Loco-Revue n°199 septembre 1960
Loco-Revue n°199 septembre 1960
  • Prix facial : 2,50 F

  • Parution : n°199 de septembre 1960

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (198 x 256) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 58,6 Mo

  • Dans ce numéro : les chemins de fer bretons.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
poir de quelques photographes qui, à peine sautés sur le quai, n'eurent que le temps de regagner leur place aussi vite qu'ils l'avaient quittée. De nombreuses haltes semblables furent marquées par le 561 qui respectait l'horaire régulier imposé, correspondant à son service nor- mal en semaine. D'autres arrêts nécessaires au trafic nous permettaient de nous familiariser de plus près avec le matériel, tel à Spezet (km 17) où il a fallu attendre que l'autorail en provenance de Châteaulin ait libéré la voie. Il avait heureusement un peu de retard ce Clichés A. RENAULT. Notre 561 Spécial " aborde le viaduc de Châteaulin. Unser Sonderzttg 561 mehert sich dent Vindukt von Châteaulin. Our special train entering Ille Châteaulin curv « 1 bridge. La traversée ii niveau des voies S.N.C.F. (ligne Quimper-Prestt pal la voie étroite du nit. (raccordement des lignes 1:alitais-Châteaulin et Chaleaulin-Lautarel1. In Châteaulin kreuzt das Schmalspurgleis der Itretonischen Eisenbalm das Gleis der S.NC.F. (Strecke Quimper-i(restt. The erossing of the standard gauge Crack by the narrow gauge qui permit à de nombreux photographes d'exercer leur talent malgré le temps couvert. Il faut souligner qu'aucune signalisation n'existe en effet sur le R.B. en dehors des gares communes avec la S.N.C.F., le cantonnement se faisant téléphoniquement de gare à gare. Des guidons fixes de couleur jaune implantés à 100 mètres environ des aiguilles de dédoublement ainsi que quelques panneaux le « Halte » d'ailleurs franchissables pour certains trains, de limitation de vitesse ou encore « Siffler » sont les seuls appareils que l'on peut remarquer au long de la voie. La machine fait de l'eau, ce ne Fera d'ailleurs pas la seule fois ; en principe elle peut courir 50 km sur son plein, mais lorsqu'il s'agit de voyageurs « de marque » le maximum de précautions est pris la marche sera des plus régulières. Nous repartons ; la voie, qui depuis Port de Carhaix épousait consciencieusement les méandres de l'Aulne dont le lit domestiqué forme le canal de Nantes à Brest, franchit l'eau pour affronter la lande bretonne. Remarquons que sur la section longeant l'Aulne canalisée, se trouve les plus fortes courbes du R.B.  : 150 m de rayon minimum. La loto souffle, nous crachote vapeur et escarbilles à qui mieux mieux dans la figure et dans les yeux mais stoiques nous jaillissons littéralement des fenêtres l'objectif menaçant. Clac !... Juste au moment critique où le cadrage était satisfaisant, à la seule seconde précise où il fallait à tout prix déclen- -,-^r, une forme dans la même attitude que la vôtre surgissait à la fenêtre précédente en plein champ de votre visée !... Il y a certainement quelque chose à refaire, un code à respecter, par exemple une hauteur de visée imposée qui irait progressant de la tête vers la queue de la voiture, ce serait à soumettre au règlement. Châteauneuf-du-Faou et Pleyben, 272 LOCO-REVUE
célèbres par leur pardon, sont dépassés à leur tour, puis c'est la grande descente sur Châteaulin Ville où un superbe viaduc en maçonnerie en courbe de 150 m (long. 165 m) nous fait avec ses onze arches franchir à nouveau l'Aulne. De l'autre côté une jolie courbe en S de 3 km de longueur en rampes de 20 mm s'il vous plaît nous permet d'admirer à loisir le site et nous amène à Châteaulin Embranchement. Trente minutes d'arrêt pendant lesquelles on peut filmer ou aller se rafraîchir selon les goûts, cependant au Café des Cheminots on parlait plus couramment breton que français... force de se faire servir par gestes ! Au départ de Châteaulin Embranchement, nous prenons le raccordement des lignes Carhaix - Châteaulin et Châteaulin Embranchement - Camaret et traversons délibérément de pleins pieds ou plutôt de pleines roues, les voies S.N.C.F. de la ligne Quimper - Landerneau (Brest et Saint-Brieuc), ce qui ne doit pas favoriser les échanges entre les deux lignes à voie métrique. Echange du reste neu important, étant donné que chacune de ces deux lignes apporte son trafic à la ligne S.N.C.F. Les voyageurs venant de Carhaix et se rendant dans la direction de Camaret sont contraints de changer de train, sauf lorsqu'il y a un train spécial ! Plomodiern, la voie s'écarte pour contourner le Menez-Hom, un des hauts monts armoricains (330 m on fait ce qu'on peut ! Le plus haut des monts d'Arrée  : la Montagne Saint-Michel fait 382 mètres). gaint-Nic, surprise ! quelle gare plaisante pour le personnel  : pas de chef de gare... mais une charmante chef'taine qui manie le drapeau rouge et le sifflet avec beaucoup de grâce, mais qui malheureusement s'affole devant un objectif. Crozon (km 38), gare principale de cette ligne Châteaulin - Camaret et coeur de la presqu'île. Le bâtiment aux lignes harmonieuses est de pur style breton. Tout au long de la ligne, la voie suit de façon fantaisiste le tracé de la route qu'elle coupe fort souvent. Passages à niveau gardés ou non, étaient alors l'occasion de nombreux coups de sifflet et notre petit train débordant jusque sur ses marchepieds d'amateurs ravis, ne passait pas inaperçu des touristes intrigués. Nous sommes sur la section la plus spectaculaire du voyage  : montagnes, roche granitique, lande couverte d'ajoncs, villages archaïques ou stations touristiques font de cette presqu'île un des sites les plus pittoresques de Bretagne. Cliché Loco-Revue Au dépôt de Carhaix - Ramonage d'une 230 T Im Behnbetriebswerk von Carhaix  : eine 230 T wird entschlackt Al the Carhaix depot  : sweeping of e 4-6-0 engine. A quelques kilomètres de Camaret, part de Péros (km 43) un embranchement de 4 km vers le Fret, petit port de pêche situé face à la rade de Brest. Cet embranchement est d'ailleurs exploité uniquement en trafic marchandises (noblesse oblige !). Camaret, terminus ! pointe médiane du Finistère, principal port langoustier de France et charmante station balnéaire. Là, plus question de traîner ou de prendre des clichés, les estomacs criaient fa- mine. Ce fut l'assaut de l'hôtel de France où nous attendait un déjeuner réconfortant, dont le menu était, comme il se doit, généreusement agrémenté des spécialités de la mer. Les propos allaient bon train... et les projets prenaient déjà naissance. Quelques précisions techniques Construit vers 1890-1900 par l'Etat, le Réseau Breton (R.B.), ensemble de lignes à voie métrique sur plateforme indépendante, fut concédée primitivement à la Compagnie de l'Ouest. Il appartient maintenant à la S.N.C.F., mais est exploité par la Société Générale des Chemins de Fer Economiques. L'administration du R.B. était à l'origine à Morlaix ; elle est ramenée à présent à Carhaix ; son centre géographique et vital est Carhaix situé lui-même approximativement au coeur de la Bretagne. De là rayonnent en étoile cinq lignes exploitées en voie unique, vers Guingamp, Paimpol (89 km), Morlaix (49 km), Châteaulin - Camaret (98 km), Rospor- Septembre 1960 273 s



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :