Loco-Revue n°451 jui/aoû 1983
Loco-Revue n°451 jui/aoû 1983
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°451 de jui/aoû 1983

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (204 x 265) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 105 Mo

  • Dans ce numéro : test, l'autorail standard AS.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
ee déoc-ototee decee LE « LOOK » ETONNANT DES « STANDARD » Tout, sur ces museaux pointus qui semblent avoir été taillés à coups de serpe, nous donne l'impression qu'ils ont été fixés pour l'éternité dans un rictus atroce  : les deux petits yeux exorbités des feux de signalisation trop proches l'un de l'autre, les traverses de choc massives surplombant une large grille de calandre béante... on dirait que l'autorail s'apprête à dévorer la voie ! Sur les faces latérales, une petite porte haut perchée donne accès au compartiment postal selon une disposition à notre connaissance unique pour le parc automoteur français. Un coup d'oeil sur la toiture  : les hautes cheminées d'échappement paraissent avoir été empruntées à la chaudière d'un antique coucou de manoeuvres... Quant à la position surprenante des radiateurs, elle lance un défi à la fois à la raison et au coefficient de pénétration dans l'air qui semblait, pourtant, avoir fait l'objet d'une certaine recherche pour les extrémités de la caisse ! Oui, les « standard », dans leur configuration SNCF 1950/1970, présentaient un « look » étonnant... mais il y a eu pire... ou mieux, selon vos goûts en matière d'esthétique « pittoresque », avec les deux premiers autorails A.D.N., réalisés en 1933 à la suite d'un concours lancé par le PLM. L'entrainement des essieux de ces deux autorails s'effectuait, en effet, par faux essieu et bielles d'accouplement tandis que la commande à distance de la boîte de vitesses faisait appel à une « transmission à olives type Corset » (nous n'avons pas résisté au plaisir de vous citer la terminologie pleine de charme du catalogue du constructeur que l'on croirait empruntée à une poésie surréaliste !). Avec leur bogie moteur de 3,50m d'empattement monté sur des roues à rayons de 1,10m de diamètre, ces autorails semblaient être le résultat d'un accouplement contre nature avec une locomotive à vapeur 020 ! Mais, nous direz-vous, pourquoi toutes ces particularités ? En fait, lorsque l'autorail moderne naît au début des années 30, sa conception est entre les mains essentiellement de firmes de l'industrie automobile (Bugatti, Renault, Michelin, Lorraine, Somua, Berliet..) qui essaient d'adapter les techniques légères des engins routiers à la voie ferrée. Au contraire, parmi quelques autres, la Société des Aciéries du Nord (A.D.N.) et sa société soeur, la Compagnie Industrielle de Matériel de Transport (C.I.M. T.), forment un groupe puissant, spécialisé dans la construction de matériel ferroviaire. Et, dans leurs établissements des usines de Maubeuge et des Ateliers de La Rhonelle, MM. Lambert et Giard -les « pères » de l'autorail A.D.N.- pensent qu'étant donné les efforts et les chocs auxquels sont soumis les véhicules des chemins de fer, il faut construire « lourd » (un A.D.N. pèse 8 tonnes de plus qu'un VH !) et DIMENSIONS COMPAREES X 23000 réel 1/87 AS Longueur hors tampons 25500 293,1 293,1 Entraxe des pivots de bogies 16500 189,6 189,3 Empattement des bogies 3300 37,9 33,8 Hauteur du rail à la toiture 3340 38,4 41,9 Largeur 2985 34,3 36,0 Distance dos à dos des flancs de roues mini 14,3 13,9 Hauteur des boudins NEM 310 maxi 1,2 1,45 Epaisseur des boudins 0,7/0,9 0,9 598 « solide », en s'inspirant des techniques employées pour les voitures voyageurs métalliques. Cantonné dans des services omnibus ruraux (car on construit parallèlement des voitures d'express à La Rhonelle !) , l'autorail doit être équipé, selon leur conception, d'un aménagement simple sans luxe inutile et d'un moteur diesel robuste tournant lentement. En bref, c'est tout le contraire des idées du grand Ettore, le « commandatore » de Molsheim ! Allez vous étonner, après cela, que les premiers A.D.N. aient été munis de bielles bien ferroviaires et que leurs accélérations soient dignes d'un « veau »... Quanta l'autorail « standard », il est né du désir, bien dans la tradition des gens du rail, de réaliser un appareil standard dont la conception ne soit pas la propriété d'un unique constructeur et pour lequel les « grands réseaux » auraient leur mot à dire. Ont donc participé à son étude et à sa construction, la Cie du Nord et A.D.N.comme maîtres d'oeuvre, les Cie de l'Est et du P.O.-Midi,C.I.M.T., Decauville, Lorraine,C.F.M.C.F., Baccalan et Renault. Ainsi, les caisses, toutes identiques, ont été fabriquées chezC.I.M. T., Lorraine, Decauville, Baccalan etC.F.M.C. F Que dire encore sur le « standard » ? — La conduite, très simple, comprenait, outre le robinet de frein, une manette des gaz et un « combinateur » (de forme assez semblable au « controller » des rames Sprague du Métro) à 7 positions  : une position 0, une position démarrage, cinq positions commandant chacune un rapport de la boîte électro-pneumatique à cinq vitesses (assez fragile, paraît-i I !). — Les coloris, variés sous les anciens Réseaux - vert foncé, toiture et tôles frontales triangulaires aluminium au Nord, gris clair/bleu moyen au P.0.-Midi, gris/rouge rubis à l'Est- sont devenus vers 1950 le rouge et crème SNCF avec les traditionnelles « moustaches » ; pas de toit rouge en fin de carrière— Les radiateurs, placés à l'origine sous les tampons derrière les grilles de « calandres » n'appréciaient guère les chocs procurés par les cailloux du ballast. Après un essai (esthétiquement délirant !) consistant à les placer de chaque côté des cabines, entrepris après la guerre, ces radiateurs furent posés à l'envers (!) sur la toiture. Les « fana » de techniques trouveront toutes les caractéristiques de ces appareils dans la fiche LR 343/29e série. 35 années de service prouvent que les « standard » peuvent être considérés comme des autorails réussis et on peut regretter qu'aucune unité n'ait été préservée dans un musée. Robustes, très qualifiés pour les démarrages, sous un « look » étonnant, les « standard » cachaient bien des attraits ! La même mécanique ultra-fiable et performante que l'ABJ L'autorail « standard » AS fait appel aux mêmes conceptions d'ensemble que l'ABJ  : caisse en ABS très épais et châssis massif en zamac procurant au modèle une masse de plus de 400g (!) , moteur Johnson type « can », assemblage des organes mécaniques par d'astucieux encliquetages (ni vis, ni clips, ni écrous !)... En bref, rien de nouveau sur le plan des caractéristiques techniques depuis l'ABJ qui a fait l'objet d'une description exhaustive dans loco revue 7-8/83 n°451
3- Le « standard » AS est livré sans attelage. Des attelages HO classiques à boucle sont proposés en option (pièces qui seront disponibles lorsque vous lirez ces lignes). D'autre part, vous noterez, ici, une entorse dans le vitrage correctement disposé de ce modèle  : la forme particulière des extrémités du « standard » n'a en effet pas permis d'encastrer le plastique transparent de la grande baie située près des quatre petites portes d'accès aux cabines de conduite. 100 160 120 00 60 BANDE RAMAN 60) 0 UV 1-4 +"iw MUT 10 30 30 150 6 8 V 12 V IMITE EN SERVICE PARER RAMPE DE 20%. UV r2NO/0 1881 50 100918 LR 444. Les performances sont donc similaires et le nouveau « standard » (qui nous a paru un peu plus souple) remplit son contrat puisqu'il tracte 2 remorques XR 9800 Mougel à la vitesse correspon- pour votre bibliothèque Pour la librairie étrangère, prévoir 3 semaines de délai de livraison CATALOGUES Chez Pola, qui, à l'occasion de son 25e anniversaire, innove en lançant une série de bâtiments en 1-10 et N fort justement dénommée « Meister Modelle » (modèles de maitre). Nous reviendrons prochainement sur ces très belles constructions, livrées pré-patinées et qui au 1/87 possèdent un aménagement intérieur détaillé et des ouvertures fonctionnelles. Un catalogue de style toujours égal, tout en couleurs, format 21 x 29,7, 66 pages... Chez Jouef, les trains tournent à nouveau et on retrouve avec plaisir dans ce catalogue tous les modèles de la gamme. Certains ont reçu une nouvelle mécanique (141.P, 241.P...) dérivée de celle équipant la 232.0 1, d'autres ont été entièrement refondus (autorail Picasso) ; enfin, les amateurs de traction électrique retrouveront, entre autres, la CC 6551. Dans le domaine du matériel remorqué, de très belles nouveautés, telles les voitures de la CIWL traitées à l'échelle et dont nous reparlerons bientôt ! Ce nouveau catalogue Jouef-Ceji n'a rien à envier à ses prédécesseurs  : même format 21 x 29,7, 60 pages, présentation luxueuse tout en couleurs avec des illustrations de grande qualité. Chez Railway, spécialiste de la VPC qui se taille peu à peu une place enviable dans la 10c0 revue 7-8/83 n°451 3 j.l. fournereau dante de 100 km/h. La résistance dynamique des futures remorques unifiées AS ne nous est pas, bien entendu, encore connue mais avec leur lourd châssis en zamac, l'effort à fournir par l'autorail devra sans doute être un peu supérieur, diminuant d'autant la vitesse du convoi. On notera, d'autre part, que la motorisation profession, le catalogue prend du poids  : c'est un document remarquable où l'on peut pratiquement découvrir tout ce qui est introuvable ailleurs dans notre pays. Quelques nouveautés parmi tant d'autres  : des pièces détachées Jouef, DJH et M & F, des peintures acryliques, des aérographes (Devilbis s'il vous plait I), les productions Libéron, Tram, Disque Rouge... et enfin un système TCO « à la carte » très bon marché ainsi que des outils et produits pour la soudure du métal blanc. Ce volumineux catalogue de style informatique, valable jusqu'au 28.02.84, est vendu 40,- F... remboursables dès le premier achat (Railway, BP 39, 14101 Lisieux cedex). Dans le catalogue Le Train Jaune toutes les productions distribuées par cette jeune firme  : le ballast Styroplast de Merkur, les automobiles et camions HO Top Models, Praliné, et Alt Berlin, les signaux routiers Salber, les bâtiments en bois à monter en HO Euromod'et Fidès, le système motorisé de nettoyage des voies Numo et