Lion n°710 avril 2018
Lion n°710 avril 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°710 de avril 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : le président international en visite à Paris.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
GRAND ANGLE.62//Lion édition française - N°710 Sous les tours, Secret Défense "Vous allez voir, c’est poussiéreux à l’intérieur. Désolé pour vos chaussures", prévient Bartolomeo Wander, porte-parole de Defacto, établissement public qui gère la Défense. Nous sommes sous la dalle du quartier d’affaires, le long d’une sinistre route souterraine. "Deux agents de sécurité déverrouillent une porte métallique. Des projecteurs de chantier permettent peu à peu de comprendre que l’on se trouve dans une gigantesque salle abandonnée, aux murs couverts de graffitis. Inutilisé depuis la création de la Défense, ce lieu de 6 400 m² avec 12 mètres de hauteur sous plafond a gagné par Philippe Colombet À l’Ouest de la capitale, un quartier est un chantier perpétuel depuis sa naissance, il y a plusieurs décennies. Un quartier dont histoire, présent et futur renferment de nombreux secrets, la visite guidée s’impose. Salle des colonnes le surnom de "Cathédrale engloutie". Et le plus grand quartier d’affaires d’Europe recèle, dans ses profondeurs, d’autres friches secrètes", explique notre consœur Jessica Gourdon dans un reportage du Monde. En grimpant un escalier métallique, on parvient dans une salle de 3 000 m²,
baptisée Bassin, où traînent quelques sacs et un chariot. Plus loin, on tombe sur un atelier de 2 500 m² avec 18 mètres de hauteur sous plafond, jadis utilisé par l’artiste français Raymond Moretti. Au milieu trône une sculpture monumentale inachevée, le Monstre, qui grogne à chaque passage du RER. Personne ne peut visiter ces espaces. Mais pour attirer un nouveau public, ces endroits, ainsi qu’une vaste Gare fantôme, sont proposés aux aménageurs, qui pourront y inventer de nouveaux usages, salle de concerts, salle de sport, cinéma, espaces de travail partagé, galerie d’art ou restaurants, par exemple. Defacto lance une reconquête des surfaces sous la dalle. 50 000 m² ont été identifiés, quelques parkings, mais surtout d’immenses Volumes résiduels, sans usage particulier, casés entre voies de transport, platesformes logistiques ou tunnels pour accéder aux tours. L’établissement gestionnaire du quartier s’est engagé dans un urbanisme souterrain. Des Cathédrales englouties attendent leurs aménageurs. L’établissement public veut utiliser ces espaces pour changer l’image de ce quartier d’affaires. a Projets abandonnés et œuvres d’art cachées Une exposition revenait récemment sur l’édification de la Défense et sur un certain nombre de ses secrets, depuis les projets abandonnés jusqu’aux œuvres d’art cachées. Cette Défense c’est plus de cent ans d’histoire. Elle proposait de découvrir comment elle est sortie de terre. Baptisée Tours et détours, histoire de la Défense, elle couvrait une période qui s’étend de l’inauguration de la statue de Jean-Ernest Barrias, qui a donné son nom au quartier d’affaires, à celle de la Grande Arche. On découvrait le quartier d’affaires et ses secrets. En voici quelques-uns. Commençons par le premier, pourquoi la Défense s’appelle la Défense ? Après le siège de Paris et la guerre franco-prussienne de 1870, un concours est organisé en 1879 pour édifier une statue en hommage à la défense héroïque de Paris sur le rond-point de Courbevoie. Une centaine d’artistes célèbres concourent, comme Gustave Doré ou Auguste Rodin. C’est finalement l’œuvre de Jean-Ernest Barrias qui est retenue. Elle représente un soldat, qui tourne le dos à Paris et donne le sentiment qu’il défend la ville. De