Loco-Revue n°192 janvier 1960
Loco-Revue n°192 janvier 1960
  • Prix facial : 2,50 F

  • Parution : n°192 de janvier 1960

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (198 x 256) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 55,3 Mo

  • Dans ce numéro : le chemin de fer du Fayet à Chamonix et Vallorcines.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
TENDER Type 36 Q POIDS et CAPACITÉ  : Tender vide 35 800 kg Chargeur mécanique 1 200 kg Outillage 600 kg Eau 36 000 kg Combustible  : menu 7 000 kg briquettes 2 000 kg Poids total 82 600 kg PARTICULARITÉS  : Boite d'essieux Athermos. Frein à air comprimé Westinghouse automatique et direct. Frein à main. Chargeur mécanique type HT1. Chauffage par la vapeur. TENDER Type 38 P POIDS et CAPACITÉ  : Tender vide 36 400 kg Pousseur de charbon 1 200 kg Outillage 600 kg Eau 38 000 kg combustible  : menu 7 000 kg briquettes 2 000 kg Poids total 85 200 kg PARTICULARITÉS  : Boîte d'essieux Athermos. Frein à air comprimé Westinghouse automatique et direct. Frein à main. Pousseur de charbon. Chauffage par la vapeur. 8 s— a N I canin, r gravit é 4_840 200. 2300 - 1.570 ▪ rPntre th. 9rAvité ; 4/05 4 250 I 200 1155 - 2 100 2700 L 1755 650//,1,5 9 930 8E130 Sain 37.4.1 4250 19'21 açsa A945 le 2900 y 1255gAb 1825 Ç7n (ce ce OCO-REVUE
CONSTRUCTEURS Type de tender Numéros Tender normalement accouplé avec des locomotives du type donnant un empattement total de et un encombrement de tournage de Divers. 26 Z 11 à 6850 150 Z 18,730 m 19,069 m Lima, Amer-Loto-Corps, Baldwin, 30 R Montréal - Loco-Corp, Canadian - Loto- 1 à 1340 Corp. 141 R 20,319 m²0,670 m Brunnà Kc:enigsfeld. 30 Y 244 à 6178 150 Y y » Société des usines et fonderies de Baume 32 P et Marpens. 1 à 9 150 P 19,185 m 19,541 m Divers. 32 Y 847 à 20437 150 Y 18,825 m 19,160 m Baume et Marpens. 34 P 1 à 418 141 P 20,240 m²0,612 m St-Denis, Cie française de mat. de ch. » 240 P 19,675 m²0,043 m de fer, Decauville, Somua, Charentaises. » 241 P 23,010 m²3,382 m » » » » 150 P 19,155 m 19.523 m Divers. 34 X 819 à 2025 150 X 19,032 m 19,371 m Société d'outillage Somua. 36 P 1 à 29 141 P 20,240 m²0,612 m » » » » 240 P 19,675 m²0,043 m » » » » 241 P 23,010 m²3,382 m » » » » 150 P 19,155 m 19.523 m Cie générale de construction à St-Denis. 36 Q 1 à 11 141 P 20,225 m²0,597 m » » » » 240 P 19,650 m²0,018 m » » » » 241 P 22,995 m²3,367 m » » » » 150 P 19,140 m 19.508 m Société d'outillage Somua. 38 P 1 à 31 150 P 19.155 m 19,523 m EN MARGE du Concours Permanent LOCO-REVUE parmi le courrier J'ai constaté avec plaisir la nouvelle formule du concours. J'espère que cette formule créera l'émulation entre chercheurs, remplira d'excellente matière nos colonnes du « Coin du réseau » et amènera de nouveaux lecteurs à notre si sympathique revue. Peut-être pourriez-vous envisager de demander à vos amis de toutes les villes, noms et adresses de leurs camarades « amateurs inconnus » près de qui la diffusion d'une feuille séparée concernant le concours amènerait de nouveaux abonnés ?... Personnellement, j'en tiens une liste sérieuse à votre disposition. J. VAUDE. Nous remercions vivement notre correspondant pour son excellente idée et demandons instamment à tous nos lecteurs de bien vouloir eux-mêmes diffuser les règlements du grand concours permanent « Loco-Revue ». Dès réception de leur demande, nous leur adresserons le nombre de notices qu'ils désireront recevoir. QUAND BRILLE LE FEU ROUGE... Il y a bien une trentaine d'années qtiarriva ce jour mémorable où l'un des plus anciens contrôleurs de notre reseau réalisa le réve de sa vie, se trouva une compagne et, quoique sur le tard, convola en justes noces. Incroyable ! Lui, le célibataire endurci, le gourmet blase, l'ardent défenseur des principes de liberté, allait se mettre sous le joug du mariage ? ? « Ça ne tiendra pas », prédisaient ses amis. Pas de crainte, cela alla au contraire tres bien ! Certes, nos deux amoureux ne s'aimèrent pas avec la passion de la jeunesse, mais ils surent trouver leur bonheur. Les habitudes de l'ex- célibataire s'envolèrent une a une, se laissa soigner et dorkter, ach. plant une attitude vraiment exemplaire. Donc, tout allait pour le mieux. Mais un point noir cependant ! Notre c n- trôleur à moustache ne pouvait pas se passer d'aller boire son verre au buffet une fois son service terminé. Mais comment justifier a la maison ses arrivées tardives ? C'est alors que lui vint l'idée de la petite lanterne rouge. Il habitait directement au bord d'une des lignes qu'il parccurait le plus. Chaque fois qu'il passait devant chez lui, sa femme lui faisait un signe. « Vois-tu, dit-il un jour a sa brave épouse, je dois fréquenur ent. après le service, liquider quelques petits travaux à la gare. Pour que tu ne m'attendes pas inutilement, je p'acerai dorénavant une petite larpe r'uge au dernier wagon du train auand je devrai rester à la gare ». Deux, trois, quatre fois par semaine le train traînait sa petite lampe rouge ! Il fallut longtemps, très longtemps à l'innocente femme pour découvrir la supercherie. (Extrait du bulletin desC.F.F. Novembre 1959 Janvier 1960 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :