Loco-Revue n°420 octobre 1980
Loco-Revue n°420 octobre 1980
  • Prix facial : 15 F

  • Parution : n°420 de octobre 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (198 x 256) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 67,9 Mo

  • Dans ce numéro : une 4-032.TA en H0 et un compteur numérique de vitesse.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
12 Toutes sortes d'encadrements de fenêtres, de corniches, de portes, de moulages sont disponibles pour leurs divers types de bâtiments. Pour le fond de la ville, je me suis servi de l'idée maintenant répandue du club Ferrovinor (RMF 188) : J'ai découpé les photos d'immeubles sur les boîtes d'emballages Jouef. Elles ont un défaut, elles sont de couleurs trop vives. J'ai donc repassé un voile de beige sale avec le sempiternel Gazjet (j'espère qu'ils vont m'en envoyer une caisse) avant le collage sur le ciel. Entre la ville et la campagne, il fallait une liaison. Stade ? Poste à essence ? Décharge publique ? J'ai préféré un cimetière. Là encore, pas d'artisan qui fournisse des tombes bien de chez nous. Je me suis fait un modèle en bois et une empreinte au caoutchouc synthétique. Cela m'a permis de tirer une dizaine de petites tombes en plâtre. Attention aux bulles d'air. Remplir le moule en le soulevant par un côté et en versant doucement le plâtre en commençant par le bas. Le parking est en carton fort. Les marches en balsa de 2 mm. Les trottoirs en carton de même épaisseur. Là encore, après teinture à la gouache grise, la craie rend bien le sol très mat et poussiéreux. Les marquages blancs sont faits au ruban Letraline (I etraset) mat, courbable, de 3 x 32 de largeur. Une fois posé, on repasse à la craie grise par dessus pour salir et simuler les manques de peinture. Les passages cloutés sont des épingles de couturière à tête plate. Remarque en passant à M. Leplat : On trouve encore sur Paris des petites voitures françaises de marque Eko. Elles nécessitent quelques retouches, mais à défaut de mieux..., 47.1„.. -.. -termemiur -,'14...',N. gam-, -,,,...- nil• MM... -...,.-'• -, ; • :.- : - 11111111111111111111111111 12. Le diesel BB 63000 Roco, dont la livrée a reçu une patine réaliste, manoeuvre en gare. LE MATERIEL ROULANT Je n'ai pas encore grand chose qui corresponde à l'époque désirée. Une 2D29100 avec pantos Carmina, prises de courant rajoutées sur bogies porteurs, attelages à choquelles. Une CC 7100 en cours de détaillage. Une 141 R à charbon salie à la peinture acrylique avec prise de courant Carmina sur les roues motrices (absolument génial, améliore énormément les ralentis). Une 231 K 72 avec tender sud-est 30 A 287. Une BB 63000 Roco à redécorer en 040 DE (mais je ne sais pas exactement ce qu'il y a à faire. Traverses de tamponnement en rouge ? Où trouver des photos où indications nécessaires ? Les fiches documentaires LR ne sont pas en couleur !). Deux autorails 300 CV Jouef et une remorque. Là aussi, prises de courant en fil de laiton 2/10 sur tous les bogies porteurs. Suppression des attelages d'origine. Jupe rallongée aux extrémités et attelages à choquelles. Pour ce réseau, une majorité d'autorails devrait être présente : Renault ABJ, De Dietrich 600 CV. Je ne me sens pas assez doué pour bricoler ça. En matériel remorqué, j'ai une rame de voitures OCEM à rivets apparents avec marquage ancien SNCF grâce au Letraset Clarel et quelques wagons couverts unifiés. Tout ce matériel est sali copieusement. Les flancs de bogies et châssis sont brunis, rouillés de la même couleur que les rails. Les bas de caisse ont reçu un voile de gris jaunasse. Un truc pour finir. Résolvez vos problèmes de brillance incongrue (bâtiments, matériel roulant) avec des bombes de matant prévues pour les photographes. Je recommande la marque Krylon. CONCLUSION Ce réseau est loin d'être parfait (surtout mauvais tracé). Si on le regarde de près, il manque de réalisme au niveau du détail. Ce n'est pas la perfection de Michel Paul, mais pour obtenir ce résultat, il me faudrait travailler 50 cm en trois mois. Le mien est trop grand pour ça. Une fois qu'il sera terminé, j'aurai peut-être le temps de « pinailler ». Dans un premier temps, j'ai préféré m'en tenir à une atmosphère d'ensemble. Disons que ce réseau fait juste la charnière entre l'ovale-jouet d'hier et les réalisations du niveau américain ou anglais, bientôt nombreuses (j'espère) en France. N.D.L.R. Sur le plan illustrant le réseau de D. Tallet paru dans « L.R. » n°418, deux entrées (ou sorties) de tunnel ont été référencées par une même lettre « d », ce qui rend difficile la compréhension du tracé. En fait, la référence inférieure doit être « a ». Entrons par exemple dans le tunnel par « a ». Nous arrivons vers la gauche à « b » pour trouver un nouveau tunnel en « c ». Par une boucle souterraine complète, nous nous retrouvons sur la gauche du réseau, dont nous longeons le bord pour ressortir en « d ». Après un long parcours à ciel ouvert, la voie effectue à nouveau une boucle en souterrain de « e » à « f », avant d'aboutir à la gare. Que les lecteurs qui étaient plongés dans le doute par cette coquille veuillent bien nous pardonner. 650 loto revue 10/80 n°420