son nom, La Défense de Paris, sortira celui du quartier d’affaires. L’œuvre passe alors à la postérité. Elle est aujourd’hui visible sur le Parvis. Suit le Cnit, de centre de congrès au centre commercial, construit entre 1956 et 1958, le Centre des nouvelles industries et technologies, avait pour fonction première d’être un centre de congrès. Pendant une vingtaine d’années, il a accueilli de grandes expositions comme les Floralies internationales, les Arts ménagers et le Salon nautique de Paris. Avec la construction de la dalle piétonnière en 1978, la surélévation du sol enterre un tiers du Cnit. L’espace d’exposition n’est plus assez moderne et assez grand. Le centre de congrès perd une partie de son activité. Pour lui redonner vie, les restructurations successives en feront un véritable centre commercial. a Une fusée de Tintin à la place de la Grande Arche Bien avant la Grande Arche, des propositions se sont fait jour pour "casser l’axe" du quartier. La première d’entre elles est la tour Polak, 1963, des architectes André et Jean Polak. Un super émetteur TV devait être installé en haut de la tour de 750 mètres avec une portée de 250 kilomètres autour de Paris. Un projet fou, ambitieux, qui ne trouvera jamais d’investisseur. À l’arrivée des satellites de communication, la tour Polak devient obsolète et le projet est enterré en 1969. Encore plus fou que la Tour Polak, feue la tour Lumière Cybernétique. Des hygromètres, thermomètres, anémomètres, cellules photoélectriques et micros devaient être placés le long de sa structure. 3 226 projecteurs de couleurs devaient être installés, 2 000 flashs lumineux, 330 miroirs pour une hauteur de près de 350 mètres. Ce projet d’art ambitieux du sculpteur Île-de-France insolite La Défense - 1969 Lion édition française - N°710//.63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 710 avril 2018 Page 1Lion numéro 710 avril 2018 Page 2-3Lion numéro 710 avril 2018 Page 4-5Lion numéro 710 avril 2018 Page 6-7Lion numéro 710 avril 2018 Page 8-9Lion numéro 710 avril 2018 Page 10-11Lion numéro 710 avril 2018 Page 12-13Lion numéro 710 avril 2018 Page 14-15Lion numéro 710 avril 2018 Page 16-17Lion numéro 710 avril 2018 Page 18-19Lion numéro 710 avril 2018 Page 20-21Lion numéro 710 avril 2018 Page 22-23Lion numéro 710 avril 2018 Page 24-25Lion numéro 710 avril 2018 Page 26-27Lion numéro 710 avril 2018 Page 28-29Lion numéro 710 avril 2018 Page 30-31Lion numéro 710 avril 2018 Page 32-33Lion numéro 710 avril 2018 Page 34-35Lion numéro 710 avril 2018 Page 36-37Lion numéro 710 avril 2018 Page 38-39Lion numéro 710 avril 2018 Page 40-41Lion numéro 710 avril 2018 Page 42-43Lion numéro 710 avril 2018 Page 44-45Lion numéro 710 avril 2018 Page 46-47Lion numéro 710 avril 2018 Page 48-49Lion numéro 710 avril 2018 Page 50-51Lion numéro 710 avril 2018 Page 52-53Lion numéro 710 avril 2018 Page 54-55Lion numéro 710 avril 2018 Page 56-57Lion numéro 710 avril 2018 Page 58-59Lion numéro 710 avril 2018 Page 60-61Lion numéro 710 avril 2018 Page 62-63Lion numéro 710 avril 2018 Page 64-65Lion numéro 710 avril 2018 Page 66-67Lion numéro 710 avril 2018 Page 68-69Lion numéro 710 avril 2018 Page 70-71Lion numéro 710 avril 2018 Page 72-73Lion numéro 710 avril 2018 Page 74-75Lion numéro 710 avril 2018 Page 76-77Lion numéro 710 avril 2018 Page 78-79Lion numéro 710 avril 2018 Page 80-81Lion numéro 710 avril 2018 Page 82-83Lion numéro 710 avril 2018 Page 84-85Lion numéro 710 avril 2018 Page 86-87Lion numéro 710 avril 2018 Page 88-89Lion numéro 710 avril 2018 Page 90-91Lion numéro 710 avril 2018 Page 92-93Lion numéro 710 avril 2018 Page 94-95Lion numéro 710 avril 2018 Page 96-97Lion numéro 710 avril 2018 Page 98-99Lion numéro 710 avril 2018 Page 100