Lion n°699 avril 2017
Lion n°699 avril 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°699 de avril 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : les Lions, à l'assaut des médias !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
Vie culturelle - Patrimoine Vie culturelle - Patrimoine.72//Lion édition française - N°699 Jacques Pecnard Sa carrière commence de bonne heure  : dès l’âge de 13 ans, après le certificat d’études, il fait un court séjour à l’École Estienne avant de gagner l’École des Arts Appliqués quelques temps plus tard. Il y passera quatre ans. En 1940, à 18 ans, échappant de justesse au STO, il entame une carrière d’illustrateur de presse dans la clandestinité ! Jusqu’en 1970, France-Soir, Elle, Femina, les éditions Hachette, Flammarion et d’autres, comme Le Seuil ou encore Albin Michel, font appel à son imagination pour illustrer leurs ouvrages. Déjà en 1967 il avait exposé pour la première fois à la Galerie Jean Giraudoux ses créations si diverses  : pastels, gravures, huiles, dessins, ainsi que 12 eauxfortes pour illustrer le Grand Meaulnes d’Alain Fournier. Dans les années 69/70 le voilà en Allemagne avec Ulysse, par Jean-Claude Chalençon Le 16 juin 2012, disparaissait un immense artiste, Jacques Pecnard. Immense par l’étendue de son talent, la variété de ses techniques, la profusion de ses œuvres. une série de lithographies originales chez Biblio Verlag. Il n’est alors pas étonnant qu’il décroche l’année suivante le grand prix des Illustrateurs de Presse pour les Amours célèbres parus dans France-Soir… Mais ce n’est qu’un début. Dès cette période il ajoute la peinture à ses techniques qui comprennent déjà la pointe sèche, l’aquateinte, la lithographie. Les
éditeurs de « beaux livres » font appel à lui pour illustrer des ouvrages destinés aux bibliophiles. On trouve aujourd’hui la copie de ces nombreuses réalisations à la Bibliothèque nationale. Parmi ces trésors figurent des œuvres littéraires comme par exemple Le Crime de Sylvestre Bonnard d’Anatole France, David Copperfield de Dickens, ou encore le Don Quichotte de Cervantès, et même un opéra, La Esméralda, sur un livret de Victor Hugo. Les poésies de Léo Ferré voisinent avec le roman de Lamartine, Graziella. Plus de 170 documents, comportant des estampes et des lithographies, ménageant une large place à la beauté du corps de la femme, font également partie des collections de la bibliothèque. Cette dernière lui commande l’affiche de son exposition Le Centenaire du Général de Gaulle dont il avait déjà réalisé plusieurs portraits. Est-ce parce qu’il a été scout dans son adolescence ? Toujours est-il qu’il a également une prédilection pour illustrer les œuvres destinées à la jeunesse. Plus de cent livres seront ainsi décorés par Jacques Pecnard, de la Bibliothèque verte aux Albums roses, de Jules Vernes à la Comtesse de Ségur, tous les classiques de l’enfance lui sont familiers. Entre 1980 et 1988 Jacques Pecnard développe sa période « lithographies » et « pastels » en France et surtout au Japon. Son éditeur à Tokyo lui en commande une soixantaine pour les éditions Utho Worid. Sept expositions auront lieu à Tokyo, Sapporo, Morioka, Kobe, Osaka, Fukuoka, et Miyako. Durant ce séjour des dizaines de portraits seront réalisés à l’huile et en pastels. Puis arrive une troisième période, celle de la peinture, qu’il privilégie de plus en plus. En France, au Japon et également aux États-Unis, il peint des inconnus, mais aussi de nombreuses personnalités  : Maurice Druon, André Frossard, Jean Dutourd, René Huyghe et bien d’autres encore. En 1991, avec cent autres peintres il participe à l’exposition Les Couleurs de la Vie, manifestation itinérante dans toutes les capitales d’Europe pour dénoncer le génocide arménien. C’est au cours de cette même période qu’il va illustrer les poèmes de Léo Ferré. 