Loco-Revue n°387 octobre 1977
Loco-Revue n°387 octobre 1977
  • Prix facial : 9 F

  • Parution : n°387 de octobre 1977

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (202 x 256) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 46,6 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveauté en modélisme ferroviaire.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
De la vapeur vive en HO... Ce n'est ni une gageure, ni l'exploit d'un amateur téméraire ou peu scrupuleux quant au surdimensionnement de certains organes pour arriver à ses fins. Des modèles à vapeur vive et de surcroît à l'échelle exacte du 1/87 sont en effet commercialisés aujourd'hui ! Il s'agit d'une production artisanale allemande d'une excellente technicité et précision, et le modèle que nous avons eu tout loisir de tester, nous a convaincus quant à la valeur de la formule adoptée par le producteur. La chauffe de la locomotive est électrique, si bien qu'il est possible de contrôler cette dernière par le simple jeu d'un rhéostat, le délai de réponse n'étant à peine plus important que celui obtenu avec une alimentation électronique temporisée simulant l'inertie du train commandé. L'inversion de marche est obtenue comme sur une machine réelle par le relevage manuel des bielles de coulisse. Cependant, sur le prochain modèle à sortir : une 150 série 50 de la DR qui sera proposé aussi en version française (150.Z), le renversement de marche sera contrôlable à distance par simple inversion de la polarité dans ! a voie Le modèle testé : Ce modèle reproduit une locomotive tender lourde type 050 série 94 de la DR pour trains marchandises. Cette série de machines, la plus petite du genre pour des 050, a été construite en 1921 pour lesc.f. wurtembergeois, machines numérotées Tn 1001 à 1030. Les chemins de fer allemands DR ont ensuite renuméroté la série 94101 à 94130, et la dernière machine en service a basculé ses feux vers 1960-61. En raison de son caractère, de ses petites roues et de sa grosse chaudière, cette locomotive trapue se prête particulièrement bien h la réalisation d'un modè'eà vapeur vive fonctionnel. Ce qui nous a le plus frappés ceoendant, lors de l'établissement du tableau habituel des dimensions comparées de notre test, c'est que non seulement le constructeur a bien respecté les cotes réelles Oneraies, mais qu'il a suivi également au dixième près le diamètre des pistons et leur course !... Ceci confirme le choix judicieux du prototypeei donne un joli démenti aux conclusions du fameux modéliste-vaporiste Antony qui, er, 1940, ne jurait que par des mécanismes auxiliaires à cylindres oscillants et démultiplicaton par engrenage pour des machines Ln et même au 1 22,5 ! Le fabricant de la 050 présentée est un jeune ingénieur allemand, Harold frais émoulu d'une école supérieure de technologie. Son premier modèle de machine à vapeur vive en HO a été commercialisé début 518 de la vapeur vive en HO La 050. T série 94 MaLER 1976. Il s'agit donc d'une production muta nouvelle qui, nous en sommes assurés, s'ai firmera très rapidement si l'on en juge par les perfectionnements apportés déjà aux modèies de la prochaine série. Les machines Môller sont livrées en ordre de marche, accompagnées d'une notice très détaillée, mais non peintes et sans habillage accessoire tel que mains courantes, conduite de freins, marchepieds, pompe à air,e.tc Un set de superdétaillage est livrable en option pour l'amateur désireux de compietcson modèle et qui, outre les détails évoqués, comprend également des tampons à resison, lanternes, décalques, etc. La construction du modèle est réalisée entièrement en laiton poli, brasé ou soudé à l'etain selon les cas, et acier pour les axes. Les nièces de superstructure, dôme, chenilrée, porte de boîte à fumée, sifflet, plateaux de cylindres, etc., sont décolletées et le châssis est massif,en laiton fraisé. Les roues sont en bronze fin décolleté et la distribui:vm est en laiton découpé. (Les bielles étant Feintes sur les machines allemandes.) Pour la version française de la 150.Z à sortir prochainement, il nous a été assuré que la distriouilon serait en maillechort. Au 1/87, la chauffe d'un modèle à vapeur vive pose un problème délicat. M. Môller a donc réglé cette question de façon pratique 1. Un modèle parfaitement à l'échelle du 1/87 et qui pourtant fonctionne à la vapeur vive. Le relevage fonctionnel assure réellement l'inversion du sens de marche. 2. Dans la boite à fumée, on découvre en bas l'extrémité de la résistance blindée de chauffe électrique et son fil de raccordement. A gauche, le raccord en plastique du tube d'admission aux cylindres. Ir loto revue 10/77 no 387 Ir
en adoptant un chauffage électrique par une résistance plongeante de 60 watts alimentée en 24 ou 48 V maxi, selon option. La prise de contact peut être, selon option également, assurée soit par rail central (plots), soit par les deux files de rail. La résistance est noyée dans un fourreau en laiton qui se visse dans la plaque avant de la chaudière, dans la boite à fumée. En cas de nécessité, cette résistance est facilement interchangeable. La prise de vapeur est effectuée rationnellement par le point haut du dôme qui sert de bouchon de remplissage. En raison de ta petitesse des orifices, et aussi du volume précis de l'eau à fournir pour la petite chaudière, l'alimentation doit être effectuée à l'aide d'une seringue hypodermique de récupération de 10 cm'. Le graissage est effectué pour sa part en introduisant directement quelques gouttes d'huile dans le tube d'admission débouchant dans le dôme, avant la mise en chauffe. Les cylindres sont monobloc L'indémontables. Seul le plateau avant des tiroirs, emmanché à force, peut être ôté pour le réglage éventuel de la distribution. Le relevage des coulisses pour le changement de marche s'effectue manuellement bur la 050, en tirant sur le sifflet. Les pistons sont constitués de disques de téflon pris en sandwich entre deux flasques d'acier. L'étanchéité en tout point est très bonne et le rendement de cette machine est excellent. Il n'y a pas de soupape de sûreté, mais un manchon de néoprène assure le raccordement entre le tube de prise de vapeur et le bloc cylindre et en cas de suppression la vapsur s'échapperait par ce joint. Par ailleurs, il n'y a aucune valve ou autre complication. Il suffit simplement pour la conduite de jouer sur le rhéostat de contrôle de chauffe et la machine obéit avec une docilité étonnante. A froid, il faut à peinte cinq minutes de chauffe avant le départ haut le pied, à chaud, après ravitaillement en eau et huile, deux minutes au plus suffisent. Voici les résultats de quelques essais elle' ; - tués sur un ovale de voie K Mârklin au rayon de 424,6 mm et comportant 2 X 4 elements droits, soit un développement de 4,108m. Essais en palier : — Machine haut le pied : 6 secondes par tour sous 23,6 V/2 A ; — Avec 6 wagons Jouef à deux essieux 18 secondes par tour sous 18,5 V/1,8 A ; — Avec G wagons Jouef à deux essieux 10 secondes par tour sous 22 V/2,1 A. Essais sur circuit comportant une rampe : (Un alignement droit de l'ovale en rampe de 2,5%, descente en courbe.) — Machine haut le pied : 7,5 secondes patour sous 24 V/2,5 A ; — Avec 6 wagons Jouef à deux essieux : 11 seconces par tour sous 24 V/2,5 A. Avec 12 wagons Jouef à deux essieux, ! a machine peut encore grimper sans peine tee rampe de 3 0/0. A froid, le délai de chauffe avant départ est de 4 minutes 30 (avec 6 wagons). Après 8 minutes de marche, avec arrêt et deux tours en marche arrière, le plein a été refait avec 9 cm" d'eau. Un délai de 1 minute 30 a suffi, ensuite, lorsque la machine fut à nouveau prête pour sa mise en pression suffisante pour le départ. 3 Selon la notice, le temps de parcours maximum conseillé entre deux ravitaillements est de 6 minutes. Comme il n'y a pas de niveau d'eau, il est prudent de ne pas dépasser ce délai et de se munir d'une minuterie à sonnerie pour prévenir tout excès. L'allure maximale enregistrée haut le pied en palier correspond à une allure réelle de 214 km/h, ce qui, bien que représentant une performance inhabituelle pour une locomotive de ce type, ne dénote pas un emballement ecessif. 4 3. Le plein à l'aide d'une seringue hypodermique et d'eau distillée. Devant la machine le bouchon du dôme, une résistance de chauffe de rechange et un tube pour essais à l'air comprimé. 4. Les organes particuliers de la 050 Moller : 1. tube d'échappement, 2. résistance de chauffe vissée dans la plaque avant de chaudière. 3. Raccord plastique du tube d'admission, 4. Plateau avant des tiroirs, démontable pour le réglage éventuel de la distribution ; les tiroirs sont des pièces décolletées de précision en maillechort. Les pistons sont constitués d'un corps principal pris en sandwich entre deux joints en Teflon en forme de calotte (type pompe à vélo) sérrés par deux fe flasques a de laiton ; l'étanchéité est parfaite. 5. Bouchon vissé du dôme de prise de vapeur et remplissage, 6. Tube de prise de vapeur, 7. Faux sifflet commandant le relevage. loto revue 10/77 no 3&7 519



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 1Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 2-3Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 4-5Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 6-7Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 8-9Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 10-11Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 12-13Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 14-15Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 16-17Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 18-19Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 20-21Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 22-23Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 24-25Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 26-27Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 28-29Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 30-31Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 32-33Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 34-35Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 36-37Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 38-39Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 40-41Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 42-43Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 44-45Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 46-47Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 48-49Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 50-51Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 52-53Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 54-55Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 56-57Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 58-59Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 60-61Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 62-63Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 64-65Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 66-67Loco-Revue numéro 387 octobre 1977 Page 68