Lion n°715 octobre 2018
Lion n°715 octobre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°715 de octobre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 61

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : arrivée de la Charity Run.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
National ii- Rencontre avec Alain Mourani Gouverneur du district 103 Côte d’Azur - Corse La Journée mondiale de la vue, notre combat historique propos recueillis par Philippe Colombet En cette nouvelle année Lion 2018-2019, il est le gouverneur du district 103 Côte d’Azur - Corse. Il est aussi, entre autres, le gouverneur en charge de nos nombreuses actions dédiées à la lutte contre la cécité et la malvoyance au sein du District multiple 103, un sujet fondamental pour nombre d’entre nous. Alain Mourani..26//Lion édition française - N°715 Cher Alain, à côté de tes missions de gouverneur, dans lesquelles on trouveL.I.D.E.R Diabète, Alzheimer et la Banque Alimentaire, la vue est un combat historique pour un Lion. Aujourd’hui, comment peut-on résumer les premières décennies de cette lutte pour préserver ou réparer la vue ? Le combat pour la vue est l’une des principales causes majeures du Lions Clubs International. En 1925, Helen Keller, aveugle sourde et muette, avait lancé un défi aux Lions  : « devenez les chevaliers des aveugles dans la croisade contre les ténèbres ». Depuis cette date, l’engagement des Lions reste fort et constant. Rappelons tout simplement ces quelques dates  : - 1930  : création de la Canne Blanche - 1939  : création de l’École des chiens guides d’aveugles - 1940  : création de la Banque des yeux - 1972  : création des Bibliothèques Sonores - 1992  : première campagne SightFirst - 1995  : création du Centre du glaucome à Paris - 1998  : lancement de la Journée mondiale de la vue à Pékin
- 2005  : deuxième campagne SightFirst. En octobre 2005, les Lions de France (Paris) ont réalisé la première Journée de la vue, reconduite tous les ans. Cette initiative s’est progressivement étendue au niveau national et rassemble, à ce jour, la totalité des quinze districts. La Journée mondiale de la vue Lions (JMVL) est organisée régulièrement le deuxième jeudi du mois d’octobre mais cette date n’est pas figée afin de permettre aux clubs une large participation. En la matière, quel a été l’impact des grandes actions de l’année précédente ? En 2017, la JMVL a été un véritable succès avec la participation de 369 clubs opérant sur 228 sites. Cette journée permet ainsi à plusieurs clubs de se regrouper afin d’avoir un impact de service plus important et surtout une visibilité accrue des Lions en action. 1 904 personnes (Lions et non-Lions) se sont ainsi mobilisées pour cette belle manifestation. 12 880 personnes ont bénéficié d’un bilan comportant des tests (acuité visuelle de loin, de près, sens chromatique, perception du relief et grille d’Amsler) et d’un dépistage réalisé par un ophtalmologue comportant le bilan suivant  : réfractométrie, tonométrie, lampe à fente, rétinographie si possible (matériel médical indispensable). Près de 33% des personnes examinées ont été invitées à revoir leur médecin ou leur ophtalmologue pour un suivi et un bilan complémentaire si nécessaire. Cerise sur le gâteau  : 33 990 paires de lunettes ont été collectées au profit de Medico - Lions Clubs de France. Merci et bravo les Lions. Quels sont les grands axes de la Journée mondiale de la vue en cette année de ton mandat ? Deux axes me paraissent importants  : - renforcer la communication interne et externe autour de cette manifestation utile, très bénéfique pour nos concitoyens. À ce jour, 10% de la population néglige, pour des raisons diverses, leur santé oculaire prenant ainsi le risque de développer une déficience visuelle insidieuse, progressive se déclarant par des complications irréversibles. - accroître la participation des ophtalmologues dont le rôle est capital pour réaliser les dépistages des troubles visuels à la recherche des quatre pathologies ciblées  : la cataracte, le glaucome, la dégénérescence maculaire liée à l’âge et la rétinopathie. Quels seront les autres grands axes de l’action