Loco-Revue n°411 décembre 1979
Loco-Revue n°411 décembre 1979
  • Prix facial : 15 F

  • Parution : n°411 de décembre 1979

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (203 x 263) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 74,3 Mo

  • Dans ce numéro : la Nouvelle-Orléans au 1/87.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
texte et photos : C. LAMMING Dans ce splendide vieux quartier du Marais on ne soupçonnerait pas, en montant un escalier historique et plusieurs fois centenaire, que l'on va se trouver en face de tout un quartier de la Nouvelle- Orléans. Et pourtant c'est bien là le thème d'un merveilleux réseau, celui de Pierre Merlin, Pierre Atlan, Claude Luter (qui fait aussi « un peu » de musique à ses heures perdues... vous connaissez sans doute !) et Claude Rabanit. Deux Pierre + deux Claude= la Nouvelle-Orléans au 1/87 en 1917. Voilà le sujet résumé. Un réseau immense de plus de 50 mètres carrés occupe la totalité d'une pièce, mais, contrairement à ce que l'on pourrait croire, il n'y a pas une accumulation de voies en tous sens, loin de là. Cette erreur grossière là n'a pas été commise : le train occupe sa place dans la grande ville, c'est tout. Et c'est vrai qu'il y a très peu de voies sur ce réseau, et, sur ces voies, très peu de trains si nous nous référons à l'habituelle accumulation et saturation des tristes réseaux-entassements qui ne veulent rien dire. Car ce réseau a quelque chose à dire : il est un témoignage vivant et reconstitué historiquement de ce que pouvait étre un quartier de la célèbre ville où naquit le jazz, et ceci en 1917, année où, avant les restrictions suivant l'entrée des U.S.A. en guerre, la vie nocturne de la Nouvelle-Orléans connaissait son apogée et où les derniers instants de toute une belle époque, toute une manière de voir la vie, toute une civilisation presque se vivaient au son des trompettes les plus célèbres de Basing Street. 778 loco revue 12/79 n°411
1. Une partie du port sur le Mississipi. Noter le nombre et le réalisme des bateaux. 2. Une 141 de l'Illinois Central Railroad vient de franchir le Mississipi sur le grand pont métallique en tête d'un long train de wagons frigorifiques. 3. Silos et entrepôts typiques. 4. La raffinerie u Gulf Oil » vue depuis le i< public grain elevator » : en ce temps-là, on ne manquait ni de pétrole ni d'idées pour s'en servir, surtout aux U.S.A. 5. La Magnolia Mining C° en pleine activité ! Ce réseau est donc surtout une ville, surtout une ambiance. Et Pierre Merlin, qui en a fait le décor avec amour et compétence, n'a pas fait n'importe quoi, voyez-vous. Il a accumulé des documents sur la ville, des photographies, des journaux anciens, compulsé des collections dans des universités américaines (section jazz des bibliothèques, par exemple), pris des notes, dessiné sur son carnet, acheté des tonnes de revues de musique (il est musicien lui-même), lu entièrement la section des périodiques américaines du British Museum (années 1910 et sq) ce qui lui a même donné les programmes des cinémas pour faire les affiches... Et à partir de cette documentation immense et précise, il a construit patiemment, maison par maison, toute une ville qui comprend plus de 200 maisons actuellement. Bien sûr, toutes les rues ne sont pas exactes, car il a fallu, par exemple, réduire la surface des pâtés de maisons qui, à l'échelle, seraient 6 fois plus importants que sur le réseau. Il a fallu réduire la largeur du Mississipi, de 10 mètres à l'échelle (!), à quelque 50 cm, mais, par contre, certains coups d'oeil ou certaines perspectives, si l'on met bien l'ceil au niveau de la surface de roulement, sont exactes comme la place de la gare du Southern, ou Basing Street, ou le port avec ses quais. Pierre Merlin, qui a découvert le chemin de fer miniature avec la contemplation dans une vitrine (comme nous tous !) d'un train jouet, ici un train Lionel américain, production fort en avance sur son époque, a découvert, avec ce train américain, toute une passion pour la musique merveilleuse qu'est le jazz, passion qui l'a conduit à devenir l'ami de Claude Luter qui l'a aidé à monter ce réseau avant, de son côté, se monter un réseau personnel en O, de type américain aussi. Pierre Atlan est ingénieur dans une grande entreprise de construction d'avions et la pratique de techniques d'avant garde en matière d'électronique et d'électro-technique l'a amené, outre une passion aussi éprouvée pour le jazz, à devenir un des créateurs de ce réseau dont il a assuré la mise en place de toute la partie électrique avec utilisation de composants aéronautiques de rebut qui ont déjà 15 années de bons et loyaux services sur le réseau (ce qui prouve qu'en aviation on est très difficile sur la qualité des composants, pour loco revue 12/79 n°411 779



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 1Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 2-3Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 4-5Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 6-7Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 8-9Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 10-11Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 12-13Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 14-15Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 16-17Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 18-19Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 20-21Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 22-23Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 24-25Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 26-27Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 28-29Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 30-31Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 32-33Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 34-35Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 36-37Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 38-39Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 40-41Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 42-43Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 44-45Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 46-47Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 48-49Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 50-51Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 52-53Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 54-55Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 56-57Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 58-59Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 60-61Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 62-63Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 64-65Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 66-67Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 68-69Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 70-71Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 72-73Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 74-75Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 76-77Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 78-79Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 80-81Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 82-83Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 84-85Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 86-87Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 88-89Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 90-91Loco-Revue numéro 411 décembre 1979 Page 92