Loco-Revue n°413 février 1980
Loco-Revue n°413 février 1980
  • Prix facial : 12 F

  • Parution : n°413 de février 1980

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (198 x 256) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 63,7 Mo

  • Dans ce numéro : modélisme d'atmosphère, l'apprentissage du décor.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
CLIVE LAMMING• Mon réseau triangulaire Voici un réseau qui a une forme peu ordinaire : le triangle. Ce n'est pas par goût de l'originalité à tout prix que nous avons choisi cette forme, loin de là. Nous avons fait ce réseau, qui existe donc réellement, pour une émission de télévision avec, en tête, la fameuse « quadrature du cercle » du modélisme ferroviaire : un minimum de place et des longs trains qui circulent à l'aise. Ne pouvant proposer au grand public un réseau de type étagère dans la mesure où ce public, en général, préfère un réseau en circuit fermé qui lui semble plus « logique » à première vue, et devant proposer un réseau où passerait devant la caméra le nombre le plus grand de trains différents possibles, il aurait été inévitable que nous construisions le bon vieux réseau traditionnel qui, pour présenter une demi-douzaine de trains assez longs en circulation simultanée, aurait mesuré 4 à 5 mètres de long et 2 mètres de large. Manquant de place et devant quand même consacrer une certaine place permanente à ce réseau le temps de sa construction, du fignolage du décor, du rodage de son bloc-système et de la chasse aux causes de déraillement (voie mal posée, etc...), il fallait bien trouver quelque part dans l'appartement un recoin pour quelques mois. Inutile de dire que ce réseau existe toujours... bien que l'émission ait été tournée depuis longtemps, car nous jouons avec, sans ennui -à condition toutefois de ne pas abuser de la circularité des parcours, mais de la rompre par des recompositions de trains et des manoeuvres. Le réseau triangulaire se loge dans un coin d'une pièce et son grand côté de devant (l'« hypoténuse » du triangle) (fig.1) permet d'installer suffisamment d'éléments attractifs, qu'il s'agisse d'une gare de passage ou, comme ici, d'une simple jonction ferroviaire dans la mesure où nous avons préféré ne pas faire de gare (le réseau trop petit n'en aurait permis 1. Vue partielle du réseau avec au premier plan le T.C.O. On voit l'amorce de la rampe hélicoïdale derrière la 2e voiture du train. Les roues de wagon fixées sur le tasseau supérieur, au-dessus du T.C.O., sont des commandes d'aiguillages par tringlerie.m. bonnafous 92 loco revue 2/80 n°413
qu'une mauvaise : quais trop courts, trop courbes, pas de possibilités de garage sur voie d'évitement, etc...). On constate, en regardant le plan du réseau, que le triangle a été rogné de ses angles aigus qui sont inutiles, puisqu'ils ne peuvent accepter une courbe. Tout au plus pourrait-on y loger une voie en impasse : dans notre cas le réseau, de toutes façons, ne pouvait pas occuper plus de 1,50 m de part et d'autre du coin d'une chambre. On notera qu'il s'agit d'un parcours circulaire en double voie (chose essentielle pour le spectacle des trains qui se croisent) et que la partie visible du réseau, pour ne pas se borner à un simple tronçon de voie en pleine campagne, est en fait une jonction de voies : trois lignes à double voie se rejoignent (avant, supposet-on, une gare importante qui est à quelque distance). Deux des lignes sont fictives et servent en fait à donner un certain sens ferroviaire au décor. Ces lignes fictives peuvent servir de tiroir pour des manoeuvres de retournement, surtout en ce qui concerne les trains de la ligne secon- O O 4-) (1) 414(11111•'411'1 Plan du réseau 600 Rayons : 385 mm et 445 mm « Jouef », voie laiton. 1500 daire. Il y a en effet une ligne secondaire qui quitte cette jonction pour gagner à l'arrière-plan en hauteur une petite gare terminus rurale qui, avec son plateau de 1,50 x 0,35 m a été récupérée intégralement d'un réseau précédent et peut le cas échéant constituer un ensemble indépendant. Appareils de voie : tous à grand rayon « Jouef » et tous en laiton, commandés par tringlerie (moteur ôté). Plus un appareil enroulé « Fleischmann » (embranch. ligne secondaire). loco rem 2/80 n°413 Si ce réseau vous intéresse, il faut de la voie « Jouef » laiton en rails courbes 325, 385 et 445 mm, un peu de voie courbable, des appareils de voie grand rayon exclusivement de la même marque, et un appareil enroulé laiton « Fleischmann » (puisque « Jouef », hélas, n'en fait pas). Il faut compter l'équivalent d'un demi cercle en 325 mm, et trois cercles et demi en 385 et 445 mm. Il faut ajouter 30 rails droits laiton pour les sections en alignement des voies cachées et des ponts métalliques des voies fictives, de la gare rurale et de la jonction ; trois traversées de jonction « Jouef » grand rayon, cinq déviations simples à gauche, deux à droite, deux symétriques, on peut facilement lire sur le plan leur implantation. Maisons masquant la fin de la li Il faut deux alimentations simples 12 V, et un équipement « Monobloc » pour neuf cantons (5 sur le circuit extérieur et 4 sur l'intérieur) qui feront en moyenne 1,80 à 2 mètres. Le principe du réseau est d'animer la jonction ferroviaire par le passage de trains qui descendent le long d'une rampe hélicoïdale jusqu'au niveau le plus bas du réseau et