Loco-Revue n°303 février 1970
Loco-Revue n°303 février 1970
  • Prix facial : 4,50 F

  • Parution : n°303 de février 1970

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (196 x 256) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 35,4 Mo

  • Dans ce numéro : le Haut-Valais en 80 mètres de voie Marklin.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Le courrier du O Les transmissions de mouvement sur les locomotives électriques par Ch. HAMANN Leur application à l'échelle du 1,'43 (voir numéros 300 et 301) Arbre creux et anneau dansant Avec l'arbre creux et les biellettes d'Alsthom, nous abordons, comme nous l'avons vu, un des principaux systèmes de transmission moderne pour locomotive de vitesse. Comme nous sommes au chapitre des applications et des reproductions au 1/43, posons tout de suite la question  : ce dispositif estil réalisable à notre échelle ? L'ensemble paraît assez rébarbatif et compliqué à première vue, mais, au fond, est fort simple et l'on peut répondre par l'affirmative. L'ayant réalisé, je peux donc, en toute connaissance de cause, donner davantage de précisions que pour les trois cas précédents, aussi bien en ce qui concerne les détails de la construction que pour les résultats obtenus. C'est la construction d'une CC 14 100 — bogies à 3 essieux donc — qui m'a mis en difficulté au moment de la conception du bogie moteur. Celui-ci devait avoir un entraînement des 3 essieux, de manière à obtenir une force de traction acceptable. Or, toute cette mécanique ne sert à rien, si les 6 roues du bogies ne portent pas régulièrement et constamment sur le rail. Pour arriver à ce résultat, il n'existe qu'une solution  : la mobilité des essieux subissant une pression de haut en bas pour obtenir l'adhérence voulue. Mais comment disposer, sur un châssis, d'essieux mobiles alors que le moteur solidaire de ce châssis doit les entraîner par engrenages ? C'est la question que nous avons soulevée en début de cette série d'articles, en parlant des locomotives réelles. Elle Le bogie moteur de la CC 14100 réalisée par l'auteur. Cliché Loco-Revue réapparaît en modélisme, et le problème demeure exactement le même. Dans des cas pareils, une bonne habitude que j'ai prise, me fait rechercher la façon selon laquelle la réalité » a résolu tel ou tel problème et cela est toujours bénéfique. Même si la transposition intégrale d'un système n'est pas toujours possible, il demeure qu'une certaine adaptation soit, dans la majorité des cas, fort réalisable. Le système de l'arbre creux avec l'anneau dansant me parut comme étant le seul pouvant supporter une réalisation au 1/43 et, bien qu'ayant en réalité des moteurs suspendus par le nez avec une biréduction (voirL.R. n°300, page 529), ma CC 14 100 a un bogie moteur C avec une transmission par arbre creux et anneau dansant. (Le tout étant inspiré de réali- 84 LOCO-REVUE N°303
O CD  : Liaison caisse-bogie. Boites d'essieux coulissantes. Ressorts de suspension (i- -,.5uspensioll primaire. Suspension secondaire Pivot du bogie O -coupe AB 0 couFe.CD Caissons-de fixation des côtés de pogie Fig. 25 a, c et d — Détails de la suspension f:777/77,ilynririmizi-,7777777,7,7wW27 A — Support du guide de rotation servant en même temps de:point:d'attache_à la liaison caisse-bogie. B — Limite supérieure des capots. C — Céloron. L — Laiton. FEVRIER 1970 Vis-tourillon autorisant les débattements verticaux.1* la caisse/217IZZITzizA27Z/Z7Z,ZéltZZ2.17/7/Z/7Z/Z/72.7/7_12"..(LLe./27.(1'.17/ZZLY.f. Fig. 26 — Chaine cinématique dans la transmission du bogie (échelle 1,43) Fig. 25 b — Liaison caisse-bogie sation Alsthom, cette « offense » à la réalité prend une allure moins grave.) Il faut préciser qu'il ne s'agit pas, dans cette construction, d'une adaptation au modélisme du système réel, mais de sa transposition intégrale aux cotes exigées par le modèle, les silentblocs en moins. La seule tricherie » que j'ai admise fut celle de la conception des boîtes d'essieux. Mais commençons cette description par le début. Le bogie (fig. 25 a et 26), tel qu'il fut donc réalisé est, somme toute, comparable, dans sa transmission, à un bogie de CC 40100, par exemple. Tout se passe, au départ, comme pour une construction classique  : flasques recevant les différents paliers de la transmission et supportant le moteur (un T 55 à double sortie d'arbre), installé dans l'axe longitudinal des essieux, car à la place des essieux, il faut installer les arbres creux. Cela nécessite des bagues d'un diamètre Moteur T 55 JFJ. Couples hélicoidaux rapport 1/10 (2/20) JFJ. Premier train d'engrenages  : « 20/40 S. A. Polycinétique. Deuxième train d'engrenages  : « 25/30 S. A. Polycinétique. Rapport de démultiplication  : 1/24. 85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :