Loco-Revue n°391 février 1978
Loco-Revue n°391 février 1978
  • Prix facial : 9 F

  • Parution : n°391 de février 1978

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (205 x 264) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 73 Mo

  • Dans ce numéro : trois mètres carrés de bonheur.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
un module d'alimentation pour réseau de chemins de fer : le "m.a.r.c. "m. dotremont Le MARC qul concrétise diverses solutions développées par P.Chenevez, est le coeur du réseau. "Les chemins de fer du Val es Fleurs" décrit dans LR N°388, description à laquelle on se reportera utilement. 11.1. La conduite sélective est obtenue grâce à l'empilage suivant : STARE = Source traction à régulation électronique. CCB = Commande centralisée binaire. BANS = Bloc automatique au niveau des sources. BATH = Détection transistorisée homogène. IM = Inversion de marche. Quatre alimentations de type STARE peuvent être accrochées simultanément à deux fois deux trains. Le « conducteur » peut agir sur : — Le temps de mise à vitesse normale (1) ; — La vitesse normale ; — Le temps de mise à vitesse ralentie (1) ; — L'allure au ralenti ; — La distance de freinage ; — La marche sur l'erre ; — L'arrêt d'urgence. Il dispose pour chaque STARE : — Du contrôle de la tension de voie ; — Du rappel par voyants rouges-vertsjaunes de l'état de marche du train correspondant. 11.2. Alimentations secondaires de traction Elles sont au nombre de trois. Ces alimentations sont du type à thyristor. La tension sortie transformateur est redressée, non filtrée et contrôlée par l'intermédiaire d'un transistor unijonction qui pilote la gachette du thyristor. On obtient ainsi un fonctionnement en « puissance « qui permet des ralentis spectaculaires, et ceci de façon pratiquement indépendante de la « charge » de la loco. Ces alimentations sont commandées par des potentiomètres à commande linéaire placés côte à côte. Cette disposition permet de vérifier d'un coup d'oeil l'égalité des tensions de voie dans le cas d'un passage d'une section alimentation 1 à une section alimentation 2. Les inverseurs de commande d'IM, placés sous les potentiomètres, sont, pour la même raison, disposés de la même façon. (1) Quoiqu'ayant utilisé, pour ces fonctions, un potentiomètre, je pense qu'une simple résistance réglable suffirait dans la majorité des cas. Les réglages sont peu fréquents. Le contrôle de la tension de voie se fait par un voltmètre unique, à travers un sélecteur. 11.3. TCO et commande des appareils de voie. Le TCO ne fait pas partie intégrante du MARC pour l'unique raison que son « tracé » dépend du réseau et est donc susceptible de changer. Toutefois, tous les organes de commande sont situés dans le MARC. Principe du TCO Le diagramme du réseau étant schématisé, chaque appareil de voie est représenté par un voyant lumineux. — Rouge : pour les appareils de pleine voie. — Jaune : pour les voies d'évitement. — Vert : pour les appareils de voies de manoeuvre. — Bleu : pour les voies de garage. Les appareils de voie étant en position « voie directe », tous les voyants sont éteints. Quand un changement d'itinéraire est commandé (par bouton poussoir), l'appareil de voie dévie. En même temps un relais colle et reste en position « automaintien », allumant à travers un contact travail le voyant du TCO correspondant. Le poussoir de commande « voie directe » coupe l'autoexcitation du relais et le TCO s'éteint. 11.4. Alimentations auxiliaires Les alimentations auxiliaires, au nombre de six, servent à alimenter : — les BATH réseau 1 et 2 ; — les relais de CCB ; — les relais de BANS ; — ! es relais d'inversion de marche ; — les maquettes fonctionnelles ; — l'éclairage ; — la prise de servitudes 12 volts (aspirateur) ; — la commande des divers clignotants ; — les feux, etc. 11.5. Mobilité Il est agréable de pouvoir « contempler » son réseau de différents endroits tout en disposant « sous les doigts « de tous les organes de commande. Pour cette raison le MARC est monté sur roulettes et son cordon ombilical est suffisamment long (constitué par quatre torons de câble de cinq mètres). 11.6. Composants Tous les composants sont donc regroupés à l'intérieur du MARC et, à l'exception (qui confirme la règle) d'une diode antiretour et d'un moteur d'aiguille au pied de chaque appareil de voie, il n'y a que des fils à passer entre le MARC et tout ce qu'il y a sur le réseau. 11.7. Branchement Les quatre torons de câbles arrivent par des prises sur le réseau. A partir de ces prises s'effectue le dispatching des différents conducteurs vers leur utilisation. Il est facile par ce principe d'isoler rapidement le MARC du réseau en cas d'intervention, de le débrancher complètement et de le placer à hauteur d'homme pour y travailler. A la limite, de le connecter à un autre réseau. (C'est ce que j'ai fait pour la mise au point de la conduite sélective, ce qui m'a épargné beaucoup de « ramping «, culbutes, platsventre et autres manipulations.) 11.8. Réserves Partant du principe qu'un réseau n'est jamais terminé, un certain nombre d'emplacements libres, d'interrupteurs, voyants et poussoirs sont réservés. Rien n'est plus gênant (et dangereux) que de percer de nouveaux trous sur le panneau de commande, avec ce que cela apporte de copeaux, peintures rayées, etc. Ayons toujours à l'esprit ce principe : on a toujours besoin d'un interrupteur supplémentaire. 11.9 Technique et fabrication Elle est très simple. Une robuste ossature de bois supporte : sur la ; face avant, les transformateurs sur la face arrière, les circuits de la conduite sélective et de détection de voies ; — sur le dessus, les circuits d'alimentations et de servitudes ; sur le côté, les prises de départ vers le réseau. Toutes les STARES et alimentations secondaires sont câblées sur des barrettes relais. Le tableau de commande est une plaque d'aluminium de trois millimètres d'épaisseur. 96 loco revue 2/78 no 391
êoo ileeëoa 1# "I 4 4 e 044% 0-Q4000QOGGQGO‘,. ; _e_aocaclQ0Q1DOQQ, 4:4‘ ; Les composants sont soudés, bien entendu, et les câbles de liaison (tous de couleur blanche) peignés en torons. Les relais sont alignés suivant leur fonction et « enfichables » (ceci est impératif). Les socles de relais sont, pour un même alignement, câblés de façon identique (c'est très utile pour la mise au point ou le dépannage éventuel...). (Le MARC fonctionne sans défaillance depuis plus d'une année.) Chaque BATH (il y en a 18 1) (2) est le reflet exact des autres. Ils sont également câblés sur de la bande relais. Tous les transformateurs sont protégés par disjoncteurs. Les sorties STARES, outre un disjoncteur thermique, sont protégées par une lampe ballast (12 volts/15 ampères). Les alimentations secondaires sont protégées par un disjoncteur thermique (2,5 ampères). III. Schémas Les schémas électriques n'ont rien de particulier. Ils sont adaptés au réseau, qui est un vrai double voie à neuf cantons. L'unique difficulté étant.., de savoir exactement ce que l'on veut, au départ. Ce genre de système, même si l'on admet que tout est possible, se prête peu facilement à l'extension. (2) Un de secours dotremont.7E,E 11.0. vliES5E rà,E1E...E EliEtSE nonmAlE CPEEr04512,41peurm.ncre Icse,a,suat courtGE CANion,.NDES DIVERSES INTERS er TEMO.S MISES SOUS TENSIONS SECNN, VO.r, Ce. COMMANDES APPAREILS de VOIES 2 dotremont 1 et 2 Le marc, conçu comme un véritable meuble totalement Indépendant vis à vis de la table de roulement et du TCO, possède un pupitre de commande très complet dont la description détaillée est donnée par le schéma ci-dessous. FONCTIONNEMENT A "0, 0 0 0 0 0 0 o o o oo, 04.o oGo °Go oGo -ce.L e') a eo e @fts, o e il ik o 0 0-'0"0"0 0 O, 0, 0 O. 0:t'e' : , 0 `-'0 0 : 0 a 0. i i i i a a 00°9 00 999.5. ? = 00.0009 Cr CI t1C1f e ft/eoeoeoreeooelo\0000 o 000000 0 «, OO, D O *0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 G "...<2s2reeou) 1,E.NMARcrg MAQUE TPUR.VIZ...Rte.. de CMÇ 7,C SOU] TE,E, 4ENE.4U loto revue 2/78 no 391 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 1Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 2-3Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 4-5Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 6-7Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 8-9Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 10-11Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 12-13Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 14-15Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 16-17Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 18-19Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 20-21Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 22-23Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 24-25Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 26-27Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 28-29Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 30-31Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 32-33Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 34-35Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 36-37Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 38-39Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 40-41Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 42-43Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 44-45Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 46-47Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 48-49Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 50-51Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 52-53Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 54-55Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 56-57Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 58-59Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 60-61Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 62-63Loco-Revue numéro 391 février 1978 Page 64