Lion n°712 juin 2018
Lion n°712 juin 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°712 de juin 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : la fondation Carter partage les clés du succès pour éliminer la cécité des rivières.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Vie culturelle - Livres.40//Lion édition française - N°712 Livres par Pierre Schavey Sentinelle de la pluie Tatiana de Rosnay Éditions Héloïse d’Ormesson Tatiana de Rosnay, née en France (Neuilly 1961) de père français et de mère anglaise bilingue et se dit « franglaise ». Elle a publié onze romans qui ont bénéficié de gros tirages internationaux comme Elle s’appelait Sarah (Héloïse d’Ormesson 2007). On retrouve dans ce douzième opus un de ses thèmes familiers, la famille et ses vicissitudes. Paul, botaniste mondialement connu pour sa science des arbres vit dans la Drôme avec Lauren, son épouse américaine. Leur fils Linden, grand photographe réputé pour ses portraits de célèbrités, vit à San Francisco avec son compagnon Sacha, et Tilia, leur fille, peintre, habite Londres avec un mari alcoolique. La famille est rassemblée dans un hôtel parisien pour célébrer les 70 ans de Paul et leur quarante ans de mariage. Mais rien n’est simple et tout se complique. Sous une pluie diluvienne incessante Paris est inondé. Pendant le repas festif, Paul victime d’un AVC, est hospitalisé à Pompidou et Lauren est clouée au lit par une pneumopathie. Dans ce double huis clos d’une chambre d’hôtel et d’un hôpital chacun réfléchit à leurs relations. Le passé resurgit avec ses regrets, ses tensions, ses aveux et ses non-dits, sources de culpabilisation. Tatiana de Rosnay fait un remarquable portrait de famille dont les personnages attachants éprouvent une gamme de sentiments profondément émouvants. Elle le fait sans effets de manche, avec une exemplaire justesse de ton, en évitant le piège du pathos et les ornières du mélo.
illi,e011 MW lad donÉ R I. anal-me ner.no.1 ef La vérité sur la Comtesse Berdaiev Jean-Marie Rouart Gallimard Ce roman qui associe vérité politico-historique et fiction romanesque est basé sur la fameuse « affaire des ballets roses » qui déchaîna la chronique en 1959. Elle mit en cause le président de l’Assemblée nationale, André Le Troquer et son amie Élisabeth dite « comtesse » de Pinajeff, devenue ici Berdaiev. Maria Berdaiev fait partie de ces aristocrates russes ayant fui le soviétisme et vivant à Paris. Un peu actrice, un peu peintre, elle est la maîtresse du président de l’Assemblée. Très belle femme, libertine et sensuelle, elle mène une vie de courtisane dans un milieu parisien où l’on rencontre un journaliste de Combat, une petite voleuse de lingerie féminine, un photographe de porno, et des magistrats. Tout ce beau monde va se trouver compromis dans l’organisation de débauches orgiaques dans une villa de Vaucresson. Jean-Marie Rouart qui a modifié l’identité des protagonistes rééls de cette histoire et en a créé d’autres, situe avec précision son récit dans le contexte politique de la France en 1958-59, sous la quatrième République, la présidence de René Coty, les événements d’Algérie et l’arrivée de De Gaulle. Il soulève le problème (encore d’actualité) d’intrusion de la vie privée dans la vie politique et de ses conséquences funestes. Cela donne un récit captivant à deux niveaux de lecture, celui d’un fait divers historique et celui d’une fiction romanesque admirablement construite et contée. Avec, en prime, la classique et rigoureuse pureté d’un style d’académicien. Christian Oster Massif central Massif Central Christian Oster L’Olivier Christian Oster auteur de dix huit romans dont Mon grand appartement (Prix Médicis 1999 - Éd de Minuit) nous présente avec ce nouveau livre un étrange et captivant récit qui, tout en n’étant pas un vrai roman policier garde la trace de l’auteur de polars, qu’il fut à ses débuts. Paul, le narrateur vient de quitter Mad, la femme qu’il a ravie à son ami CarlDenver. Il dit au début de son récit « Je ne dis pas que CarlDenver avait l’intention de me tuer » mais il craint sa vengeance et part se réfugier dans le Massif Central, vers Limoges, puis dans une auberge de campagne. II y rencontre Hermione qui part finalement avec lui sur une plage du Nord. Résumer c’est trahir. Non que la trame, l’histoire de ce faux polar soit inintéressante (elle est accrochante) mais l’intérêt, la qualité majeure de ce livre, c’est la manière dont Christian Oster la tisse et la raconte. À la simple description froide et cinématographique de l’action il préfère l‘introspection psychologique, toute en finesse, de son personnage, et l’analyse de ses motivations, sentiments et réactions. Ce faisant, il réussit à créer un climat d’inquiétude et de tension qui nous tient en haleine tout au long de ce superbe récit de fuite et de vengeance par pesonnes interposées. Exemplaire réussite. Le filet Lilia Sigurdardottir Métailié Après Gudberfur Begsson, Arnaldur Indridason, et bien d’autres, Métailié continue de nous initier à la riche littérature islandaise avec Lilia Sigurnardottir (née en 1972). Le filet est le deuxième volet d’une trilogie dont le premier tome Piégée a paru chez Métailié en 2017. On retrouve ici Sonja, personnage central de la série. Difficile de résumer ce récit foisonnant, dense et riche en personnages et péripéties. Il raconte les avatars de Sonja, luttant contre son ex-compagnon pour récupérer leur petit garçon, ses problèmes sentimentaux avec sa compagne, ses rapports dangereux avec les milieux de la drogue pour qui elle se voit contrainte de travailler, et ses accointances avec le monde financier pour des opérations bancaires douteuses en rapport avec la grande crise de 2008. Cela donne un récit haletant où l’on se déplace beaucoup de Floride en Islande, où les rapports entre les personnages sont tendus et conflictuels. Lilia Sigurdardottir parvient au sein de ce « filet » serré d’actions enchevétrées à cerner avec finesse la psychologie de ses héros et leur donner consistance et crédibilité. Elle excelle à tisser la trame de ces aventures complexes avec une adresse qui permet au lecteur de ne jamais perdre le fil d’Ariane de son passionnant labyrinthe. Nous espérons le troisième volume de la série. Lion édition française - N°712//.41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :