Lion n°705 novembre 2017
Lion n°705 novembre 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°705 de novembre 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : Zazie, marraine du 31e Téléthon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 88 - 89  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
88 89
Art de vivre - Gastronomie ajoutant au gourmand. Pour encore plus de saveurs, la demi-aubergine bio grillée au miso doux. L’accord franco-nippon Version moderne et raffinée des traditionnels Izakayas, ces bars où les Japonais se rendent après le travail pour tester bières et sakés, AO sert selon l’usage, ses assiettes de tapas japonaises à partager, sushis et Bento cuisinés par le Chef Yasuo Nanaumi avec les meilleurs produits français. Au comptoir, celui que l’on connut en chef franco-nippon au Moulin de Mougins, à la Maison d’Amérique latine, chez Lucas Carton aussi, fait confiance aux meilleures références, viande de la maison Metzger, saumon label Rouge, légumes bio – et importe le reste des ingrédients du Japon, épices et alcools en premier. Dans le sillage d’Hippopotamus, mais avec un discours plus professionnel de La Boucherie, la bien nommée Boucherie arrive en région parisienne en commençant par Villepinte..88//Lion édition française - N°705 Et le goût des Sakés. À la carte d’AO, une dizaine de variétés de saké à déguster avant, pendant et après le repas. Originalité de la maison, le Saké pétillant Mio est fabriqué dans le style brasserie traditionnelle avec du riz, de l’eau et du Koji, un champignon microscopique obtenu par la fermentation du riz avec une bactérie appelée Aspergillus oriza. Catégorie Premium, le Shirakabegura Junmai Daiginjo fait d’abord parler sa bouteille, l’une des plus jolies de la sélection. À la dégustation, conseillée avec viande et poisson, une complexité aromatique autour du melon, de la prune et de la pomme offre une longueur en bouche exceptionnelle. Et c’est une belle surprise que l’une de ses adresses récemment découverte dans le parc des expositions de Villepinte au nord de Paris. Flash-back. Créateur du concept es restaurants de viande, Hippopotamus voit le jour juste après mai 1968. Son fondateur, Christian Guignard, s’est inspiré d’un concept découvert lors d’un voyage à San Francisco, une déco style US, une Shochu, kezako ? Le saké, comme le Shochu sont toutes les deux des boissons alcoolisées traditionnelles japonaises. À la différence du saké, le Shochu, proposé chez AO en trois variétés peut être élaboré à partir de patate douce, d’orge, de riz, de sarrasin, parfois de châtaigne, de shiso aussi, chaque ingrédient apportant son propre bouquet aromatique. Si le saké est une liqueur de riz fermenté, le Shochu est obtenu par distillation d’un moût fermenté comme la vodka, le whisky ou le cognac. Le Shochu est généralement plus alcoolisé que le saké, entre 20 et 45%, permettant des dégustations on the rocks ou en long drink. a À table avec nos bouchers « Lonjourbem * » Décor de boucherie traditionnelle orné de faïence, stores rayés rouges et blancs, garçons en tenue de boucher, voilà ce qui construit l’identité des restaurants La Boucherie. cuisine toute en simplicité et en générosité. Le premier restaurant ouvre ses portes avenue Franklin Roosevelt à Paris, reprenant le nom et le symbole de son modèle américain. Ce sont les prémices en France d’un nouveau concept, le restaurant de viande et sa déclinaison en chaîne. Parmi les ingrédients de son succès, le service en continu et ses horaires tardifs. Réussite commerciale immé-
Présentée dans une vaisselle créative et artisanale, la cuisine du chef fait défiler des entrées aux déclinaisons de thon et légumes marinés, peut poursuivre avec un foie gras, sésame et sauce Kabocha, potiron japonais, des crevettes tempura parfumées à la betterave rouge ou une canette sauce Miso. diate, l’enseigne s’agrandit au fil des années et rejoint en 1992 le Groupe Flo. Créé par un boucher de métier, le groupe La Boucherie se développe en franchise depuis 1996. Après l’ouverture de quelques restaurants, le groupe se structure afin de se déployer à plus grande échelle en franchise. C’est en 1997, que le tout premier restaurant franchisé ouvre ses portes. Puis le développement continue à l’étranger, avec une adresse en Suisse et une