construction HO une 4-032 TA SNCF texte et photosm. viers Cette machine m'a séduit par son aspect original et le fait qu'il s'agit d'une des locomotives les plus anciennes ayant été immatriculées à la SNCF. Des machines fondées sur le même principe « Engerth-Creusot » ont été utilisées sur de nombreux réseaux tels le Nord, l'Est, lesC.F. du Dauphiné et le PLM, ainsi que le Nord belge. Sous leur aspect final, ces engins étaient étranges et avaient beaucoup de caractère avec leur superstructure hérissée de soupapes, réservoir à air, etc... dans le style Midi, et leurs caisses à eau larges et basses. La 312 a été restaurée pour le Musée de Mulhouse. Je n'ai trouvé dans le commerce aucun engin dont le châssis puisse servir de base au bricolage de cette locomotive, aussi ai-je eu l'audace de m'attaquer à un châssis moteur complet. J'ai dû me procurer les éléments suivants : - 3 essieux de 040 TA Jouef - 2 essieux de wagons idem (1) - 1 moteur Jouef 5 pôles - 1 train d'engrenages : VSF+ engrenage Jouef - tôle de laiton 5/10, 2/10 et 1/10 - débris divers tirés de la boîte à merveilles - perchlorure de fer (en pharmacie) (1) Une coquetterie m'a poussé à mettre des roues à rayons... invisibles ! La construction n'a pas été toujours facile mais, fort de mes expériences, je peux aujourd'hui vous guider pour cette amusante et intéressante réalisation. I - LE CHASSIS Dans une plaque de laiton de 5/10, découpez soigneusement les deux longerons du châssis moteur (1 et 2). Si vous ne disposez pas du matériel ou de la patience nécessaires, faites comme moi, laissez le perchlorure travailler pour vous. Voici comment j'opère. (NB. Les pièces 1,2,10,11,12, tablier, cabine, ont été découpées ainsi, les couvre-joints des caisses à eau et du tender, la porte de boîte à fumée de même.) loco revue 10/80 n°420 651



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 1Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 2-3Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 4-5Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 6-7Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 8-9Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 10-11Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 12-13Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 14-15Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 16-17Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 18-19Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 20-21Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 22-23Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 24-25Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 26-27Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 28-29Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 30-31Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 32-33Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 34-35Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 36-37Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 38-39Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 40-41Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 42-43Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 44-45Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 46-47Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 48-49Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 50-51Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 52-53Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 54-55Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 56-57Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 58-59Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 60-61Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 62-63Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 64-65Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 66-67Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 68-69Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 70-71Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 72-73Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 74-75Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 76-77Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 78-79Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 80-81Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 82-83Loco-Revue numéro 420 octobre 1980 Page 84