Loco-Revue n°537 mai 1991
Loco-Revue n°537 mai 1991
  • Prix facial : 35 F

  • Parution : n°537 de mai 1991

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (198 x 278) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 108 Mo

  • Dans ce numéro : le dépôt de Dole au 1/87e.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
1 Exemple de collage d'une rampe, ici sur le plateau 2. Lorsque cela est possible, un serre-joint est utilisé, autrement des poids de 1 kg sont pratiques pour plaquer les éléments au contreplaqué du fonds. mal avec des courbes serrées et nécessite un gabarit en hauteur plus important pour les souterrains. Par contre, pour une petite ligne interurbaine ou un tramway installé en étagère, elle pourra être adopté sans hésitation. L'époque idéale pour le modéliste est celle des années cinquante, lorsque les trois modes de traction étaient exploités  : vapeur, électrique et diesel, ce qui permet de faire se côtoyer une grande variété de matériel. Si l'on dispose de peu de place et que l'on préfère malgré tout le chemin de fer actuel, il faudra choisir l'écartement N et se plier aux exigences de la traction moderne  : courbes de grand rayon, électrification par caténaire, signalisation lumineuse avec block système, etc... ou se contenter de la seule évocation d'un\site donné, gare ou dépôt, permettant la présentation du matériel dans un environnement satisfaisant. Faute de place, n'oublions pas non plus que le chemin de fer industriel peut s'avérer un excellent palliatif et permettre des manoeuvres intéressantes dans un espace très réduit. Il ne faut pas perdre de vue en effet que l'intérêt essentiel d'une exploitation ferroviaire est justement de pouvoir effectuer diverses manoeuvres  : formation de trains, liaisons entre gares, transport de marchandises ou de denrées diverses vers des destinations précises etc, et non de faire tourner des rames sans raison ou de regarder un réseau tout automatique se débrouiller tout seul. Les automatismes peuvent être une aide précieuse à l'exploitation pour libérer l'agent de certaines contraintes, mais ne doivent pas se substituer totalement à lui. Bref, les choix  : matériel, époque et limites du futur réseau étant décidés, on peut arrêter le type de tracé convenant le mieux  : tracé circulaire, bouclé de part et d'autre d'une gare, de terminus à terminus, en raquette, en voie unique ou en voie double, les exemples donnés dans les ouvrages spécialisés comme « Le tracé du réseau » ou « Le réseau miniature, plans et projets », sont suffisamment nombreux pour que l'on puisse en adopter un ou s'en inspirer pour définir un compromis intéressant selon l'emplacement disponible. En règle générale, disons que le type de tracé sera directement lié au rayon de courbe maximal possible, puisque la boucle est un élément nécessaire pour un circuit comportant une possibilité de retour direct, à moins de réaliser un réseau étagère de terminus à terminus ou « point to point » comme le définissent les Américains. Ainsi le rayon minimal admissible en N pour une ligne de type secondaire est de 260 mm, de 400 mm en HO, et de 850 mm en O. En comptant une marge pratique, il faudra donc en HO, un plateau de 900 mm de profondeur pour pouvoir y inscrire une boucle de retournement. Concrétisation du projet Le projet que nous avions évoqué au début de ces pages répond à deux critères  : a) Proposer un réseau de début, établi sur un plateau de dimensions limitées à 2 m x 1 m de façon à être manipulable sans trop de peine et pouvoir être installé dans une petite pièce, voire être transporté dans un break. b) Permettre une exploitation attrayante sans négliger une possibilité d'extension ultérieure. Perspective de construction du module 1 364 loto revue 5/91 n°537
(Point d'articulation du plateau supérieur) 2m Les modules 1 et 2 sont assemblés à l'équerre par deux boulons raccordement assure une parfaite jonction des trois voies de la gare. 1 e e e e e e e e e e/*.e'relee'jr."""" «...\1,90 m Pour l'écartement du HO, les dimensions indiquées sont le minimum admissible, mais nous nous y sommes astreints pour prouver que cela était possible et parce que l'extension prévue ne devait pas rendre l'ensemble trop encombrant. Si le réseau doit être adossé à un mur, la profondeur de 1 mest aussi un maximum acceptable pour pouvoir atteindre aisément l'arrière plan, à moins d'avoir les bras particulièrement longs ! Nous avons donc décidé que le premier plateau montrerait une gare supposée être de type terminus, située à l'extrémité d'une ligne à voie unique (bouclée en raquette pour les besoins du réseau). Comme les dimensions du plateau ne permettent pas de longues sections de pleine voie et qu'un circuit bouclé autour de la gare donnerait une image de réseau trop naïve, nous avons situé cette boucle en souterrain en laissant à découvert les points délicats comme les appareils de voie, et en rendant les voies couvertes accessibles par en dessous. Tel que, avec sa remise à machine, ses voies de mar- loco revue 5/91 n°537 Module 2 bus Un élément de 0 3 chandises et son garage caché, ce réseau minimal permet déja une exploitation parfaitement réaliste  : expédition et réception de trains ou autorails vers ou depuis une destination « X », formation de rames en gare, retournement (voir plan 1). La coupure des voies de gare à la limite du plateau donne une impression de continuité tout en assurant l'exploitation totale de la surface utile. Elle autorise aussi une possibilité d'extension future..., ou immédiate sur un module complémentaire qui peut être un simple élargissement de la gare, ou être carrément inspiré du premier avec également une boucle en souterrain. Les possibilités d'exploitation sont alors développées au maximum, la gare devient gare de passage avec des installations complémentaires  : terminal à conteneurs, embranchement de particuliers, dépôt ou autre, et il devient possible de régir des circulations en block système automatique avec arrêt et croisement en gare. C'est d'ailleurs à cette fin qu'ont été utilisés les deux modules exposés au dernier Salon du modélisme pour présenter Module 2/1m Le module 2 bis est une variante pour un montage en alignement des deux éléments. la nouvelle version du système de gestion logique du réseau  : la « CS-90 JC » que commercialisent les Ets Loisirs Selection. Naturellement, sur ce réseau minimal aux courbes peu généreuses ne circule que du matériel court, même si la nouvelle 68000 Jouef ou des voitures UIC Roco de 282,5 mm s'y inscrivent sans problème. On ne peut prétendre en effet que cela soit très esthétique de voir circuler un tel matériel sur des courbes de rayon de 450 mm, il faut bien se faire une raison ! Le plan 1 montre le tracé retenu pour le module 1. La partie tramée délimite le « haut relief » qui par l'arrière laisse accessible la rampe et la déviation du garage souterrain. On remarque également une ouverture de service à l'avant droit, découvrant l'aiguille d'entrée de la boucle et l'extrémité du garage. Cette ouverture, en partie couverte par le tableau de commande et un veritable TCO, qui sont relevables, permet d'apercevoir les circulations sur le niveau inférieur. Enfin, pour les interventions importantes et les travaux d'entretien, l'ensemble du plateau 365



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 1Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 2-3Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 4-5Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 6-7Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 8-9Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 10-11Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 12-13Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 14-15Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 16-17Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 18-19Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 20-21Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 22-23Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 24-25Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 26-27Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 28-29Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 30-31Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 32-33Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 34-35Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 36-37Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 38-39Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 40-41Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 42-43Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 44-45Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 46-47Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 48-49Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 50-51Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 52-53Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 54-55Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 56-57Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 58-59Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 60-61Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 62-63Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 64-65Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 66-67Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 68-69Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 70-71Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 72-73Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 74-75Loco-Revue numéro 537 mai 1991 Page 76