les vitrines Merkur pour modèles HO, N et Z. En noir, blanc... et jaune, ce catalogue est présenté de manière originale avec, en prime, un dessin de Gébé, le célèbre dessinateur d'Hara-Kiri (et ancien dessinateur projeteur de la SNCF, soit dit en passant I). A quand un commentaire signé Cavanna ? Sans doute, le catalogue du Train Jaune serait alors présenté par Bernard Pivot dans l'émission « Apostrophes »... mise au point par AS est assez sensible aux fortes rampes (absence de bandage sur les roues motrices). Un problème que l'Emboutissage réétudiera le jour où les productions AS entreprendront la fabrication d'une locomotive... En attendant, place aux autorails et place aux progrès vers une plus grande fidélité ! N°1893 - 12 mai 1983 LA VIE DU RAIL Métro de Lyon  : un réseau de A à D. — Le monophasé bientôt à Dreux. — Les « Baldwin » en fin de carrière. — L'ordinateur à la consigne. — Dans le monde des transports. N°1894 - 19 mai 1983 Au Japon  : un secondaire à grand trafic. — Le métro de Caracas  : 5 km de plus. — Ermont- Argenteuil sous caténaires. — La ligne de St Etienne au Puy. — Opération charme des « touristiques » français. — Un amateur de précision en principauté de Monaco. N°1895 - 26 mai 1983 Les ateliers de La Folie  : une entreprise jeune et des moyens puissants ; un demi-siècle de vocation électrique. — Enfin, un raccordement direct Avignon-Nîmes I — Un train d'enfer et... de bonnes intentions. — Alerte à l'innondation en gare de Poitiers. — Lyon-Part-Dieu  : le transfert ferroviaire du siècle. — Trois jours sur le Tazara  : un plongeon dans l'Afrique qui voyage. — Transports aériens. N°1896 2 juin 1983 Sarreguemines  : la grande mutation en voie d'achèvement. — Les Aubrais relaient Paris-Tolbiac. — Les « 3 suisses », premier client du Sernam. — Tramways nantais  : les jeux sont faits. — Le noeud de Welwyn est provisoirement dénoué... — Le 37e prix Schefer. Le numéro  : 5,00 F L'abonnement France  : 162,00 F Etranger  : 307,00 F (Suite page sas) 599



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 1Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 2-3Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 4-5Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 6-7Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 8-9Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 10-11Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 12-13Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 14-15Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 16-17Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 18-19Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 20-21Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 22-23Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 24-25Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 26-27Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 28-29Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 30-31Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 32-33Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 34-35Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 36-37Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 38-39Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 40-41Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 42-43Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 44-45Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 46-47Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 48-49Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 50-51Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 52-53Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 54-55Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 56-57Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 58-59Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 60-61Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 62-63Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 64-65Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 66-67Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 68-69Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 70-71Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 72-73Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 74-75Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 76-77Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 78-79Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 80-81Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 82-83Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 84-85Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 86-87Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 88-89Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 90-91Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 92-93Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 94-95Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 96-97Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 98-99Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 100-101Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 102-103Loco-Revue numéro 451 jui/aoû 1983 Page 104