Loco-Revue n°196 mai 1960
Loco-Revue n°196 mai 1960
  • Prix facial : 2,50 F

  • Parution : n°196 de mai 1960

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (198 x 256) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 56,4 Mo

  • Dans ce numéro : utilisation et transformation de matériel Jouef.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
DES IDÉES DE NOS LECTEURS, MODÉLISTES INGÉNIEUX... VOIE HO SUR TRAVERSES TYPE BETON HO - Gleis auf Beton-Schuellen Envoi de Mr. Jougla de Clichy qui reçoit un bon d'achat de 10 N.F. pour le Concours 1960 deL.R. (Règlement en notre No 191 - franco N. F. 3) AVANTAGE D'UNE TELLE VOIE EN HO. S'il est agréable de posséder ainsi la reproduction de la nouvelle voie française de renommée mondiale, puisqu'actuellement elle est fabriquée à l'étranger sous licence (en Espagne  : ligne de Zamora à Cornua). Sa constutition même, apporte au modèle réduit la solution recherchée depuis longtemps par un grand nombre d'amateurs  : conserver d'une part l'aspect de la voie ferrée véritable, et d'autre part les avantages « électriques » inhérents au système à trois rails ou au système à plots de contact. Le principe est en effet d'utiliser les entretoises métalliques des traverses pour assurer le retour du courant traction ; ces barres transversales remplaçant avantageusement et automatiquement les plots. REALISATION. Les premiers éléments ont été réalisés à l'aide du travelage en matière plastique d'un élément de voie d'une marque connue (voir fig. 1). Après avoir creusé les logements nécessaires à de la bande métallique avec une lame de scie, on a supprimé la partie centrale des traverses. On a ensuite coudé aussi régulièrement que possible une bande métallique, de manière à obtenir, vue en plan. une suite de créneaux (voir fig. 31', puis on l'a introduite dans les logements après l'avoir largement enduite de colle cellulosique. Après séchage les différentes parties de l'ensemble se sont avérées suffisamment solidarisées. Fig. 1 Fig. 2 Elément de voie HO sur traverses type RS en béton armé, de la SNCF, construit par Mr. JOUGLA. An HO Crack portion of concrete sleepers, RS type of the SNCF, built by Mr Jougla. HO-SchieneaufEisenbetonschwellen vom Typ RS des SNCF, angefertigt von Herrn Jougla. 168 LOCO-REVt lE
Pour la suite, afin de rendre le travail plus rapide, l'innovation a été de creuser les logements par effet thermique avec un fil de tungstène (pour filaments de lampe radio) alimenté sous quelques volts à laide d'un transformateur (2 à 20 volts) à plots et d'un rhéol tat de 100 ohms. Il est à remarquer que la bande métallique constitue à elle seule (voir fig. 2) la reproductk det i p die centrale des traverses, un gabarit idéal d'é atterrent, un conductfu électrique T lus que satisfaisant ; que sa confection est, de plus. simple et peu onéreuse. A titre indicatif, voici quelques cotes  : Les traverses ont 2 5 mm de haut et 3 mm de large à la base. 2,5 mm de large au sommet. La bande m:dallique est de 0 5\- 1.5 mm, la partie visible a une lon- Fig. 3 gueur de 10 mm. L écartement entre les traverses au sommet est de 4,5 mm, ce qui donne 32 traverses par élément de 224 mm. Remarques. Au point de vue re-, u ducticn. un seul é'é.nent de 224 mm a été construit sui\ant la définition relatée ci-dessus, les suivants sont équipés avec du T de 2X2 mm réduit à la lime aux dimensions 1 x1.5 mm et coupé en barreaux. La liaison s'effectuant par soudure sur deux fils de cuivre écroui argenté de 12/10 mm. Le ballast est représenté par une UTILISATION FT TRANSFORMATION DU MATÉRIEL JOUEF (Suite). ber dessus d'un côté avec une pointe, la saisir ensuite avec des pinces pour finir de l'arracher. elle tient assez mollement. Le bogie présente alors cet aspect vu par dessous (fig. 6). — Sectionner à l'amorce du départ des brancards de l'anneau d'attelage. — Araser à la lime ou à la scie le longeronnement, pour obtenir une partie plate qui recevra l'attelage, sans méme percer de trous, l'ouverture en triangle étant au bon endroit (fig. 7). - Utiliser une vie é tète fraisée. et fraiser légrement le trou triangle (par dessus) afin que la vis (2 mm au 2,5 mm) ne frotte pas sous le plancher du véhicule. Cette transformation est très rapide et très facile à faire. il est évident que pour faire ce travail il est préférable d'enlever les essieux. Il restera ensuite à nous occuper des caisses, ce qui constitue la partie « artistique » de la transformation. plaque de liège de 3 à 5 mm d'épaisseur enduite de colle et soupoudrée de grains de sable calibrés, la voie est appliquée dessus avant séchage. Les liaisons électriques des éléments détachables s'effectuent pour le conducteur central » par des clips de serrage. Les courbes sont réalisées en sectionnant le travelage toutes les deux traverses là où il n'y a pas de bande métallique. Ces courbes seront bien entendu munies de ballast, liège et un léger dévers sera effectué très simplement en collant une lame de liège supplémentaire de 1 ou 2 mm d'épaisseur, uniquement dans la partie extérieure. Le cliché qui illustre cette description prouve la qualité du montage ainsi que l'aspect flatteur de cette voie originale. variable à l'infini, au goût de chacun, en copie ou en « free-lancé ». Pour cela il convient de se mettre en chasse contre du polystyrène, qui se trouve dans nombre d'articles R à 100 francs ». il se reconnaît à son aspect toujours un peu gras, choisir de préférence des variétés pas trop dures (choc ou demi-choc, c'est-à-dire qu'avant qu'il ne se casse on arrive à le plier sérieusement). (A suivre.) CONSTRUCTION d'une LOCOMOTIVE DIESEL-ELECTRIQUE 060 DB en "O" (Suite 8 fin). même synthétique sans pistolet, pour ce genre de travail qui admet difficilement une peinture au pinceau. A défaut d'impression véritable, il est pos.ible d'appliquer une légère couche d'un bon verni, surtout si l'on doit appliquer ensuite une peinture mate, qui possède un pouvoir d'accrochage des plus restreint. On passera ensuite une première couche de la couleur désirée, qui pourra si besoin être poncée au papier abrasif fin et bien humecté d'eau. Après quoi la couche finale era donnée uniformément et à l'abri de la poussière. Pour séparer les zones de tons différents, on utilisera avantagetisement du ruban adhésif scotch ou autre. Les couleurs de cette machine sont  : (se rapporter au plan référencé paru en notre numéro 194). La caisse A  : bleu satiné. Appareillage sous caisse et bogie B de même que les boisseaux de tampons E  : gris foncé. Traverses de tamponnement C  : rouge signal ; tampons D  : aluminium. Filet supérieur longitudinal et panneaux F  : crème. Baies longitudinales et extrêmes de ventilation G  : aluminium. Bordures de ces baies, écussons extrêmes et plaques gravées H  : acier inoxydable. Il ne nous reste plus qu'à souhaiter à tous bonne réussite. Après de nombreux essais du modèle terminé, après que nos amateurs constructeurs en auront bien profité et fait admirer comme il se doit leur oeuvre à leur entourage, nous leur demandons à notre tour si ce n'est trop, une simple photo de leur réalisation avec quelques caractéristiques ou suggestions personnelles. Celle-ci, que nous publierons avec plaisir en notre rubrique coup d'œil chez les modélistes, sera pour nous une preuve concrète de l'intérêt de nos lecteurs pour ce qui est construction, et nous serons toujours heureux entre autre de recevoir toute suggestion ou critique quant aux principes exposés au long de nos articles. Mai 1960 169



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :