Loco-Revue n°399 novembre 1978
Loco-Revue n°399 novembre 1978
  • Prix facial : 10 F

  • Parution : n°399 de novembre 1978

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (205 x 264) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 51,9 Mo

  • Dans ce numéro : le réseau de Villeneuve et ses extensions.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
modélisme à toute vapeur... UNE 1.040 TA SNCF ex - 4900 au 1/20 (chapitre 18) (voir également loto revue n°372 à 376, 380, 382., 384, 386. 388. 390, 392. 393, 396 et 397). Biellette de commande du tiroir. Plan numéro 30. Cette pièce sera, comme toutes les bielles et biellettes, découpée en acier demi-dur. Sa confection ne pose aucun problème, si ce n'est qu'elle doit être à la longueur exacte, c'est-à-dire à la longueur d'axe en axe égale au rayon de la coulisse, et que les deux petits galets en bronze du coulisseau doivent glisser sans jeu dans la rainure intérieure de la coulisse. Etant en possession de notre coulisse, de nos deux colliers d'excentrique avec leurs barres, il nous faut assembler ces divers éléments bien à leur place respective, mais grâce à nos repères ce travail est assez facile. Pour commencer, retirons seulement trois des quatre boulons assemblant la coulisse, car il ne faut nullement changer les pièces de place ; le boulon restant étant desserré à fond, nous pouvons donc rapprocher les flasques l'un contre l'autre ce qui va nous permettre de monter la fourche dans ses tourillons, mais attention à ne pas la monter à l'envers. Ensuite, nous mettons l'entretoise et plaçons un boulon sans serrer l'écrou, puis nous faisons la même opération pour le côté opposé, après avoir bien entendu placé la biellette de commande de tiroir avec ses galets. Nous pouvons alors remonter l'ensemble avec ses quatre boulons et serrer les écrous ; le tout doit fonctionner sans raideur ni jeu (voir numéro 4, numéro 397). Rappelons en passant que les écrous de fixation de l'assemblage de la coulisse doivent être visibles, c'est-à-dire du côté extérieur. Frein. — Plan numéro 31. La machine authentique possédait un frein à vis et un à air comprimé Westinghouse. Le serrage du frein à main assuré par vis et manivelle ne commandait que les deux sabots arrière. Le frein à air comportait trois cylindres, un à l'arrière et deux entre les longerons, qui assuraient le serrage en commandant la montée de deux sabots en forme de V renversé placés entre la deuxième roue avant et la roue motrice. Les trois cylindres étaient alimentés par le même robinet commandé par le mécanicien (voir principe dans les numéros 345 à 347 de Loco-Revue décembre 73 à février 74). Sur notre modèle réduit au 1/20, nous no pouvons pas mettre les deux cylindres de frein du milieu, car la pompe alimentaire se trouve déjà à cette place ; nous nous contenterons donc d'un seul cylindre de frein à vapeur et D- SACRE sacré 1 Gros plan sur le cylindre de frein à vapeur et le mécanisme du frein à main. 3 La chaudière terminée et éprouvée. du frein à vis, ces deux systèmes de commande étant indépendants l'un de l'autre, c'est-à-dire qu'en serrant le frein vapeur, le levier du frein à main se lèvera et coulissera dans la tige de commande, ne gênant donc nullement le fonctionnement du frein vapeur ; et qu'en 3 sacré 650 loto revue 11/78 no 399
serrant le frein à main, le levier du frein vapeur coulissera dans la pièce dégagée du piston (voir photo numéro 1). Le cylindre à vapeur (plan 31) est dn bronze, les plateaux AV et AR en laiton. La pression arrivant par derrière, il n'est donc pas nécessaire d'avoir un presseétoupe qui, bien au contraire, nuirait au mouvement du piston par compression : le piston ne nécessite pas de segments. La tige de piston comporte une glissière oscillante (voir photo) permettant au levier de faire son mouvement sans raideur aucune, un ressort rappelle le levier dans sa position de desserrage. Les paliers de l'arbre de frein sont en bronze ils se glissent dans les chapes des longerons (les leviers de l'arbre de frein étant emmanchés durs et brasés, il ne faut pas oublier de passer les bagues en bronze avant cette opération. Ces bagues sont fixées aux longerons par trois boulons de 1,5 avec les écrous vers l'extérieur comme dans la réalité. Les leviers ainsi que l'arbre sont en acier demi-dur et leur réalisation n'offre pas de difficulté particulière, les sabots de frein sont en bronze, tous ces organes doivent être conformes au plan. Le frein à vis se trouve du côté gauche (côté chauffeur), il est indépendant du frein à vapeur, comme il e déjà été dit. Un robinet à deux voies (plan numéro 34), commandé par le mécanicien, enverra la vapeur au cylindre de frein, ce qui assurera le serrage. Si nous faisons faire un quart de tour à ce robinet, celui-ci mettra le cylindre à l'atmosphère, c'està-dire que la vapeur se trouvant à l'intérieur du cylindre s'échappera en passant par le robinet et le tuyau d'échappement, le piston étant rappelé par le ressort (photo numéro 2). Sur le cliché en marge, on aperçoit le tuyau d'arrivée de vapeur au robinet et à côté de la poignée de commande du robinet on distingue le godet graisseur du cylindre de frein qui se trouve derrière le marchepied. Errata et ratés... (LR NI° 398, pages 558 et 557) L'ensemble est fixé par une vis