 40 mètres de long !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Incroyable, mais vrai : aucun chemin de fer secondaire ne circula dans la Creuse ! C'est donc en toute liberté que le Club de DRAVEIL a construit, en HOrn, une voie métrique imaginaire qui aurait desservi ce département. Heureuse initiative : l'exploitation de ce réseau est confiée aux visiteurs des expositions. I a ligne se faufile dans une grande tranchée creusée dans le calcaire, le profil ne présente ir aucune difficulté notoire. Notre convoi franchit maintenant les dernières grandes courbes qui s'enchaînent les unes aux autres, puis nous passons le viaduc en treillis métallique et nous traversons le sillon dominé par le passage supérieur de la route. L'horizon s'ouvre alors devant nous et nous pénétrons dans la gare de Saint Libéral. Nous sommes dans la Creuse, au nord du Massif Central, à la limite du Limousin. Un convoi de marchandises comme le nôtre ne respecte pas un horaire à proprement parler, mais nous devons attendre la voie libre : nous allons croiser ici l'autorail. Nous entrons à vitesse réduite sur voie 2 pour nous immobiliser sous la grue à eau. Oublier de prendre de l'eau signifierait une détresse en ligne - une véritable honte pour un bon mécanicien ! Bientôt la cloche d'annonce retentit, au loin le passage à niveau se ferme ; l'attente est bientôt ponctuée par la trompe deux tons qui nous permet de reconnaître sans hésitation un autorail Billard A80 D. Mon ouïe ne m'a pas fait défaut, c'est bien un petit autorail rouge et crème qui se profile à l'horizon. Le conducteur du Billard klaxonne à nouveau au franchissement du passage à niveau, plus pour dire bonjour à la garde-barrière, la Louise, la femme du Marcel qui, à cette heure, inspecte la voie, que pour prévenir d'éventuels automobilistes, puisqu'il n'y en a pas. L'autorail entre en gare sur voie 1, il laisse quelques passagers, en prend d'autres et repart au coup de sifflet. Le chef de gare se tourne alors vers moi, lève sa palette, siffle, la voie est libre. Je m'efforce de démarrer sans à coup, je passe l'aiguille de sortie de la gare, un coup de sifflet ; derrière sa barrière, la Louise me fait un signe de la main ! Un cran de plus au régulateur et nous pouvons prendre un peu de vitesse, le convoi n'est pas trop lourd, un wagon isotherme, un plat avec container, et un tombereau de bois pour les mines du Massif Central. Je me retourne vers mon voisin ; un grand sourire aux lèvres, il me propose d'échanger nos trains : Vous prenez l'autorail et moi le "marchandises" avec la machine à vapeur ». C'est d'accord et sousrceil amusé du chef de gare nous effectuons un tour 1 - habilement réalisé à partir d'une carrosserie d'autocar au 1/87 et d'un châssis Berliner, cet autorail n'est pas sans rappeler certains De Dion ou Ventcy SCF réels !'2 - Avec bandeau et éclairage incorporé, la présentaton extérieure du réseau a fait l'objet de tous les soins dos modélistes de Draveil. dans l'autre sens, après avoir échangé nos boîtiers de commande. Je ne resterai pas plus longtemps aux manettes, derrière moi une foule de petits et grands se presse, chacun veut conduire son train, en respectant les consignes : il faut siffler, attendre les correspon- dances, fermer le passage à niveau, enfin, tout comme un vrai quoi ! Au cours des trois jours d'Expométrique, je reviendrai plusieurs fois pour le simple plaisir de jouer au train, sur le réseau du club de Draveil. Un réseau "école" Le réseau est simple par son tracé de voie : un très grand ovale dont la partie arrière est entièrement masquée aux spectateurs et, en face visible, deux portions de pleine ligne encadrant la petite gare de croisement. A Saint Libéral, trois voies d'évitement enserrent deux quais, sur le devant de la scène, une voie de débord permet le garage de quelques wagons. Devant le réseau, un pupitre porte un petit TCO dont le schéma symbolise la gare, une lampe témoin rouge ou verte vous permet d'un coup d'oeil de savoir si la voie est libre ou pas. De toutes façons, la consigne est stricte : l'arrêt en gare est obligatoire, le départ est autorisé au feu vert. Sur le devant du pupitre, un bouton poussoir commande la fermeture des barrières du passage à niveau. Enfin, vous avez en main un petit boîtier avec boutons régulateurs qui vous permet de commander votre train et de klaxonner. Le chef de gare, un des créateurs du réseau, membre du club de Draveil, surveille l'ensemble des manoeuvres et évite toutes les catastrophes. Il y a, comme toujours, tous les cas de figures - du scrupuleux qui veut absolument que les passagers imaginaires de son autorail ne ressentent pas les à coups du démarrage ou de l'arrêt, jusqu'à l'amateur de TGV pour qui le seul charme du chemin de fer réside dans le record de vitesse et l'avance sur l'horaire. Le réseau du club de Draveil n'est pas seulement un superbe simulateur, le décor en est magistralement traité. Nous sommes Loco Revue 633 Février 2000 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 1Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 2-3Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 4-5Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 6-7Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 8-9Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 10-11Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 12-13Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 14-15Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 16-17Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 18-19Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 20-21Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 22-23Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 24-25Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 26-27Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 28-29Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 30-31Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 32-33Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 34-35Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 36-37Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 38-39Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 40-41Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 42-43Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 44-45Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 46-47Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 48-49Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 50-51Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 52-53Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 54-55Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 56-57Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 58-59Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 60-61Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 62-63Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 64-65Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 66-67Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 68-69Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 70-71Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 72-73Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 74-75Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 76-77Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 78-79Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 80-81Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 82-83Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 84-85Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 86-87Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 88-89Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 90-91Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 92-93Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 94-95Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 96-97Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 98-99Loco-Revue numéro 633 février 2000 Page 100