Loco-Revue n°382 avril 1977
Loco-Revue n°382 avril 1977
  • Prix facial : 8 F

  • Parution : n°382 de avril 1977

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (202 x 256) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 40,6 Mo

  • Dans ce numéro : le modèle réduit.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
25t. En voie normale, en 1916, la Triplex de l'Erie, une 140 + 040 + 041 (le tender ici était aussi moteur), a remorqué 250 wagons pesant 16 300 t à 22 km/h, sur une ligne où les rampes allaient jusqu'à 9 l'effort au crochet atteignit 59t, soit 4 800 ch. Les Big Boy, livrés à partir de 1941, type 240 + 042, 61 t au crochet, avaient une puissance de 6 300 ch à 68 km/h. Ces machines brûlaient du charbon maigre, elles auraient dû faire mieux avec un combustible de choix. En 1943 les Challenger 230 + 032 du Rio Grande remorquaient des trains de 2600 t sur un parcours de 290 km comportant sur 48 km des rampes de 20%. Malgré trois arrêts, la vitesse atteignait 60 km/h. Ce furent probablement les plus puissantes machines du monde avec 8 000 ch à 80 km/h. Ces deux derniers types de machines étant à simple expansion, il eût été facile de faire mieux encore en ajoutant des cylindres BP. KLIEN LINDNER L'idée d'utiliser des essieux convergents pour faciliter l'inscription en courbe des locomotives remonte aux années 1850, mais cette solution confirmée par le système Klose ne prit sa pleine valeur qu'avec la transmission par essieu creux innovée en 1880 par Heywood. De cette idée découle le type Klien-Lindner du nom de ses inventeurs et constructeurs, deux Allemands qui élaborèrent en 1880 la première locomotive de ce type, une 040 avec déplacement radial et latéral des essieux couplés extrêmes. L'entraînement de ces derniers essieux qui s3nt creux est effectué par un faux essieu accouplé par bielles. L'essieu creux oscille autour d'une rotule fixée au centre du faux essieu (et dont la cage peut coulisser dans l'essieu creux) et est entraîné par une forte clavette traversant la rotule et coulissant dans des glissières ménagées en son centre. Le système Locomotive compound à quatre cylindres, système Du Bousquet 031-130 TA, série 6001 à 6038, de la Grande Ceinture. Dans notre prochain numéro, les systèmes : — Garratt — Garratt-Mallet — Fairlie modifié — Union-Garratt — Golwe Shay Climax Heisler est intéressant et il est curieux, constateL. Wiener, auteur d'un des ouvrages les plus autorisés en la matière, « Articulated locomotives », que cette solution très exploitée en Allemagne et en Autriche n'ait pas concurrencé ailleurs les autres systèmes adoptés pour faciliter l'utilisation en courbes serrées de machines toujours plus puissantes. Plus de 300 locomotives système Klien Lindner furent construites avant la guerre 1914-18 par Orenstein & Koppel, pour voie étroite principalement, mais également pour voie normale. Les cylindres étaient situés de façon classique en général, mais il y eut des machines compound réalisées avec des blocs cylindres HP + BP associés et placés au centre de la machine, telles deux prototypes 030 + 030 construits en 1916 pour les chemins de fer de la Saxe (voie normale). PECHOT BOURDON Le 3-6-1887 le capitaine d'artillerie Pechot prit un brevet pour le perfectionnement des machines à deux bogies moteurs du type Fairlie, visant en particulier la position centrale du dôme de prise de vapeur qui assure ainsi une prise de vapeur à niveau constant audessus de l'eau. L'utilisation des Pechot a été intensive pendant la guerre de 1914-18. Un lot important a été construit par Baldwin en 1916-17, toutes de type 020 + 020. Elles ont peu fonctionné en 1939-40. Ces machines équipaient les voies stratégiques de 0,60 des forts de Toul Belfort et Verdun. MEYER GUNTHER Günther, ingénieur de la Wiener Neustadt qui s'était illustrée lors du concours du Semmering, travailla avec Meyer à l'amélioration de la série dite Meyer- Günther. Entre 1892 et 1916 il fut construit 95 machines pour la Saxe. Toutes ces machines étaient compound type 020 + 020, voie de 760 mm. Une deuxième série sortit en 1921. MEYER KITSON En Angleterre, Kitson en 1894 s'occupa de modifier le type Meyer afin d'en augmenter la puissance. Au Chili, pour les mines de nitrate, comportant de longues rampes de 25% et des rayons de 55m, Kitson proposa une loco tender 030 + 030 dont le foyer était suspendu entre deux bogies moteurs qu'on avait écartés davantage. Les cylindres du truck arrière furent reportés à l'arrière de celui-ci et une deuxième cheminée fut montée sur ce truck. Dans les séries suivantes, construites pour d'autres réseaux, les cylindres furent placés aux extrémités des trucks. Des Meyer Kitson furent construites jusqu'en 1908, il en exista de tous les types, 130 + 031, 140 + 030, 140 + 040, pour des voies de 760 à 1 672 mm. Une série 140 + 040 pour l'Espagne, construite en 1908, a fini sa carrière en 1953. DU BOUSQUET Du Bousquet, ingénieur à la Compagnie du Nord en 1905, fit construire pour remorquer les trains de charbon en rampe de 13 des machines inspirées de la Wiener Neustadt et des Meyer Kitson auxquelles il appliqua le système compound. Pour ces machines de type 031 + 130 les cylindres furent replacés au centre afin de limiter la longueur des circuits vapeur. Les Du Bousquet mon trent en outre divers détails de construction particuliers, notamment l'admission de la vapeur par l'axe des pivots de bogies. Pour le Nord, il fut construit 48 machines sur ce type, série 6121 à 6168. L'Est reçut 13 machines 6101 à à 6113 et la Grande Ceinture 38,ns 6001 à 6038. (Voir notamment la fiche documentaire Loco-Revue ric 364). Ces constructions s'échelonnent de 1905 à 1912, on y trouve entre autres une série pour le Pékin Hankow (Chine) en 1906 et 10 machines pour l'Andalousie en 1911. (à suivre) 206 Ir-o revue 4/77 no 382 Ir
coup d'oeil chez les modélistes En O, la (TI 230.13-543 et son tender 20.A-601 de J.-M. Florin C'est une superbe 230.B-Est et son tender 20.A en O, oeuvres d'un talentueux modéliste belfortain : M. J.-M. Florin, qui inaugureront la reprise, très vivement sollicitée par nos lecteurs, de notre rubrique « Coup d'oeil chez les modélistes ». Le choix de M. Florin s'est porté sur une machine ayant circulé dans sa région puisque les très robustes 230.B étaient des locomotives typiquement Est et A.-L., particulièrement répandues sur ces deux réseaux. La construction est tout laiton et l'assemblage des différentes pièces du modèle a été effectué à l'aide de boulons de 1 mm de diamètre et par soudure. Le moteur, un T 55 JFJ, et sa démultiplication sont logés dans le tender, l'entraînement s'effectuant par l'intermédiaire d'un arbre à cardans à coulissement longitudinal jusqu'à une vis sans fin située sur la machine et calée sur l'essieu BP. Quelques pièces du commerce ont été utilisées pour la construction de ce modèle : roues (KM 108), moteur (JF,1), pignons et roues dentées (Polycynétique). Tous les autres éléments constitutifs, y compris les tampons et les cardans, sont de construction « maison » I L'ensemble a été finement peint avec de la peinture Floquil que le réalisateur semble préférer à toute autre. Une autre machine a déjà été mise en chantier par M. Florin à qui nous souhaitons une réalisation aussi heureuse. On jugera, sur les clichés ci-dessous, de l'excellent aspect d'ensemble du modèle et de la profusion de détails confirmant le réalisme de la machine et de son tender. aumenier Ioco revue 4/77 no 382 207



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :