Loco-Revue n°400 décembre 1978
Loco-Revue n°400 décembre 1978
  • Prix facial : 14 F

  • Parution : n°400 de décembre 1978

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (205 x 264) mm

  • Nombre de pages : 92

  • Taille du fichier PDF : 63,6 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial anniversaire !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
 ! MF essai des modules Gémini T et P Importé depuis quelque temps par les Fis Jacques Fournereau, le Digitol se fait petit à petit une place prépondérante sur le marché, parmi les appareils similaires, en raison de sa fiabilité (garantie 3 ans) et de ses bonnes performances pour un prix modique. Mais en quoi consiste ce fameux Digitol ? Fabriqué en Angleterre avec des composants de premier choix, le Digitol est un pupitre de commande à régulation électronique de la vitesse des trains, qui se caractérise tant par sa simplicité d'utilisation que par le réalisme de conduite qu'Il permet : ACCÉLÉRATION progressive automatique et sans à-coup de la motrice, jusqu'à la vitesse préalablement affichée. RALENTISSEMENT progressif et ARRÊT très réalistes du train lors des freinages (inertie é'ectronique). La distance de freinage peutêtre réglée de façon précise. ALLURE indépendante de la charge, grâce à l'adaptation automatique de la tension en fonction du profil de la voie. RALENTIS spectaculaires et régularité de marche stupéfiante. j.I.f. Cet appareil comporte une unité de régulation électronique qui, selon le modèle proposé, contrôle le courant fourni soit par une source classique externe : transformateur + redresseur, soit par une alimentation similaire incorporée (transformateur à double isolation, diodes de redressement au silicium). L'étage de puissance du Digitol est comme pour les locomotives modernes à thyristor et le courant de sortie, à pleine ouverture du régulateur, est identique comme forme au courant redressé double alternance des transformateurs redresseurs classiques. Cependant, dès le début de course du régulateur et pour toutes ses positions intermédiaires, les demi-sinusoïdes du courant redressé de la source ne sont exploitées que partiellement, en fonction de l'angle de conduction du thyristor, ou plus explicitement de l'intervalle de conduction de ce dernier dans le temps. Supposons que le thyristor, qui se comporte ici comme un interrupteur, soit conducteur pendant la moitié de la durée d'une alternance du courant alternatif a imentant le Digitol, le courant délivré par le thyristor à la sortie « voie « sera égal au quart du courant redressé fourni par l'appareil lorsque le régulateur est grand ouvert, mais la tension de sortie sera identique. Par contre, si le temps de conduction du thyristor est inférieur au 1/200 de seconde (un quart de 50 Hz) durant les alternances du courant secteur, les demi-sinusoïdes du courant redressé délivré par la source ne pourront plus être exploitées jusqu'à leur niveau maximal et la tension de sortie sera proportionnellement inférieure de même que le courant fourni. Aux allures basses, le courant délivré sera donc un courant pulsé à 100 Hz avec des 8 : exploitation progressive des demiondes du courant redressé (b) de la source. or pointes de tension de plus en plus fortes. dès que le régulateur sera plus ouvert, etcela jusqu'à 60% d'ouverture du régulateur, passé ce cap, la tension maximale est atteinte, mais le courant peut encore croître jusqu'à, la position maxi. Un circuit de régulation efficace, limitant l'emballement en descente et adaptant lecourant délivré à la charge du moment, assure l'allure stable des convois. Parallèlement, un circuit de temporisation, dont le délai de réponse a été fixé à une valeur optimale, simu'el'inertie de mouvement du train commandé. Enfin, un levier de frein permet de moduler la temporisation et son action detoute façon est prévalante sur celle du régulateur (c'est-à-dire que si l'on oublie de fermer le régulateur, l'action sur le frein sera'toujours efficace jusqu'à la position maximale « Full »). Par ces dispositions, on obtient une variation très progressive du courant délivré (donc. de la vitesse) avec, en début de gamme, des pointes de tension favorisant l'ébranlement des. mécanismes récalcitrants, et une montée plus. rapide de la vitesse pour les positions extrêmes du régulateur. La vitesse maxi sera ainsi obtenue en 20 secondes et le freinage brutal à pleine. vitesse assurée en 2 à 3,5 secondes selon les matériels. Un circuit de protection par limiteur électronique de courant pour la sortie tractionet un disjoncteur thermique sur la sortie. accessoires complètent l'appareil, le rendant pratiquement invulnérable même en cas de fausses manoeuvres. Naturellement, outre les leviers de commande, la face avant de l'appareil comporte un bouton d'inversion ainsi qu'un témoin lumineux de fonctionnement (diode LED rouge), qui clignote en cas de court-circuit ou surcharge. Précisons enfin que sur les appareils munisdu circuit de temporisation, une des positionsextrêmes du levier de frein assure la mise hors service de ce circuit pour certaines manoeuvres ou essai en « direct ». Quatre versions du Digitol sont actuellement offertes : — Gemini T avec transfo 3 A incorporé secondaire 0 — 12 V =11,5 A (traction) et 16 V=/1,5 A (accessoires). — Gemini P de caractéristiques identiques, mais sans transfo. nEvimsE Ir/marx 730 loto revue 12/78 no 400