1994 sera l’année de son triptyque Hommage à la Libération commandé par la ville de Paris ; de Gaulle, Leclerc et Paris libéré y sont à l’honneur. Il rencontre alors Jacques Chirac qui inaugure l’exposition ; quelques années plus tard (1996), il fera deux remarquables portraits de ce dernier. L’un d’eux deviendra la bannière du mouvement Les Amis de Jacques Chirac, animé par Bernard Pons. C’est au cours de cette même année que l’espace Carpeaux à Courbevoie expose une rétrospective de cette œuvre protéiforme. L’année 1999 le voit illustrer un livre de bibliophile sur la vie de la chanteuse Barbara, publié par les Éditions du Rameau d’or, conjointement avec la préparation d’une commande de la mairie de Paris, une vaste toile sur le thème « Paris 2000 ». En 2001, il réalise de nouveaux portraits d’hommes connus, comme Yvon Gattaz, Jean-Jacques Varaut de l’Académie française. Dans une exposition à Bièvres, un portrait de Victor Hugo est très remarqué et rapidement acheté. Encore d’autres portraits d’inconnus cette fois sont réalisés et enfin, au terme de cette année fertile, le Lions club de Courbevoie organise une exposition de groupe au sein de laquelle il se trouve en bonne place. Pour ses 90 ans, Jacques Pecnard nous a quittés le 16 juin 2012. Il aura été un grand artiste et, on le voit à travers cette traversée trop rapide de son parcours, un grand humaniste. Il fait partie des nombreux donateurs qui constituent aujourd’hui le précieux patrimoine du Lions Clubs International auquel il a légué une toile magnifique  : Don Quichotte et Sancho Pansa. Elle nous rappelle le rôle qu’il a joué dans l’illustration du fameux ouvrage de Miguel Cervantès, imprimé pour des bibliophiles. a Lion édition française - N°699//.73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 699 avril 2017 Page 1Lion numéro 699 avril 2017 Page 2-3Lion numéro 699 avril 2017 Page 4-5Lion numéro 699 avril 2017 Page 6-7Lion numéro 699 avril 2017 Page 8-9Lion numéro 699 avril 2017 Page 10-11Lion numéro 699 avril 2017 Page 12-13Lion numéro 699 avril 2017 Page 14-15Lion numéro 699 avril 2017 Page 16-17Lion numéro 699 avril 2017 Page 18-19Lion numéro 699 avril 2017 Page 20-21Lion numéro 699 avril 2017 Page 22-23Lion numéro 699 avril 2017 Page 24-25Lion numéro 699 avril 2017 Page 26-27Lion numéro 699 avril 2017 Page 28-29Lion numéro 699 avril 2017 Page 30-31Lion numéro 699 avril 2017 Page 32-33Lion numéro 699 avril 2017 Page 34-35Lion numéro 699 avril 2017 Page 36-37Lion numéro 699 avril 2017 Page 38-39Lion numéro 699 avril 2017 Page 40-41Lion numéro 699 avril 2017 Page 42-43Lion numéro 699 avril 2017 Page 44-45Lion numéro 699 avril 2017 Page 46-47Lion numéro 699 avril 2017 Page 48-49Lion numéro 699 avril 2017 Page 50-51Lion numéro 699 avril 2017 Page 52-53Lion numéro 699 avril 2017 Page 54-55Lion numéro 699 avril 2017 Page 56-57Lion numéro 699 avril 2017 Page 58-59Lion numéro 699 avril 2017 Page 60-61Lion numéro 699 avril 2017 Page 62-63Lion numéro 699 avril 2017 Page 64-65Lion numéro 699 avril 2017 Page 66-67Lion numéro 699 avril 2017 Page 68-69Lion numéro 699 avril 2017 Page 70-71Lion numéro 699 avril 2017 Page 72-73Lion numéro 699 avril 2017 Page 74-75Lion numéro 699 avril 2017 Page 76-77Lion numéro 699 avril 2017 Page 78-79Lion numéro 699 avril 2017 Page 80-81Lion numéro 699 avril 2017 Page 82-83Lion numéro 699 avril 2017 Page 84-85Lion numéro 699 avril 2017 Page 86-87Lion numéro 699 avril 2017 Page 88-89Lion numéro 699 avril 2017 Page 90-91Lion numéro 699 avril 2017 Page 92-93Lion numéro 699 avril 2017 Page 94-95Lion numéro 699 avril 2017 Page 96-97Lion numéro 699 avril 2017 Page 98-99Lion numéro 699 avril 2017 Page 100