Lion n°700 mai 2017
Lion n°700 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°700 de mai 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : merci beaucoup !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
Passion - Souliers Son évolution en fonction du statut social Les Grecs inventèrent le cothurne, sandale à haut talon, que Sophocle imagina pour donner à ses acteurs plus de taille et de majesté. Les péribarides ne chaussaient que les dames nobles ; les garbatines désignaient les souliers de paysans et les embades, ceux des comédiens. Sous les Romains, la solea, la crepida, la gallica, le sandalium n’étaient que .76//Lion édition française - N°700 Une histoire de chaussure des sandales attachées par des courroies. Le mulleus, de cuir rouge, chaussait les patriciens, les sénateurs et les édiles. Les courtisanes se l’approprièrent et l’empereur Aurélien rendit un édit qui en prohibait l’usage aux hommes ! Mais comme toutes les femmes s’enhardirent à porter ce soulier rouge, l’empereur les imita  : ainsi naquit une tradition impériale qui devint tradition papale. par Rosine Lagier Elle remonte à la naissance de l’homme qui éprouva vite le besoin de protéger son pied du contact accidenté des sols. La chaussure fut d’écorce de bois, en joncs, en peau de mouton, d’étoffes, de cuir bouilli... La plus vieille chaussure retrouvée date de 5 500 ans avant notre ère. Selon le moine de Saint-Gall, « les premiers Français avaient des chaussures dorées par dehors et ornées de courroies et de lanières longues de trois coudées. Telle était la chaussure de Charlemagne. » A partir du XII e siècle, le mot « courdouinier » (cordonnier) naquit pour désigner celui qui travaillait le cordouan ou cuir de Cordoue - peau de mouton ou chèvre - puis toute sorte de cuir.
Au Moyen Âge, les chaussures coûtaient fort cher et on les vit figurer dans les testaments ou dans les dons aux monastères. « Vivre sur un grand pied »  : c’est de la poulaine que vient l’expression. Geoffroy Plantagenêt était un gentilhomme des mieux tournés mais l’un de ses pieds se terminant par une excroissance de chair, il se fit confectionner des souliers spéciaux qui, en dépit de leur bizarrerie, furent immédiatement adoptés par les élégants et les femmes. À la ville comme à la Cour, tout le monde utilisa la pigace appelée plus tard poulaine. Tandis que les bourgeois se contentaient d’une poulaine de six pouces, celle des seigneurs dépassait les deux pieds de long ! Selon Monstrelet, elle atteignit un quartier (52 cm) et l’on attacha parfois le bout par une chaîne aux genoux. On trouva même la version militaire dans les armures ! Le pape Urbain V la condamna et le roi Charles V en interdit l’usage en octobre 1368. Rien n’y fit. Moquée par les poètes, condamnée par les évêques, interdite par les rois, excommuniée par les conciles et les bulles papales, la poulaine régna pendant quatre siècles ! Quand la chaussure devint écrin ! Au XV e siècle, la chaussure en cuir supplanta la chaussure en bois, les sabots et les galoches, et se répandit dans le peuple. Sous Louis XI, on porta des chaussures à bouts carrés, le soulier crapaud  : « on élargit tant les bouts qu’on en fit de vraies pelles » comme on peut le voir sur des portraits de Charles VIII, de Louis XII, des Valois. Sous Charles IX, la mode voulut que « le soulier variât avec l’habit. Le roi, en 1572, en acheta dix paires en maroquin blanc, six paires de gris, six paires de noir, de bleu, de vert, de rouge. » Puis on ne mit plus la même couleur aux deux pieds... puis « une mode stupide voulut que la chaussure fût trop petite pour le pied. » De Venise, nous vint la chopine dite Créations Charles Jourdan années 1975-1980. Lion édition française - N°700//.77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 700 mai 2017 Page 1Lion numéro 700 mai 2017 Page 2-3Lion numéro 700 mai 2017 Page 4-5Lion numéro 700 mai 2017 Page 6-7Lion numéro 700 mai 2017 Page 8-9Lion numéro 700 mai 2017 Page 10-11Lion numéro 700 mai 2017 Page 12-13Lion numéro 700 mai 2017 Page 14-15Lion numéro 700 mai 2017 Page 16-17Lion numéro 700 mai 2017 Page 18-19Lion numéro 700 mai 2017 Page 20-21Lion numéro 700 mai 2017 Page 22-23Lion numéro 700 mai 2017 Page 24-25Lion numéro 700 mai 2017 Page 26-27Lion numéro 700 mai 2017 Page 28-29Lion numéro 700 mai 2017 Page 30-31Lion numéro 700 mai 2017 Page 32-33Lion numéro 700 mai 2017 Page 34-35Lion numéro 700 mai 2017 Page 36-37Lion numéro 700 mai 2017 Page 38-39Lion numéro 700 mai 2017 Page 40-41Lion numéro 700 mai 2017 Page 42-43Lion numéro 700 mai 2017 Page 44-45Lion numéro 700 mai 2017 Page 46-47Lion numéro 700 mai 2017 Page 48-49Lion numéro 700 mai 2017 Page 50-51Lion numéro 700 mai 2017 Page 52-53Lion numéro 700 mai 2017 Page 54-55Lion numéro 700 mai 2017 Page 56-57Lion numéro 700 mai 2017 Page 58-59Lion numéro 700 mai 2017 Page 60-61Lion numéro 700 mai 2017 Page 62-63Lion numéro 700 mai 2017 Page 64-65Lion numéro 700 mai 2017 Page 66-67Lion numéro 700 mai 2017 Page 68-69Lion numéro 700 mai 2017 Page 70-71Lion numéro 700 mai 2017 Page 72-73Lion numéro 700 mai 2017 Page 74-75Lion numéro 700 mai 2017 Page 76-77Lion numéro 700 mai 2017 Page 78-79Lion numéro 700 mai 2017 Page 80-81Lion numéro 700 mai 2017 Page 82-83Lion numéro 700 mai 2017 Page 84-85Lion numéro 700 mai 2017 Page 86-87Lion numéro 700 mai 2017 Page 88-89Lion numéro 700 mai 2017 Page 90-91Lion numéro 700 mai 2017 Page 92-93Lion numéro 700 mai 2017 Page 94-95Lion numéro 700 mai 2017 Page 96-97Lion numéro 700 mai 2017 Page 98-99Lion numéro 700 mai 2017 Page 100