pour la vue pendant ton mandat ? En dehors de la collecte des lunettes qu’il faudrait promouvoir, le développement du partenariat est indispensable. En effet, cette journée nécessite l’achat de matériel qui est donné aux nouveaux sites de dépistage, matériel remis dans une valisette au délégué du district. L’occasion m’est ainsi donnée de rappeler notre partenariat initial avec Essilor puis avec Optic 2000 qui a fourni gracieusement les tests de Lang (perception du relief) en plus d’un don de 5 000 euros. En 2017, la société CarlZeiss Vision France a attribué une subvention de 10 000 euros pour l’organisation de la JMVL 2018. Je me permets de rappeler aussi le partenariat avec le DM 103 France et la Fondation des Lions de France. Cher Alain, parlons un peu de toi maintenant. D’où viens-tu, quel est ton parcours personnel et familial ? Je suis né au Liban en 1953. Après un baccalauréat scientifique, j’ai fait mes études de médecine à la faculté de Tours pendant 12 ans (médecine générale puis spécialité de gastroentérologie) avant de me consacrer à une carrière purement hospitalière que j’ai menée avec fierté et fidélité. Divorcé depuis 10 ans, j’ai trois enfants  : Julien, Sophie et Julie et deux petites filles adorables  : Hortense et Sixtine qui résident en Nouvelle-Calédonie. Tu es aujourd’hui membre du club de Saint Raphaël Côte d’Azur, quels ont été tes débuts dans le Mouvement Lion ? Intronisé en 2008, je me suis occupé du protocole, de la commission des œuvres avant de m’investir pendant 3 ans dans la commission des effectifs. Élu président du club en 2012 puis nommé président de Zone en 2013 (très belle expérience), j’ai occupé ensuite le poste de chargé de mission Vue dans le district. J’ai aussi participé pendant un an aux travaux du comité technique national qui avait une mission similaire à celle de l’actuelle commission Prospective. Dans ton district, à Sophia Antipolis, se trouve un étonnant et désormais célèbre restaurant nommé « Dans le noir » ; un restaurant où l’on mange donc dans l’obscurité totale, servi par des non-voyants. As-tu vécu cette expérience ? J’ai déjà vécu une expérience similaire dans la région toulonnaise où un Lions club de la zone avait organisé un dîner servi dans le noir, les recettes de la soirée étant destinées à l’association des chiens guides d’aveugles. Se mettre en situation de handicap visuel afin de mieux comprendre l’autre. Faire table rase des préjugés, oublier les a priori concernant le handicap, il faut pour cela ouvrir son esprit et respecter les différences. Une aventure où la dimension culinaire prend un tout autre goût, concentration absolue sur son assiette pour deviner les saveurs qui nous échappent. Si ton engagement soutenu dans le Mouvement Lion est pour nous une évidence, quel est ton engagement professionnel ? Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai occupé pendant 42 ans un poste de médecin hospitalier à temps plein au service des patients. Je suis très heureux d’avoir contribué modestement à réconforter, soulager et guérir des concitoyens atteints par diverses maladies de l’appareil digestif. Depuis 6 mois, j’ai cessé toute activité professionnelle pour me consacrer entièrement à ma nouvelle fonction de gouverneur. Être gouverneur, cela représente quoi pour toi ? C’est l’aboutissement d’un parcours Lions et ce n’est certainement pas la fin d’un engagement fort. C’est aussi la joie de rencontrer, en toute simplicité, les Lions du district afin d’échanger, partager, s’enrichir et progresser ensemble au sein de notre Mouvement. Qu’aimerais-tu que l’on dise de toi, ton mandat arrivé à son terme, en juillet 2019 ? En deux mots  : un gouverneur sympathique, un ami sincère. Avant d’être élu gouverneur, quel était ton plus beau souvenir Lion ? C’est tout simplement le jour de mon intronisation en 2008 avec la lecture de mon engagement, j’étais accompagné par mon parrain et entouré par les amis du club qui m’ont permis rapidement de m’épanouir et de percevoir le réel impact que chaque Lion peut exercer au sein de son entourage. a Lion édition française - N°715//.27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :