Lion n°706 décembre 2017
Lion n°706 décembre 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°706 de décembre 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : les premières actions dans nos districts.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
Vie culturelle - Cinéma A beautiful day La bonne brute et l’enfant La sélection cinéma Joe, ex Marine et ex agent de la CIA, est désormais exécuteur de basses besognes pour un commanditaire peu recommandable. Lorsque la fille d’un sénateur est enlevée, c’est à lui qu’on fait appel. Les riffs de guitares dissonants de Jonny Greenwood soulignent l’intensité de la performance puissante de Joaquin Phoenix. Caché derrière sa barbe épaisse, il est un ange exterminateur meurtri par un passé violent qu’il peine à surmonter. Le lien entre cet ours massif, dont l’humanité est encore un peu préservée, et l’adolescente abusée se retrouvent dans leurs enfances heurtées. Celle de Joe se dévoile dans des souvenirs qui remontent violemment en lui et expliquent en quelques plans sa psychologie heurtée. Cette variante moderne de Taxi Driver a été doublement primée au Festival de Cannes, avec un Prix d’interprétation pour lui, Lynne Ramsay recevant un trophée pour le scénario tiré d’un roman de Jonathan Ames. Un prix de la mise en scène eût été plus juste, l’originalité des situations étant moins marquante que sa réalisation immersive qui nous fait partager une quête désespérée. Ses images brutes donnent une vivacité sans faille à cette œuvre sensorielle sans concessions..96//Lion édition française - N°706 par Pascal Le Duff Au revoir là-haut Un monument sur la Première Guerre mondiale Après la guerre, Albert Maillard, modeste comptable, partage un grenier avec Édouard Péricourt, défiguré par une bombe en lui sauvant la vie dans les tranchées et qui se fait passer pour mort aux yeux de sa famille. Ensemble, ils vont monter une arnaque aux monuments aux morts. Le nouveau long-métrage d’Albert Dupontel, tiré du livre de Pierre Lemaitre, est porté par un souffle romanesque proche du Long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet avec un bel équilibre entre récit d’aventures, humour, romantisme et suspense. Les protagonistes se croisent comme dans une mosaïque, avec Dupontel en homme modeste dévoué à protéger son ami meurtri dans sa chair et son âme, Niels Arestrup touchant dans le rôle du père d’Édouard, un industriel sans scrupules se découvrant des remords tardifs et le sensible et poétique Nahuel Perez Biscayart condamné au silence. Laurent Lafitte est leur ennemi juré, le sinistre lieutenant Pradelle, responsable de l’assaut inutile qui a meurtri le jeune homme. Un représentant parfait de la déshumanisation des puissants dans ce qui est aussi un pamphlet fort, évocateur des précédentes colères, plus contemporaines, du cinéaste. Borg vs Mac Enroe Les frères ennemis du tennis En 1980, la rivalité est intense entre deux joueurs de tennis restés mythiques jusqu’à aujourd’hui. Björn Borg, numéro un mondial, essaie d’établir un record avec une cinquième victoire à Wimbledon. John Mc Enroe espère prendre sa place en remportant le tournoi pour la première fois. Dans cette biographie dont les principaux concernés ont contesté la véracité, le danois Janus Metz vise à démontrer que leurs tempéraments ne sont pas si opposés. Sous la glace du suédois couve le même volcan que chez l’américain, mais lui a appris à se contenir alors que l’autre a marqué les esprits avec ses colères épiques adressées au public et aux arbitres, entre autres cibles. Sverrir Gudnason ressemble comme un jumeau à Borg, Shia LaBeouf est comme un double de Mc Enroe plus par son caractère ombrageux dans la vie que par ses traits. En prenant le temps de montrer sur la longueur le duel historique en cinq sets et plus d’une demi-douzaine de balles de matchs, le réalisateur nous en fait ressentir les enjeux humains autant que la dimension sportive. Un document éclairant, malgré les libertés, apparemment prises, sur cette rivalité inoubliable pour ceux qui ont vécu cette période.
