Lion n°713 jui/aoû 2018
Lion n°713 jui/aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°713 de jui/aoû 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : le conseil des gouverneurs 2018-2019.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Vie culturelle - Musique Ic.tMl.1 ()1)11:n R ! 1 Max Emanuel Çeileic Abc.ica Gn.rgr Porpora  : Airs d’opéra Max Emanuel Cencic, contre-ténor Armonia Atenea, direction George Petrou 1 CD Decca S’il en était besoin, Max Emanuel Cencic prouve avec ce CD qu’il est incontestablement le plus grand contre-ténor de la planète. Les tonalités, la diction, les mises en situation sont ici renversantes d’intelligence. Pour être franc, depuis un moment je commençais à me lasser de toutes ces productions de contre-ténors, certes de qualité mais qui n’apportaient rien de nouveau à cette littérature de la musique consacrée aux castrats du XVIII e siècle. Avec ce CD de Porpora, Cencic fait revivre des partitions souvent oubliées et négligées de cette période napolitaine si riche musicalement. Difficile de distinguer un air plutôt qu’un autre tellement le choix est judicieux. À noter, et cela me paraît capital, que l’orchestre n’est plus ici un simple accompagnateur mais un acteur totalement engagé. Une mine d’or pour les passionnés de ce répertoire..46//Lion édition française - N°713 MAURICE RAVEL Niu mère l'()yr I Tgrallien LIlk- 1.—Four dr knir Ravel  : Ma mère l’Oye Le Tombeau de Couperin ; Shéhérazade, ouverture de féerie. Les Siècles, direction François-Xavier Roth 1 CD Harmonia Mundi François-Xavier Roth est-il en train de franchir la porte de l’antichambre des chefs avec lesquels il faudra compter à l’avenir ? En tout cas, ce CD Ravel est un pur bonheur avec un orchestre, Les Siècles, qui y déploie tout le long des timbres et des résonances de toute beauté. Orchestre à géométrie variable sur le plan des cordes qui utilisent ou des boyaux ou du métal, on s’émerveille des choix réalisés en fonction des œuvres interprétées. Plus que judicieux, les partis pris de François-Xavier Roth se révèlent d’une grande pertinence en laissant les instrumentistes sortir de la masse dans une poésie bien maîtrisée qui convient si bien à Ravel. Que ce soit dans Ma mère l’Oye, Le Tombeau de Couperin ou Shéhérazade, tout est ici au top et les superlatifs ennuyeux à énumérer. À ne pas manquer. La poésie est présente en permanence. reiarlieerreiPedy,.957le « amlikvero(4,.r447/...nivrir 9 ira Càmd.ribie k.10,40Tee.w..eirr e+6.+.I9à.S Tchaïkovski  : Concertos pour pianon os 1 & 2 Emil Gilels, piano New Philharmonia Orchestra, direction Lorin Maazel (1972) 1 CD Warner Classics J’avoue que je ne connaissais pas ces enregistrements de 1972 et c’est une bien belle surprise que cette réédition de Warner. Emil Gilels, ce fantastique pianiste de la période soviétique, nous a laissé une quantité importante de captations dont bon nombre sont encore aujourd’hui des références. Je conserve notamment dans ma discothèque sa version des deux concertos pour piano de Brahms dirigés par Jochum chez DGG, qui reste selon moi incontournable. Nous retrouvons avec ces enregistrements de 1972 deux artistes au sommet de leur art dans une excellente prise de son. Si le Concerto pour piano n°2 de Tchaïkovski n’est pas d’un grand intérêt musical, il a le mérite d’être ici défendu avec brio. Le Concerto n°1 est en tous points excellent. Du grand et beau travail.
ViV.A1D1 GLORI. AL,EZI-INEyA FAQ iou F0450 (s Vivaldi  : Gloria Nisi Dominus ; Nulla in Mundo Pax Sincera Julia Lezhneva, soprano Franco Fagioli, contre-ténor Chœur de la Radio-Télévision suisse et Ensemble I Barocchisti, direction Diego Fasolis 1 CD Decca Le succès du Gloria de Vivaldi auprès des mélomanes ne s’est jamais démenti. Aussi est-ce généralement avec impatience que la critique attend la publication d’un CD de ce chefd’œuvre du Prêtre roux, d’autant plus que cela fait quelques années maintenant qu’un enregistrement ne lui a plus rendu justice. Immense déception malheureusement ici, dont Diego Fasolis est certainement le responsable à cause d’un manque de préparation et probablement de répétitions qui nous rappelle les mauvais souvenirs de certaines prises de son en studio. Vu ses autres réussites incontestables, il aurait dû être l’homme de la situation, ce qui ajoute à la désillusion. Même les chœurs sont approximatifs, parfois même indifférents. À oublier. LIAN21 lvtODURT DEVIENNE PLEUEL ioneerpnpi o 1Contrantel Les Vents Frtinms Concertante ! Symphonies concertantes de Danzi, Mozart, Devienne, Pleyel Les Vents français (Emmanuel Pahud, François Leleux, Paul Meyer, Radovan Vlatković, Gilbert Audin) Orchestre de chambre de Munich, direction Daniel Giglberger 2 CD Warner Classics Voici un beau CD qui sort des sentiers battus avec en solistes la fine fleur des Vents français. J’avoue qu’en dehors du Mozart et du Devienne, je ne connaissais pas ces pièces datant à peu près toutes de la même période. Nous sommes à la fin du baroque et le style Haydn est déjà bien présent dans ces compositions que l’on peut juger de belle facture sans pour autant qu’elles laissent de souvenir impérissable, si l’on excepte la Symphonie concertante pour hautbois, clarinette, cor, basson et orchestre de Mozart. Car le génie de Mozart, quant à lui, est bien là, servi par des solistes parmi les meilleurs de la planète. L’Orchestre de chambre de Munich, dirigé par son premier violon, est sans reproche. 8E RIMER PHILliailiedG*N1KEY# CLS1.141,7 1.17M64 1.-5E 1.6:57C.1:,' ; Z. Claudio Abbado The Last Concert Mendelssohn  : Le Songe d’une nuit d’été Berlioz  : Symphonie fantastique Orchestre philharmonique de Berlin, direction Claudio Abbado (mai 2013) 2 CD Berliner Philharmoniker Recordings Moment particulièrement émouvant que ces ultimes retrouvailles de Claudio Abbado avec l’Orchestre philharmonique de Berlin, qu’il avait contribué à maintenir en tant que directeur musical (1990-2002) à un niveau d’exception après la disparition de Herbert von Karajan. Je ne connais pas les raisons qui poussèrent la direction de la Philharmonie à soigner la captation de ce qui allait être le dernier concert du maestro à Berlin avant son décès quelques mois plus tard. Si une Symphonie fantastique de haute tenue ne nous apporte rien de véritablement nouveau par rapport aux autres enregistrements du chef dans la même œuvre, nous restons en revanche émerveillés devant la conception d’Abbado de cette autre pièce magistrale qu’est Le Songe d’une nuit d’été. La poésie et le raffinement qui se dégagent de cette interprétation en font à mon avis la référence toutes versions confondues. N.B.  : Cet album était déjà disponible en coffret audio et vidéo. Lion édition française - N°713//.47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :