Lion n°700 mai 2017
Lion n°700 mai 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°700 de mai 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : merci beaucoup !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
Vie culturelle - Jazz 7.33 To Bayonne Jérôme Etcheberry, Michel Pastre, Louis Mazetier Jazz aux Remparts JAR 64024 Si on vous demande d’identifier les tout meilleurs jazzmen français en matière de trompette, de saxophone-ténor et de piano, il y toutes les chances que ces noms-là vous viennent à l’esprit, et c’est une très bonne idée de l’organisation bayonnaise Jazz aux Remparts et de son producteur exécutif Dominique Burucoa de les avoir réunis tous les trois, et sans personne d’autre, même (surtout ?) si cette formule orchestrale sort complètement des sentiers battus. Il faut dire que Louis Mazetier, en bon spécialiste du piano « stride », possède une main gauche d’une puissance et d’une richesse qui rend inutile la présence d’une contrebasse, pour cause de double emploi  : il est une rythmique à lui tout seul, à l’instar de son lointain ancêtre en la matière, Willie « The Lion » Smith, dont l’orchestre régulier, justement, ne comportait pas de bassiste. Aussi bien soutenus, les deux souffleurs peuvent exprimer toutes leurs qualités, et cet album est un régal d’un bout à l’autre, et ce en toute unité de style. Musicalement, ces.74//Lion édition française - N°700 par Laurent Verdeaux trois protagonistes ont parfaitement acquis les « fondamentaux » de la musique noire américaine et, pour qui les a vu débuter et devenir ce qu’ils sont maintenant, ce qui est mon cas, le moins que l’on puisse dire est qu’ils ont bien profité et fait profiter leur public ! Je ne vais pas vous faire coup de la dissection musicale chère à certains amateurs de jazz qui, au lieu de savourer un bon moment, recherchent à tout instant à quel grand nom on doit référencer tel ou tel trait du musicien en train d’improviser. Évidemment, Michel Pastre fera fugitivement penser à Coleman Hawkins ou Guy Lafitte et Jérôme Etcheberry à Buck Clayton ou à Rex Stewart, mais ils font surtout du Pastre et de l’Etcheberry - et Mazetier, du Mazetier - dans l’esprit et la grande tradition d’une musique venue d’ailleurs et qui est devenue à la fois leur langue musicale d’adoption, leur moteur et leur carburant. Alors, profitez ! Profitez de ce recueil très bien enregistré, qui s’ouvre sur une idée du trompettiste, thème-riff baptisé selon l’horaire du train qui l’a amené au studio (!) , se poursuit par un superbe blues composé par le saxophoniste et se termine par un troisième morceau original dû au pianiste, venant conclure un itinéraire allant de la ballade inspirée au standard endiablé et passant par moult péripéties aussi passionnantes à découvrir les unes que les autres.
L'AVENTURE DU JAZZ L’aventure du Jazz Vol. 1 & 2 La musique du film de Louis Panassié, 1969-1972 Frémeaux & Associés FA 5666 La maison Frémeaux, très prisée des amateurs de monuments historiques audiovisuels et qui entretient entre autres une sorte de passion pour le jazz, vient de s’attaquer aux enregistrements publiés dans les années soixante-dix sous le label Jazz Odyssey. Elle commence par le commencement, avec ce coffret de deux CD consacrés à la bande sonore du fameux film L’Aventure du Jazz… et me voilà d’autant plus comblé d’aise que j’ai été aux premières loges dans toute cette aventure – car ç’en a été une – et que certains épisodes en ont été tellement intenses que, quand j’y repense, c’est comme si c’était hier  : même si, dans l’esprit de ses deux initiateurs, Panassié père et Panassié fils, le titre L’Aventure du Jazz renvoyait à l’incroyable « aventure » que le jazz a représenté pour l’histoire de la musique, la formule prend un tout autre sens pour ceux qui y ont mouillé leur maillot et parfois risqué leur peau, sous l’impulsion et les pulsions d’un ancien commando au comportement parfois délirant et sous l’autorité lointaine d’un musicologue éclairé (1). Le film L’Aventure du Jazz fut en effet une œuvre bicéphale  : sans bouger de son bureau montalbanais de président-fondateur du Hot-Club de France et de rédacteur-en-chef de la revue qui allait avec, Panassié père (Hugues), découvreur et propagateur de la musique de jazz dès la fin des années vingt, avait dressé la feuille de route de Panassié fils (Louis), cinéaste de son état et autant aventurier globe-trotter que son père était résolument sédentaire. Le plan de travail fut réalisé dans le détail au cours de quatre campagnes de tournage échelonnées entre 1969 et 1972, aux U.S.A. (et parfois complétées en France), à l’occasion desquelles nombre de grandes figures furent filmées, en action et parfois en interview. Une telle entreprise demandait du budget, mais celui consacré aux artistes ne pesa pas bien lourd  : la popularité de Panassié père dans le milieu des musiciens noirs américains était telle qu’ils tournèrent en toute amitié, pour rien ou pour pas grand-chose, selon une convention excluant toute utilisation commerciale d’un film ne pouvant être projeté que présenté par son auteur. C’est pourquoi cette merveille de cinéma, car c’en est une, est – et restera sans doute longtemps – introuvable en DVD. Elle commence même à devenir mythique, et c’est aussi pourquoi, si vous avez vent d’une projection de L’Aventure du Jazz, mon conseil est de vous y précipiter, surtout qu’il s’agit d’une œuvre réalisée pour le grand écran, sans aucune scène de concert filmé et riche en images magnifiques – car on a ici affaire à un grand cinéaste, et même à trois, car les seconds cameramen, Pierre Baulig et Guy Thomas, n’étaient pas non plus les premiers venus. Heureusement, les conditions étaient moins strictes pour l’exploitation de la bande-son, ce qui en a permis la publication en des temps vinyliques, puis maintenant en numérique. La richesse de cette bande-son vient naturellement des musiciens qui s’y illustrent, mais permet aussi d’apprécier le talent de Hugues Panassié pour le casting musical. Car, non seulement il avait indiqué à son fils qui il fallait filmer, mais aussi ce qu’il fallait lui faire jouer et avec qui, sans parler des petites et grandes manies à prendre en compte et des gaffes à éviter ! C’est ainsi que, supérieurement briefé, tombé au bon endroit et au bon moment (on serait même tenté de parler du dernier bon moment possible), Louis Panassié, cinéaste venu de France, fut l’auteur du film que les Américains n’ont jamais été capables de réaliser sur leur propre musique (et maintenant, c’est trop tard). Il serait fastidieux d’énumérer tout le beau monde qui se presse le long de ces deux heures de musique bourrées de swing et d’émotion  : on y compte une bonne trentaine de stars du jazz, du blues et du gospel, et même une ouverture de quelques minutes sur le climat torride régnant dans l’église d’un faubourg perdu de Philadelphie… c’est un vrai festival qui se cache dans ces deux indispensables galettes ! Pour plus de détails sur cette épopée, voir le livre Jazz-jazz, par Laurent Verdeaux, éditions Max-Milo, 2002. Lion édition française - N°700//.75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 700 mai 2017 Page 1Lion numéro 700 mai 2017 Page 2-3Lion numéro 700 mai 2017 Page 4-5Lion numéro 700 mai 2017 Page 6-7Lion numéro 700 mai 2017 Page 8-9Lion numéro 700 mai 2017 Page 10-11Lion numéro 700 mai 2017 Page 12-13Lion numéro 700 mai 2017 Page 14-15Lion numéro 700 mai 2017 Page 16-17Lion numéro 700 mai 2017 Page 18-19Lion numéro 700 mai 2017 Page 20-21Lion numéro 700 mai 2017 Page 22-23Lion numéro 700 mai 2017 Page 24-25Lion numéro 700 mai 2017 Page 26-27Lion numéro 700 mai 2017 Page 28-29Lion numéro 700 mai 2017 Page 30-31Lion numéro 700 mai 2017 Page 32-33Lion numéro 700 mai 2017 Page 34-35Lion numéro 700 mai 2017 Page 36-37Lion numéro 700 mai 2017 Page 38-39Lion numéro 700 mai 2017 Page 40-41Lion numéro 700 mai 2017 Page 42-43Lion numéro 700 mai 2017 Page 44-45Lion numéro 700 mai 2017 Page 46-47Lion numéro 700 mai 2017 Page 48-49Lion numéro 700 mai 2017 Page 50-51Lion numéro 700 mai 2017 Page 52-53Lion numéro 700 mai 2017 Page 54-55Lion numéro 700 mai 2017 Page 56-57Lion numéro 700 mai 2017 Page 58-59Lion numéro 700 mai 2017 Page 60-61Lion numéro 700 mai 2017 Page 62-63Lion numéro 700 mai 2017 Page 64-65Lion numéro 700 mai 2017 Page 66-67Lion numéro 700 mai 2017 Page 68-69Lion numéro 700 mai 2017 Page 70-71Lion numéro 700 mai 2017 Page 72-73Lion numéro 700 mai 2017 Page 74-75Lion numéro 700 mai 2017 Page 76-77Lion numéro 700 mai 2017 Page 78-79Lion numéro 700 mai 2017 Page 80-81Lion numéro 700 mai 2017 Page 82-83Lion numéro 700 mai 2017 Page 84-85Lion numéro 700 mai 2017 Page 86-87Lion numéro 700 mai 2017 Page 88-89Lion numéro 700 mai 2017 Page 90-91Lion numéro 700 mai 2017 Page 92-93Lion numéro 700 mai 2017 Page 94-95Lion numéro 700 mai 2017 Page 96-97Lion numéro 700 mai 2017 Page 98-99Lion numéro 700 mai 2017 Page 100