contre le chevalet de changement de marche qui, lui, est fixé par trois boulons sur la plate-forme appelée plancher du mécanicien. Le long tuyau que l'on aperçoit sur la droite, qui passe sous la plate-forme, est le tuyau du gros sifflet (plan numéro 12), dont le son rappelle la réalité. Montage de la chaudière sur le châssis. Notre chaudière est donc complètement terminée (photo numéro 3) et éprouvée, donc prête à être placée sur le châssis. La chaudière est fixée à l'avant sur le support de boîte à fumée par quatre boulons de 2 mm en laiton, car si nous mettons des boulons en acier, au bout d'une dizaine d'heures de fonctionnement, les écrous qui se trouvent à l'intérieur de la boîte à fumée, seront oxydés et très difficiles à retirer par la suite. A l'arrière, la chaudière est fixée sur les traverses ou entretoises de longerons prévues à cet effet (voir plan numéro 14), par 4 goujons vissés solidement dans le cadre du foyer. Ces entretoises supports auront leurs trous ovalisés de façon à laisser le corps de chaudière s'allonger par la dilatation (environ 1 mm dans notre cas) si nous ne voulons pas voir notre châssis se déformer ou nos goujons sauter ! Sur la machine réelle, la chaudière repose sur des galets portant dans des glissières. (Prochainement, chevalet de changement de marche, purgeurs et commande, cabine.) 2 Les organes de commande du frein. 4 et 5 La chaudière terminée placée sur le châssis. La porte de boite a fumée ouverte laisse apparaître les 10 tubes de 8 x 10, la colonne d'échappement entourée de la couronne du souffleur. La culotte d'admission et les écrous raccords, les tuyaux d'admission de la vapeur aux cylindres ne sont pas encore calorifugés. Une mise en page incertaine et une erreur de la rédaction ont pu faire croire que le reportage décrivant le réseau de Jade Grod était l'oeuvre de quatre personnes... soit Crébillon fils, Michel Bonnafous, Jade Grod et Clive Lamming. Sans vouloir prétendre équivaloir le fameux tampon "Jex" qui, à lui seul, en valait quatre d'après la publicité, notre collaborateur Clive Lamming tient à préciser que Crébillon fils n'était pas là, vu que cet auteur de romans très paillards est mort en 1777, donc peu avant la fondation de Loco-Revue, que Michel Bonnafous n'était pas là non plus, vu qu'il faisait de la photo ailleurs (il a seulement effectué le tirage sur papier des photos, d'où la confusion), que.'acre Grod était bien là pour répondre aux questions mals qu'elle n'a pas écrit le texte dont elle e seulement pris connaissance en ouvrant Loco-Revue comme tous les abonnés, et que, finalement, Clive Lamming e bien fait, tout seul, texte, photos et interview. Mals c'est vrai que si Jade Grod n'avait pas fait son réseau, ni Michel Bonnafous développé les clichés, n1 Crébillon écrit (par anticipation) le titre, eh bien, Il n'y aurait pas eu d'article, surtout si J. E. Fournereau n'avait pas créé Loco-Revue et si le nez de Cléopâtre avait été plus court... r-pg—zror, 4 sacré sacré loto revue 11/78 no 399 651



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 1Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 2-3Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 4-5Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 6-7Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 8-9Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 10-11Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 12-13Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 14-15Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 16-17Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 18-19Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 20-21Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 22-23Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 24-25Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 26-27Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 28-29Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 30-31Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 32-33Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 34-35Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 36-37Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 38-39Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 40-41Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 42-43Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 44-45Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 46-47Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 48-49Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 50-51Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 52-53Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 54-55Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 56-57Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 58-59Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 60-61Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 62-63Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 64-65Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 66-67Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 68-69Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 70-71Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 72-73Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 74-75Loco-Revue numéro 399 novembre 1978 Page 76