Lion n°715 octobre 2018
Lion n°715 octobre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°715 de octobre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 61

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : arrivée de la Charity Run.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Vie culturelle - Livres Avec une précision et une ponctualité d’horlogerie suisse, Amélie Nothombnous apporte à chaque rentrée de septembre un roman millésimé, comme ses champagnes préférés. Celui-ci est le 27 e depuis Hygiène de l’assassin (Albin Michel, 1992). On ne raconte pas, on ne résume pas un livre d’Amélie Nothomb, on le lit (ou on ne le lit pas et l’on a tort). On le lit pour y trouver ou retrouver le charme de sa petite musique en forme de fugue. Car elle fuit l’emphase, les longueurs.50//Lion édition française - N°715 Livres AMEUE Les prermits eei, » Ir— "%iii Michel Les prénoms épicénes Amélie NothombAlbin Michel génératrices d’ennui, le pathos, les mots et les phrases inutiles, les effets et la virtuosité gratuite. Elle possède l’art de la concision, de l’économie de moyens, et de l’efficacité. Grâce à elle mon vocabulaire s’est enrichi d’un mot que j’ignorais jusque-là. Les noms épicènes sont ceux qui, sans modifier l’orthographe, peuvent être masculins ou féminins. Exemple  : les héros de ce livre, dont l’homme se prénomme Claude et l’épouse Dominique. Ils ont une fille qu’ils ont naturellement par Pierre Schavey prénommée Épicène. Leur histoire c’est celle de la rencontre de l’amour et de la haine. Celle d’une fille surdouée qui déteste son père. Celle d’un homme qui mûrit et prépare pendant vingt ans la machiavélique vengeance d’un échec amoureux de jeunesse. Une histoire où des personnages en rose et noir s’affrontent sans concession, disséquée par une Amélie Nothombvirtuose du scalpel.
 ; La ville ati.r 19ru crrwc.iLr. ; La ville au milieu des eaux Milton Hatoum Actes Sud Milton Hatoum, né à Manaus (Brésil) en 1952, est l’auteur d’une dizaine de livres dont six ont été traduits en France. Celui-ci est un recueil de quatorze nouvelles courtes. Un adolescent tombe amoureux de la prostituée qui lui fait connaître ses premiers émois. Un autre voue à la fille de ses voisins anglais un amour jamais exprimé. Les amours adultérins d’une Catalane et d’un Portugais autour d’une admiration pour le poète andalou Antonio Machado. Un capitaine de navire fluvial embarque le cercueil destiné à la dépouille de sa future victime. La conversation d’un amiral hindou et d’un Brésilien sur la richesse linguistique de l’Inde. Un vieux poète mythomane, amoureux de littérature française, raconte à un jeune écrivain des séjours à Paris où il n’est jamais allé. Une femme accouche seule dans un théâtre désert. Les sujets sont variés  : amour, jalousie, nostalgie jeunesse, usure du temps, rapports sociaux, amour de la littérature, et les décors divers  : Manaus et le Rio Negro, Paris, San Francisco, Barcelone et Lisbonne. Ce que ces textes ont en commun  : la manière dont Milton Hatoum en fait des pièces d’orfèvrerie, avec un art délicat de la concision, la virtuosité avec laquelle il ouvre largement les fenêtres de l’imagination en quelques phrases courtes joliment ciselées. Il sait également donner à ses textes un ton qui, en quelques lignes, fait basculer l’action dans une direction inattendue et projette un regard nouveau sur tout ce qui précède. Le livre fermé, ces nouvelles vivent encore en nous, comme ces rêves qui ne s’éteignent pas au réveil. Khalil Yasmina Khadra Julliard Né en Algérie en 1955, il y a publié de nombreux ouvrages sous son nom. Depuis 2001, il vit en France où il a publié 17 romans sous son nom de plume. Avec L’attentat (2005), il avait déjà abordé le thème du terrorisme ; il le fait à nouveau ici mais vu de l’intérieur. Son narrateur, Khalil, est un jeune marocain qui vit a Bruxelles. Ayant opté pour l’intégrisme musulman, il se retrouve à Paris le 13 novembre 2015 dans le RER, équipé d’une ceinture d’explosifs. Hasard ou malveillance de l’artificier, le mécanisme de déclenchement ne fonctionne pas. Khalil rentre à Bruxelles où il retrouve ses compagnons de l’organisation. Yasmina Khadra suit le parcours semé d’interrogations de son héros dont il nous fait un portrait finalement touchant de fragilité et d’incertitudes. Il nous fait partager ses difficultés familiales et sa souffrance lorsque sa sœur jumelle est tuée lors d’un attentat terroriste à Bruxelles. Khalil, fragile, indécis et souffrant de « difficulté d’être », qui ne trouvera définitivement pas le moyen de s’accomplir dans la voie qu’il a choisie. Yasmina Khadra nous fait découvrir l’humain derrière l’inhumain d’un anti-héros pathétique $usi}ixte L’ère des suspects Gilles Martin-Chauffier Grasset Gilles Martin-Chauffier s’est inspiré ici d’un de ces faits-divers dont la presse nous abreuve fréquemment  : bavure policière ou pas ? Dans une cité de Seine-Saint-Denis, un policier et sa stagiaire poursuivent un jeune maghrébin voleur de téléphone portable. Le garçon fait une chute mortelle. De façon prémonitoire (le livre a été écrit bien avant le premier mai 2018), Gilles Martin-Chauffier démontre comment un fait-divers (presque) banal peut devenir « affaire d’État ». Explorant les arcanes de l’administration et du pouvoir, il analyse le cheminement de l’information et ses répercussions depuis le commissariat du quartier jusqu’à l’Élysée, en passant par la mairie, la Région, le ministère de l’Intérieur, sans compter les collatéraux, la famille, les avocats et un magazine « people ». Sur un thème somme toute banal, Gilles Martin-Chauffier réussit le prodige de faire un roman fort et original, tant au plan du fond que de la forme. Véritable exercice de style, son livre est un récit choral raconté à la première personne par chacun de ses nombreux personnages ; ce qui permet de varier les points de vue et les jugements sur une affaire controversée. Pour le fond, c’est une analyse sans concession des jeux d’influence, des manœuvres internes, des impostures et des jalousies d’une série de personnages qui n’agissent ni pour ni contre les mis en cause mais en fonction de leurs ambitions et de leur arrivisme. Un roman remarquablement « ficelé » qui se lit avec intérêt et avidité mais laisse un certain goût d’amertume. Lion édition française - N°715//.51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :