Loco-Revue n°378 décembre 1976
Loco-Revue n°378 décembre 1976
  • Prix facial : 9,50 F

  • Parution : n°378 de décembre 1976

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (202 x 256) mm

  • Nombre de pages : 74

  • Taille du fichier PDF : 50,7 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Noël.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Rames automotrices à turbine à gaz turbotrain » La reproduction à l'échelle exacte du 1/87 des fameuses rames à turbine à gaz RTG, de la famille des modernes turbotrains SNCF, constituait la pièce maîtresse des nouveautés Jouef présentées lors des salons du jouet en début d'année. Impatiemment attendues de tous, les premières unités de cette jolie rame viennent d'être commercialisées ce début de mois et, en conséquence de l'impact de l'exposition SNCF de la Bastille où la RTG Jouef était présente, certains détaillants parisiens ont été aussitôt pris d'assaut ! Il faut reconnaître aussi que les pauvres amateurs français ne sont guère favorisés sur le plan des nouveautés de type spécifiquement SNCF et qu'ainsi la RTG Jouef, par son caractère, ses dimensions exactes, sa fine gravure et son détaillage correct constitue un ensemble naturellement séduisant. Les RTG SNCF Issues des expériences effectuées avec les éléments à turbine à gaz ETG construits sur le prototype XAS 2061 présenté par la fiche documentaire Loco-Revue 225/26, les RTG s'en distinguent par le fait qu'elles comportent deux motrices à turbine, la solution mixte turbine plus diesel étant ici abandonnée. Les RTG créées pour la desserte rapide des grandes lignes transversales comportent au maximum cinq éléments selon la composition suivante : une motrice TBDu 2000, une remorque TRAu 22000 de 1r" classe, une remorque TRBru 52000 de 2'classe grill-bar, une remorque TRBu 32000 de 2'classe et une motrice TBDu le turbotrain rame automotrice à turbine à gaz RTG en cinq éléments dissociables test : 2000 semblable à la première. Ces rames sont décomposables selon les besoins du service et comportent donc des organes de choc et traction unitiés ainsi que des soufflets d'intercommunication à bourrelets. Grâce à une excellente climatisation et insonorisation, les RTG offrent un confort remarquable. Ces turbotrains circulent sur Lyon - Strasbourg, Lyon - Nantes, Lyon - Bordeaux, Bordeaux - Toulouse, etc. Limités à 160 km/h, ils sont aptes à 200 km/h. La longueur totale de la rame est de 129 met sa masse totale à vide de 225t. Chaque motrice est équipée d'un turbomoteur Turbomeca type Turmo III F1 (identique à ceux des ETG) qui développe une puissance de 850 kW (1 155 ch). Il entraîne une boîte de vitesse Voith. Un turbomoteur Turbomeca Astazou IV A de 320 kW (435 ch) assure le fonctionnement des auxiliaires. La vitesse en palier est de 192 km/h. Les 150 km/h sont maintenus en rampe de 6 mm/m et 100 km/h en rampe de 16 mm/m. Une rame de quatre éléments peut maintenir une vitesse de 100 km/h en rampe de 20%o. Nous invitons les amateurs qui souhaiteraient plus de détails à se reporter à la fiche documentaire Loco-Revue n°555/556 ainsi qu'à la réédition de l'excellent ouvrage de J. Defrance Le matériel moteur SNCF. Le modèle Jouef Comme nous l'avons laissé entendre, la reproduction Jouef des RTG constitue un ensemble flatteur à l'oeil par sa gravure fine et précise, sa décoration bien traitée et ses dimensions générales correctes. Seules les jupes des bas de caisse ont été légèrement remontées (— 1,5 mm) afin de permettre le libre débattement des bogies pour une inscription aisée en courbe de faible rayon (385 mm de rayon au minimum). Cette restriction choque moins à nos yeux que l'intervalle important existant entre les éléments accouplés qui enlève au réalisme de l'ensemble. Cela est d'autant plus dommage qu'un système d'attelage court (voir artic'edans LR ri° 376) aurait pu être adapté sans travail complémentaire et semble même avoir été envisagé ! Il existe bien sûr des impératifs de production auxquels les techniciens Jouef doivent se plier, mais nous sommes sûrs en tout cas que la modification des glissières de timon d'attelage, dont il suffit d'inverser le dessin pour obtenir l'élongation automatique de l'attelage en courbe, sera une des premières transformations effectuées par les amateurs épris de réalisme ! * La gravure des fronts des motrices, des radiateurs, déflecteurs et casquettes de toiture ainsi que des ouïes latérales d'aération, toutes pièces rapportées, est parfaitement réussie et aucun détail caractéristique de la caisse ou du dessous de châssis n'a été omis. Il faut noter que la documentation de notre ami P.Pichon, qui a servi entre autres de base de travail, est sur ce plan toujours très précise et à jour. La remorque office restauration TRBu pourra attirer des remarques quant au nombre de ses ouvertures, mais il faut préciser que ce type de remorque montre en réalité quelques * Nous reviendrons sur cette transformation dans un prochain numéro. 610 loto revue 12/76 no 378 Ir
1. Le front de la motrice TBDu 2038 à Lyon-Venissieux. 2. Les cinq éléments de la rame RTG Jouef. variations d'une série de véhicules à l'autre. L'ensemble Jouef reproduit la rame de la seconde génération. La construction générale tout plastique est traitée à la façon des voitures voyageurs classiques de type récent : châssis formant boîtier avec le vitrage et emboîté donc simplement dans la caisse, les cadres de fenêtres en relief assurant le verrouillage de l'ensemble qui est ainsi parfaitement rigide. Un seul des éléments TBD est moteur, équipé d'un moteur classique Jouef. Celui-ci, fixé sur le plancher, attaque le bogie arrière de la motrice par un arbre de transmission à joints à rotules. Le bogie moteur reçoit le mouvement par un axe transversal portant deux vis sans fin qui attaquent directement leurs contre-pignons calés sur les essieux. Toutes les roues sont munies de bandages d'adhérence et la prise de courant est assurée par les roues du bogie porteur. Lorsque l'on met la voie sous tension, la belle rame Jouef perd malheureusement quelque peu de son prestige ! L'engin est, contrairement au prototype, particulièrement bruyant et l'allure au ralenti peu esthétique en raison de vibrations intempestives de l'ensemble qui avance de façon saccadée. Nous avons donc aussitôt soulevé le moteur pour le replacer sur un coussin de mousse plastique, ce qui a sensiblement diminué le bruit. (Prendre soin d'intercaler également de la mousse plastique sous la bride de maintien du moteur afin d'interdire tout contact direct de ce dernier avec la caisse.) Quant aux vibrations et à l'avance saccadée, ces défauts proviennent du jeu important laissé à l'arbre de transmission du bogie, porteur des vis sans fin, qui, en battant dans le sens longitudinal, imprime un mouvement saccadé à l'ensemble. Le palliatif est heureusement assez simple : deux rondelles, constituées de fil de 6/10 enroulé autour de l'axe de transmission, font office de butée entre les vis sans fin et le carter du bogie. Le démontage complet du bogie est nécessaire pour placer ces « rondelles et un réglage minutieux de la position des vis sur l'axe — effectué entre les mâchoires d'un étau — devra être réalisé pour obtenir une rotation libre et sans jeu de l'axe. Après remontage de l'ensemble, sans omettre un peu de graisse consistante dans les joints à rotules, on sera surpris du bénéfice apporté par cette mise au point relativement simple. loto revue 12/76 no 378 j.p. demoy 2 iotief » ireirlerripe atiaminagammamitamilitain* 0 ! ` : 11. iim a sai n, 1,1 1 rimpurerimeemipir Irswar ^ a fi mg - Jal JM- JR.- SIL- am ou am mal am ma mr, 1.1 I mmffluimigam mt t" MIR Ill ru allin alle 11 merlu WWW/iireeifflowilleire » ws" Nterirarregra-tro-drerle 11411 Ie. eue dhfli aellibellffl=mœr edI/hi =ereedreal kideérel 611



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 1Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 2-3Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 4-5Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 6-7Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 8-9Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 10-11Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 12-13Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 14-15Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 16-17Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 18-19Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 20-21Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 22-23Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 24-25Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 26-27Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 28-29Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 30-31Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 32-33Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 34-35Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 36-37Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 38-39Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 40-41Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 42-43Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 44-45Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 46-47Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 48-49Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 50-51Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 52-53Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 54-55Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 56-57Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 58-59Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 60-61Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 62-63Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 64-65Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 66-67Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 68-69Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 70-71Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 72-73Loco-Revue numéro 378 décembre 1976 Page 74