Loco-Revue n°385 jui/aoû 1977
Loco-Revue n°385 jui/aoû 1977
  • Prix facial : 10 F

  • Parution : n°385 de jui/aoû 1977

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (202 x 256) mm

  • Nombre de pages : 70

  • Taille du fichier PDF : 47 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveauté en modélisme ferroviaire.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
nouvelles brèves... NICE-CONI : DÉBUT DU GROS-OEUVRE SUR LA SECTION FRANÇAISE Les lecteurs de » Loco-Revue connaissent déjà cette extraordinaire ligne de chemin de fer qui relie la Côte d'Azur et la Riviera au Piémont et à la Suisse. Détruite durant la seconde guerre mondiale, elle n'a été reconstruite que sur deux tronçons, Nice-Breil en France et Coni-Limone-Vievola en Italie. Pour de multiples raisons économiques et politiques, ce n'est que le 24 juin 1970 qu'une convention franco-italienne décida enfin la reconstruction de la partie Vievoja- Tende-Breil-Vintimille. Si les travaux ont rapidement démarré sur la section italienne, où la pose de la voie pourrait débuter prochainement, ce ne fut qu'en 1976 qn'une première activité vit le jour sur le territoire français. Fin 1976 les ruines restantes du viaduc de La Chapelle furent détruites et l'on engagea dès lors la construction des fondations du nouvel ouvrage. Peu de temps après, : e célèbre viaduc de Scarassouï subit le même sort. Actuellement l'on remarque des chantiers tout au long de la ligne. La reconstruction, suivant les techniques modernes du béton précontraint, des viaducs de La Chapelle à Vievola et du « Scarassouï à Fontan, et des ponts de « Saorge et de « La Maglia est désormais engagée. Il en est de même pour la réfection des tunnels qui se déroule activement. Si le programme se déroule norma ement, le gros-oeuvre pourra être terminé pour le printemps 1978. Il restera alors à poser la voie, à restaurer les bâtiments de service et à mettre en place la signalisation semi-automatique des F.S. Nice-Coni : les travaux de tconstruction sur la soction italienne ont démarré. Ici le pont Colombo. 406 braun La ligne du « Col de Tende aura donc un caractère bien particulier. En effet de Coni à Vintimille et à Nice l'on trouvera des ouvrages réalisés suivant les techniques et les styles de 1885, 1920, 1945, 1962 et 1977, allant de la pierre au précontraint. Les périodes intermédiaires sont celles, en particulier, de Paul Séjourné, ingénieur puis directeur du PLM, de l'après-guerre... Espérons donc, à la vue de l'importante activité qui règne ces temps-ci dans la vallée de la Roya, que nous pourrons bientôt parcourir par le rail cette célèbre ligne de chemin de fer internationae. POUR PHOTOGRAPHIER LES CHEMINS DE FER... M. BRAUN. Extrait de » Hamburger Blâtter, Pour les amateurs photographes, voici un rappel de quelques données concernant l'autorisation de photographier dans les domaines des différentes administrations de chemin de fer. A ((BB), B (SNCB), CH (SBB), D (DB), DK (DSB), F (SNCF), NL (NS), L (CFL) : photographie autorisée depuis tous les endroits accessibles au public, ailleurs autorisation spéciale et/ou autorisation d'accès exigée (SNCB : pas d'autorisation permanente, SNCF ne donne que rarement des autorisations spéciales). RDA (DR) : autorisation nécessaire en règle générale ; lors de voyages « hobby organisés, interprétation généreuse ; des voyageurs individuels peuvent en principe photographier depuis les endroits accessibles au public, mais étant donné qu'il existe des exceptions à- cette règle (notamment dans les régions frontalières), il est recommandé de demander au préalable l'autorisation du chef de gare ; les journalistes étrangers doivent de toute façon demander à l'avance une autorisation à panorama. CS (CSD) : comme RDA. H (MAV) : interdit sur voie normale et étroite, autorisé uniquement surc.f. forestiers. E (RENFE) : officiellement non autorisé (autorisation uniquement auprès de la direction générale à Madrid). I (FS) : interdit à proximité des frontières, ailleurs règlement imprécis, donc dangereux de photographier. (Des amis desc.f. ont été arrêtés déjà plusieurs jours.) P (PKP) : autorisation obligatoire. SU (SZP) : interdit de photographier des gares, noeuds ferroviaires, installations d'une certaine importance, ponts, tunnels. centrales d'énergie, installations industrielles, etc. Autorisations difficiles à obtenir. YU (.1Z) : interdit ! (Attention, des amis desc.f. ont déjà été en prison pour plusieurs semaines !) AOSTE : VAPEUR SUR FOND DE NEIGE Onze locomotives à vapeur de séries différentes exposées et parmi elles dix chaudes, cinq trains spéciaux mettant en oeuvre huit locomotives, une exposition de modélisme et documents ferroviaires, en cette année 1977 il devient exceptionnel de pouvoir assister à un tel festival ! Cette manifestation se déroulait pourtant non loin de chez nous en Italie, à Aoste, donc tout près de la frontière, les 23, 24 et 25 avril derniers. Cette extraordinaire réunion de locomotives marque en quelque sorte la fin de la vapeur en Italie, les prestations de ces engins étant maintenant assez limitées bien que nombre de dépôts en abritent encore quelques exemplaires, à titre de réserve le plus souvent. C'est à l'initiative du G.A.T.T., groupe des amis des chemins de fer de Turin, que fut organisé ce grand rassemblement avec le concours actif des chemins de fer italiens, de la ville d'Aoste et du Génie ferroviaire responsable de l'exploitation de la ligne Val d'Aoste entre Chivasso et Pré-Saint-Didier. Dès le vendredi 22, la plupart des locomotives étaient déjà arrivées par leurs propres moyens, exception faite pour une des vedettes : la 422 009, de type 040 ex-G 8 prussienne (soeur des anciennes 040 D de la région Nord S.N.C.F.) appartenant à Italgas à Savone où elle était encore en service il y a peu de temps. Le samedi 23, le premier train reliait Chivasso à Aoste avec en tête la superbe 685 196 (de type 131 Prairie) construite par Breda et faisant partie d'une série de 235 locomotives de vitesse particulièrement réussies avec leurs motrices de 1.85 m de diamètre et leur abri en coupe-vent. A Verres, une quarantaine de kilomètres avant Aoste, les rampes devenant plus dures, une seconde locomotive fut mise en pousse ; il s'agissait de la 640 003 (de type 130 loto revue 7-8/77 no 385
1. Train historique en gare d'Aoste, Poco 20005 Couillet (1886). 2. Locos 741 120, 743 283 et 625 116 en gare d'Aoste. « Mogul ») appartenant à une série bien connue dans le Piémont où les agents de conduite les surnommaient « Les Demoiselles en raison de leur allure élégante. L'arrivée de ce premier train à Aoste fut bien entendu triomphale avec réception musicale et la meute des photographes indispensables dans ce genre de manifestations. L'après-midi de ce même samedi, un second train effectuait la liaison Aoste-Nus et retour, tracté par un de ces monstres antédiluviens que sont les locomotives Franco-Crosti de la série 743 (de : ype 140 « Consolidation ») : la caractéristique la plus spectaculaire des locomotives de cette série est, sans conteste, l'absence de cheminée à l'avant, la fumée s'échappant, après passage dans deux réchauffeurs, par deux petites cheminées situées juste après la cabine. Notons que le type 741, également exposé à Aoste, ne comporte lui, qu'un seul réchauffeur situé sous la chaudière et que la cheminée unique se trouve du côté droit ; lorsque l'on regarde la locomotive du côté gauche elle apparaît encore plus insolite que la 743 ! Le dimanche 24, le troisième train constituait le sommet de ce festival : en effet le parcours prévoyait Aoste-Pré-Saint-Didier, terminus de la ligne presque au pied du Mont-Blanc. La ligne présentant des rampes de 4% qui la font s'élever de plus de 400 mètres en trente kilomètres, le train était allégé et deux locomotives s'imposaient : en tête la 640 006 déjà nommée et en queue la 625 116 (de type 130 « Mogul ») cousine de la précédente mais à roues plus petites. Grâce à une disposition judicieuse, machine de pousse attelée par son tender, les photographes avaient l'impression d'avoir toujours une machine en tête du train quelle que soit le sens de prise de vues ; fort heureusement les deux locomotives n'ont pas choisi chacune la marche avant, emportant en sens inverse deux moitiés de train ! Cette ligne Aoste-Pré-Saint-Didier, souvent en accotement de route et ponctuée par une succession de tunnels et viaducs, tout ceci au milieu des montagnes enneigées, constituait un décor extraordinaire pour ce train spécial qui était tout aussi extraordinaire. L'après-midi au retour à Aoste, surprise : le train historique des F.N.M. (Ferrovie Nord Milano), manoeuvrait en gare ; en tête la 200 005 (de type 020 T) construite en Belgique par Couillet en 1886. Derrière, trois voitures superbement restaurées dont celle de première classe particulièrement luxueuse ; dans ce train, une foule piaillante d'enfants et... d'adultes, ravis de ces tours de manège un peu particuliers ! Le lundi 25, dans la matinée, le quatrième train effectuait un allerretour Aoste-Nus, tracté par la 940 006 (de type 141 T). Enfin l'aprèsmidi c'était le grand départ de tous les amateurs par le cinquième train qui regagnait Chivasso en double traction avec la 640 003 et la 695 196. Restait encore en exposition statique la 880 045 (de type 130 T), machine de ligne à grandes roues, la 835 271 (de type 030 T) machine de manoeuvres et la 740 282 (de type 140) pour trains de marchandises et toutes celles dont il a déjà été question dans cet article. Dans la nuit et le mardi matin, ces locomotives par petits groupes regagnèrent leurs dépôts d'affectation pour y être éteintes en attendant, pour certaines d'entre elles, l'ultime outrage du chalumeau des ferrailleurs. Il n'en reste pas moins que la vapeur, en ce printemps 1977, a vécu en Italie dans ce magnifique Val d'Aoste, des jours particulièpied cet extraordinaire programme, véritable chant du cygne de la vapeur pour les F.S. et regrettons qu'en France les circonstances rement glorieux. Rendons grâces à tous ceux qui ont su mettre sur et la dispersion du matériel n'aient pas permis d'organiser un aussi spectaculaire festival en hommage à cette technique qui a fait le renom de notre réseau ferré pendant plus d'un siècle ! J. LEFEVRE loto revue 7-8/77 no 385 lefévre 2 lefevre 3. Locos Franco-Crosti 743 283, 741 120 au dépôt d'Aoste. 4. Train Aoste-Chivasso en gare de Nus 4 lefèvre



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 1Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 2-3Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 4-5Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 6-7Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 8-9Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 10-11Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 12-13Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 14-15Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 16-17Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 18-19Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 20-21Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 22-23Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 24-25Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 26-27Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 28-29Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 30-31Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 32-33Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 34-35Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 36-37Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 38-39Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 40-41Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 42-43Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 44-45Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 46-47Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 48-49Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 50-51Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 52-53Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 54-55Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 56-57Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 58-59Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 60-61Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 62-63Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 64-65Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 66-67Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 68-69Loco-Revue numéro 385 jui/aoû 1977 Page 70