Carbone Arnaque à la TVA Patron d’une entreprise de transports héritée de son père, Antoine Roca doit déposer le bilan à cause d’un arriéré de TVA. Son comptable et ami Laurent lui fait remarquer que s’il revend son excédent de taxe carbone, il pourra recouvrer une partie de ses dettes. Aidé de deux copains de poker et de leur mère (jouée par la chanteuse Dani, prodigieuse), il se lance dans une aventure supposée sans armes, ni haine, ni violence mais qui vire au grand banditisme. Olivier Marchal s’approprie très librement un faits divers réel (près de dix milliards d’euros furent détournés sur toute l’Europe en 2007) avec son complice de Truands, Benoît Magimel, cerveau de cette fraude monumentale. Le tempérament dramatique de Michaël Youn explose ici, non pas à renfort d’effets mais par le minimalisme de son jeu. Diplômé en économie, il facilite la compréhension de la carambouille par sa maîtrise du jargon financier. Révélé dans Comment c’est loin de son complice rappeur Orelsan, Gringe est lui aussi une révélation en frère aîné dépassé par l’ivresse de l’argent facile. S’il ne possède pas la force du modèle assumé A Most violent year, ce film noir aux accents de tragédie familiale est solidement réalisé. Jalouse Sa fille est plus jolie qu’elle… La fille de Nathalie, professeure de lettres divorcée, fête ses 18 ans. Son ex-mari et sa nouvelle compagne affichent leur bonheur pour la soirée d’anniversaire. Sa meilleure amie la soutient dans ce difficile passage, on lui présente un soupirant parfait et une jeune enseignante arrive dans son lycée. Mais rien ne parvient à atténuer sa jalousie de tous les instants et son comportement devient erratique. Les frères David et Stéphane Foenkinos (La Délicatesse) mettent en scène Karin Viard dans le rôle guère flatteur mais complexe d’une femme de plus en plus agressive avec son entourage privé comme professionnel. Sa fille, qui prépare un concours de danse classique, est la première (mais pas la dernière) à en faire les frais. Cette chronique au ton léger mais aux connotations dramatiques, sur la dépression inexorable d’une quadragénaire confrontée à son âge, accumule à l’excès les situations hostiles mais touche souvent juste. Les seconds rôles bien choisis (Anne Dorval, Anaïs Demoustier ou l’amusante Marie- Julie Baup) atténuent le côté caricatural de certains personnages comme l’amie trompée, la rivale au travail ou sa remplaçante auprès de son ancien compagnon. Lion édition française - N°706//.97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 706 décembre 2017 Page 1Lion numéro 706 décembre 2017 Page 2-3Lion numéro 706 décembre 2017 Page 4-5Lion numéro 706 décembre 2017 Page 6-7Lion numéro 706 décembre 2017 Page 8-9Lion numéro 706 décembre 2017 Page 10-11Lion numéro 706 décembre 2017 Page 12-13Lion numéro 706 décembre 2017 Page 14-15Lion numéro 706 décembre 2017 Page 16-17Lion numéro 706 décembre 2017 Page 18-19Lion numéro 706 décembre 2017 Page 20-21Lion numéro 706 décembre 2017 Page 22-23Lion numéro 706 décembre 2017 Page 24-25Lion numéro 706 décembre 2017 Page 26-27Lion numéro 706 décembre 2017 Page 28-29Lion numéro 706 décembre 2017 Page 30-31Lion numéro 706 décembre 2017 Page 32-33Lion numéro 706 décembre 2017 Page 34-35Lion numéro 706 décembre 2017 Page 36-37Lion numéro 706 décembre 2017 Page 38-39Lion numéro 706 décembre 2017 Page 40-41Lion numéro 706 décembre 2017 Page 42-43Lion numéro 706 décembre 2017 Page 44-45Lion numéro 706 décembre 2017 Page 46-47Lion numéro 706 décembre 2017 Page 48-49Lion numéro 706 décembre 2017 Page 50-51Lion numéro 706 décembre 2017 Page 52-53Lion numéro 706 décembre 2017 Page 54-55Lion numéro 706 décembre 2017 Page 56-57Lion numéro 706 décembre 2017 Page 58-59Lion numéro 706 décembre 2017 Page 60-61Lion numéro 706 décembre 2017 Page 62-63Lion numéro 706 décembre 2017 Page 64-65Lion numéro 706 décembre 2017 Page 66-67Lion numéro 706 décembre 2017 Page 68-69Lion numéro 706 décembre 2017 Page 70-71Lion numéro 706 décembre 2017 Page 72-73Lion numéro 706 décembre 2017 Page 74-75Lion numéro 706 décembre 2017 Page 76-77Lion numéro 706 décembre 2017 Page 78-79Lion numéro 706 décembre 2017 Page 80-81Lion numéro 706 décembre 2017 Page 82-83Lion numéro 706 décembre 2017 Page 84-85Lion numéro 706 décembre 2017 Page 86-87Lion numéro 706 décembre 2017 Page 88-89Lion numéro 706 décembre 2017 Page 90-91Lion numéro 706 décembre 2017 Page 92-93Lion numéro 706 décembre 2017 Page 94-95Lion numéro 706 décembre 2017 Page 96-97Lion numéro 706 décembre 2017 Page 98-99Lion numéro 706 décembre 2017 Page 100