Loco-Revue n°56H août 2015
Loco-Revue n°56H août 2015
  • Prix facial : 15 €

  • Parution : n°56H de août 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (210 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 90,9 Mo

  • Dans ce numéro : construisons Suzon-les-Pins.

  • Prix de vente (PDF) : 3 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
Verdure, verdure ! 70 Des fibres de longueurs différentes. [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 44] J’utilise un Grass Master de Noch. Le fil avec sa pince crocodile relie la zone humide à enherber et le réservoir de l’appareil. Le champ électrostatique est créé entre la zone humide et l’électrode située au centre du réservoir. Dans un souci de réalisme, je pose toujours ces fibres sur un sol recouvert successivement de terre et de « turf », de flocage à grain moyen. Patine en bombe J’utilise beaucoup les patines en aérosol Modelmates pour modifier les tonalités sur les décors. Une fois que j’ai posé mes flocages, que les arbres sont en place et les sols parfaitement traités, je patine. Un simple petit voile de jaune clair et l’on éteint des verts trop brillants, ou bien on donne un voile de poussière. Avec un vert mousse, on va uniformiser, donner une plus grande impression de végétation jeune. Je prends souvent du brun boue, que je pulvérise par le dessous des feuillages, pour créer des ombres. » > entre l’appareil et son réservoir de fibres, et le sol encollé est largement humidifié. Les fibres, en matériaux synthétiques, s’orientent dans le sens du champ électrostatique, et tombent du réservoir sur le lit de colle où elles se plantent toutes droites. J’aime beaucoup ces fibres, j’en utilise souvent, mais je les mélange. Comme dans la réalité, si les plus hautes sont jaunies, les plus courtes restent vertes. Dans le réservoir de mon outil électrostatique, je mélange des fibres de deux ou trois longueurs  : 2,5 mm, 4 et 6 mm. Quelquefois, j’utilise même des fibres de 10 ou 12 mm, idéales pour ces grandes graminées. Dans un souci de réalisme, je pose toujours ces fibres sur un sol recouvert successivement de terre et de « turf », de flocage à grain moyen. Et je mélange toujours au moins deux tailles de fibres. Enfin, j’évite les trop grandes surfaces uniformes. LA CRÉATION DES ARBRES Si j’ai utilisé quelques références d’arbres de hautes tiges directement achetées sur la boutique LR Modélisme  : un oranger, un hêtre aux couleurs d’automne et un chêne kermès, j’ai fabriqué tous les autres. J’utilise des branches naturelles, de la pâte à mode-
Une inflorescence de cotinus bien sèche. Elle est fragile, mais une fois peinte et encollée, elle se tient très bien. Pour certains usages, une belle inflorescence suffit. Ici, une tête de crucifère a reçu une couche de peinture verte, de la colle et du flocage. La tige centrale, peinte en beige, fera fonction de tronc. Placée à l’arrière-plan, sa maigreur ne se verra pas. ler durcissant à l’air, des filets et du flocage de différentes tailles. AVEC MON P’TIT PANIER Des branches de crucifère. Elle sont bien sèches et ont reçu un coup de peinture verte en bombe. Pour condenser le feuillage, les branches sont regroupées et collées. Le premier travail consiste à glaner dans les champs, sur les bords de routes, dans les jardins, toutes les fournitures. J’ai la chance de disposer d’une grange, dans laquelle je peux les mettre à sécher, parce que ces plantes se récoltent, peu ou prou, toutes au même moment, entre juin et septembre. Je prélève beaucoup d’inflorescences, du zeeschuim, du cotinus (plus connu sous le nom d’« arbre à perruque ») , des crucifères (ce sont de petites plantes d’une trentaine de centimètres), des fleurs de palmier, des fleurs d’hortensia… La liste est longue, il y en a tant ! Une fois récoltées, les plantes sont mises à sécher, pendues à l’envers sur un fil ou en tas, mais bien aérées. Au bout d’un petit mois, ce qui doit sécher est sec et ne bougera plus ! JE GRIMPE À L’ARBRE Pour créer un arbre, je choisi quelques inflorescences que j’assemble. À l’échelle H0, je préfère modeler le tronc autour de mes branches. Les inflorescences sont liées les unes aux autres par un bout de fil, ou simplement collées. Dans ce cas, il faut à savoir Le premier travail consiste à glaner dans les champs, sur les bords de routes, dans les jardins, toutes les fournitures. Ces plantes se récoltent, peu ou prou, toutes au même moment, entre juin et septembre. attendre la prise de la colle pour continuer. Le tronc et les branches maîtresses sont habillés de pâte à modeler durcissant à l’air. Quelques couches successives peuvent être nécessaires. Une fois que la pâte commence à durcir, elle est structurée avec des outils pointus. Puis c’est l’opération peinture, en » > [HORS SÉRIE LOCO-REVUE 44] 71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 1Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 2-3Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 4-5Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 6-7Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 8-9Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 10-11Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 12-13Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 14-15Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 16-17Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 18-19Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 20-21Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 22-23Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 24-25Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 26-27Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 28-29Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 30-31Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 32-33Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 34-35Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 36-37Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 38-39Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 40-41Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 42-43Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 44-45Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 46-47Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 48-49Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 50-51Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 52-53Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 54-55Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 56-57Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 58-59Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 60-61Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 62-63Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 64-65Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 66-67Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 68-69Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 70-71Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 72-73Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 74-75Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 76-77Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 78-79Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 80-81Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 82-83Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 84-85Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 86-87Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 88-89Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 90-91Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 92-93Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 94-95Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 96-97Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 98-99Loco-Revue numéro 56H août 2015 Page 100