remontent ensuite le long d'une autre rampe : chaque rampe hélicoïdale est composée de deux voies parallèles de la grande ligne. Les spirales de descente et de montée sont concentriques. Pour gagner de la longueur (donc des trains en plus) nous avons étiré la rampe extérieure en forme de triangle dans la mesure du possible. La rampe intérieure occupe toute la place centrale du réseau et sa voie en rayon 445 mm (voie extérieure) vient « tangenter » la voie intérieure de la grande rampe « triangulaire » (fig.2). Chaque rampe hélicoïdale fait deux tours (pour limiter la hauteur du réseau à 20 cm environ), mais rien n'empêche de faire des rampes à plusieurs tours, voire jusqu'au plancher, si l'on veut stocker une grande quantité de trains qui se suivent. Avec deux tours, nous avons un peu plus de 12 m pour le circuit extérieur et 11 m pour l'intérieur. On notera enfin que la grande rampe est partiellement visible (passage sous les ponts métalliques et la ligne secondaire) ce qui augmente encore l'intensité du spectacle : ce réseau est basé sur le principe des « trains à gogo » qui circulent, recirculent, passent et repassent. N'ayez aucune fausse honte : c'est très amusant, bien que peu proche d'une exploitation au véritable sens du terme et ennuyeux à la longue si l'on reste passif. Ce réseau a été construit très rapidement et simplement. Il est donc reproduisible et n'est pas une abstraction. Les trains circulent et leur longueur est limitée en fait par les possibilités des locomotives seulement. Nous avons choisi des trains courts de type ancien et, bien sûr, de l'ancien « Nord » ce qui n'étonnera pas les lecteurs de Loco-Revue. Les possibilités sont restreintes (quoique comparables Entrons dans le tunnel par « A » en suivant le circuit en rayon 445 mm (circuit extérieur) par exemple. Nous amorçons une pente continue et sortons en « B », passons sous les ponts métalliques et entrons à nouveau dans un tunnel en « C ». Nous suivons, à un « étage » en dessous, la voie située au-dessus qui entre en « A » et ressort en « B », et nous repassons sous « C », toujours en pente très douce. Nous venons de parcourir deux spirales « triangulaires » et amorçons la rampe qui, par deux spirales circulaires intérieures aux spirales « triangulaires » nous fera gagner la sortie du tunnel en « D ». Le circuit intérieur en rayon 385 mm est rigoureusement parallèle au circuit extérieur que nous venons de parcourir. Chaque circuit développe environ 12 mètres pour l'extérieur et 11 mètres pour l'intérieur. Des trains assez longs peuvent les parcourir (loto 231 + 5 voitures à bogies, par exemple). La ligne secondaire s'embranchant sur la grande ligne a, par contre, une sévère rampe en courbe à faible rayon (325 mm) et n'acceptera que des trains très courts (040 + 3 à 4 voitures ou wagons à essieux indépendants). Les deux fausses lignes sur les ponts peuvent servir de tiroir pour les manoeuvres ou de garage pour un peu de matériel roulant occasionnellement : esthétiquement le réseau gagne à ce que l'on laisse ces fausses lignes vides de tout matériel. 93



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 1Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 2-3Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 4-5Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 6-7Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 8-9Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 10-11Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 12-13Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 14-15Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 16-17Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 18-19Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 20-21Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 22-23Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 24-25Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 26-27Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 28-29Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 30-31Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 32-33Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 34-35Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 36-37Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 38-39Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 40-41Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 42-43Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 44-45Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 46-47Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 48-49Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 50-51Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 52-53Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 54-55Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 56-57Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 58-59Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 60-61Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 62-63Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 64-65Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 66-67Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 68-69Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 70-71Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 72-73Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 74-75Loco-Revue numéro 413 février 1980 Page 76