— Gemini direct P sans transfo, ni temporisation et Gémini direct T avec transfo. sans temporisation. Deux versions nouvelles sont en outre attendues les Gemini de luxe » similaires aux deux premiers mais pour une puissance de 5,5 A (4 A sur sortie voie). La version actuelle la plus avantageuse, c'est-à-dire sans transfo incorporé, mais offrant toutes les possibilités du pupitre principal, est le Gémini P dont les prix de vente est de 270 F. Les performances du Digitol sont les suivantes (notons que les circuits électroniques.de base sont les mêmes dans chaque catégorie d'appareils) : Puissance : sous 220 V secteur, avec une charge de 400 mA, la tension disponible à pleine ouverture, est de 12 V ; avec 500 mA, elle baisse à 11,5 V, avec 1 A, à 9,5 V et avec 1,4 A elle tombe à 8 V. Régu:ation : Pour une charge variant de 280 mA sous 7 V affichés au départ jusqu'à'600 mA, la tension montera de 2 V puis chûtera progressivement si la charge augmente.encore. A partir de 10 V affichés au départ sous 220 mA, la régulation agira jusqu'à 11,5 V pour 400 mA, puis la tension chutera ensuite : 9 V pour 1 A, 7,5 pour 1,5 A. (Le seuil des 1,5 A franchi, la tension'chute très rapidement sous l'action du limiteur de courant.) La puissance du transformateur incorporé est de 35 VA. Considérant les résultats d'essais, la régulation, limitation du courant et temporisation sont très satisfaisantes. La montée en tension se fait sans temps mort et très progressivement, de même que l'action sur le frein permet une conduite très souple. Cependant, devant les caractéristiques annoncées, on attendrait les 1,5 A disponibles sous la tension maxi... En fait, la tension maxi ne pourra être atteinte que pour une charge inférieure à 500 mA, et les 1,5 A ne seront disponibles que jusqu'à la tension moyenne de 7,5 V. Dans la pupart des cas cette puissance suffit pour le matériel classique et les compositions moyennes de trains. Pour des réseaux importants acceptait des compositions longues de voitures éclairées, avec un profil difficile, il faudrait choisir le Gemini T de luxe ! RtGui a tOR Tension secteur 200 V 210 V 220 V 232 V 240 V TABLEAU DES PERFORMANCES Secondaire du transfo incorporé 17 V 18 V 19 V 20 V 20,8 V Tension de sortie et charge correspondante loco haut-le-pied V/mA 11,8/180 12,5/200 13/210 14/220 14,8/225 avec effort de traction de 50 g V/mA 11/270 12/280 12,6/290 13,5/300 14/310 Etant donné la forme de courant délivrée et la tension résiduelle du circuit, la valeur indiquée par un voltmètre classique est sans intérêt à vide, aussi les mesures ont-elles été faites en faisant débiter légèrement l'apparbil dans un circuit de voie sur lequel circulait une loco haut-le-pied. Le module Digitol direct P et son circuit imprimé. Ir/marx Ir/f.i. marx Pupitre Digitol Gemini T avec transformateur incorporé. Ir/man, loto revue 12/78 no 400 731



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 1Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 2-3Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 4-5Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 6-7Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 8-9Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 10-11Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 12-13Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 14-15Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 16-17Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 18-19Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 20-21Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 22-23Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 24-25Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 26-27Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 28-29Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 30-31Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 32-33Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 34-35Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 36-37Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 38-39Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 40-41Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 42-43Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 44-45Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 46-47Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 48-49Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 50-51Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 52-53Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 54-55Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 56-57Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 58-59Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 60-61Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 62-63Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 64-65Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 66-67Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 68-69Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 70-71Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 72-73Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 74-75Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 76-77Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 78-79Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 80-81Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 82-83Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 84-85Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 86-87Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 88-89Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 90-91Loco-Revue numéro 400 décembre 1978 Page 92