autre en Thaïlande à la fin des années 90. La vache rouge et blanche étend petit à petit son territoire avec 50 établissements en 2006, puis accélère la cadence en 2009. L’objectif des 100 établissements La Boucherie est atteint mi 2013 et la prévision de 150 restaurants devrait être atteinte. La Boucherie se positionne comme le quatrième acteur du segment Viande en France. Avec près de 2 000 collaborateurs sous enseigne qui partagent chaque jour la même passion et plus de 4 millions de repas servis en 2013, La Boucherie reste l’un des derniers grands groupes de restauration indépendants. Entrer dans un restaurant La Boucherie, c’est pénétrer dans un univers chaleureux et convivial. Le décor est tout de suite planté, alliance de boiseries et de faïence, plaques de concours bovin, tout est fait pour rappeler les anciennes boucheries des Halles. Accueilli en Louchebem* par des garçons en tenue de boucher, la carte en cuir vient parfaire le décor. Le maîtremot de La Boucherie pour servir les nombreux plats proposés à la carte, qui varient en fonction des saisons. La Boucherie sélectionne avec soin chaque morceau de viande pour son goût et sa tendreté. Les mordus de viande se régaleront de tendres pièces du boucher, allant de la traditionnelle entrecôte à l’incontournable tartare. Ils pourront également découvrir des morceaux dits « oubliés » comme l’araignée, car le groupe n’a pas hésité à remettre à table ce morceau entièrement dénervé à la main selon un savoir-faire et des techniques bien spécifiques. Pour garantir saveur et flaveur, l’atelier de découpe travaille des vaches adultes dont la couverture de gras est qualifiée de « finie ». Sur ce, tout le monde est le bienvenu chez Hippopotamus. 2017, la saga continue. Depuis l’été, le quartier parisien de l’Opéra accueille le troisième restaurant du nouveau concept Hippopotamus. Après Paris Bastille et Villenave d’Ornon dans la région bordelaise, c’est au cœur de l’arrondissement du Palais Garnier que l’enseigne a choisi de poursuivre son déploiement. Au programme, décoration et carte revisitées, reprenant les codes des nouvelles tendances. Bon appétit. * « Bonjour » en Louchebem, le langage des bouchers. Lion édition française - N°705//.89



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 705 novembre 2017 Page 1Lion numéro 705 novembre 2017 Page 2-3Lion numéro 705 novembre 2017 Page 4-5Lion numéro 705 novembre 2017 Page 6-7Lion numéro 705 novembre 2017 Page 8-9Lion numéro 705 novembre 2017 Page 10-11Lion numéro 705 novembre 2017 Page 12-13Lion numéro 705 novembre 2017 Page 14-15Lion numéro 705 novembre 2017 Page 16-17Lion numéro 705 novembre 2017 Page 18-19Lion numéro 705 novembre 2017 Page 20-21Lion numéro 705 novembre 2017 Page 22-23Lion numéro 705 novembre 2017 Page 24-25Lion numéro 705 novembre 2017 Page 26-27Lion numéro 705 novembre 2017 Page 28-29Lion numéro 705 novembre 2017 Page 30-31Lion numéro 705 novembre 2017 Page 32-33Lion numéro 705 novembre 2017 Page 34-35Lion numéro 705 novembre 2017 Page 36-37Lion numéro 705 novembre 2017 Page 38-39Lion numéro 705 novembre 2017 Page 40-41Lion numéro 705 novembre 2017 Page 42-43Lion numéro 705 novembre 2017 Page 44-45Lion numéro 705 novembre 2017 Page 46-47Lion numéro 705 novembre 2017 Page 48-49Lion numéro 705 novembre 2017 Page 50-51Lion numéro 705 novembre 2017 Page 52-53Lion numéro 705 novembre 2017 Page 54-55Lion numéro 705 novembre 2017 Page 56-57Lion numéro 705 novembre 2017 Page 58-59Lion numéro 705 novembre 2017 Page 60-61Lion numéro 705 novembre 2017 Page 62-63Lion numéro 705 novembre 2017 Page 64-65Lion numéro 705 novembre 2017 Page 66-67Lion numéro 705 novembre 2017 Page 68-69Lion numéro 705 novembre 2017 Page 70-71Lion numéro 705 novembre 2017 Page 72-73Lion numéro 705 novembre 2017 Page 74-75Lion numéro 705 novembre 2017 Page 76-77Lion numéro 705 novembre 2017 Page 78-79Lion numéro 705 novembre 2017 Page 80-81Lion numéro 705 novembre 2017 Page 82-83Lion numéro 705 novembre 2017 Page 84-85Lion numéro 705 novembre 2017 Page 86-87Lion numéro 705 novembre 2017 Page 88-89Lion numéro 705 novembre 2017 Page 90-91Lion numéro 705 novembre 2017 Page 92-93Lion numéro 705 novembre 2017 Page 94-95Lion numéro 705 novembre 2017 Page 96-97Lion numéro 705 novembre 2017 Page 98-99Lion numéro 705 novembre 2017 Page 100