Lion n°699 avril 2017
Lion n°699 avril 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°699 de avril 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : les Lions, à l'assaut des médias !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
Vie culturelle - Livres La sélection cinéma Aurore Un nouveau Léon Morin prêtre Séparée, Aurore se retrouve à un tournant de sa vie. Marina, sa fille aînée, lui annonce être enceinte, Lucie, la cadette, vit sa première histoire d’amour et elle-même est en pleine ménopause. Elle retrouve par hasard Totoche, son amour d’enfance, qu’elle avait quitté pour celui qui fut entre temps son mari. Agnès Jaoui incarne avec séduction, émotion et chaleur cette femme bouleversée par les bouleversements de son corps et le départ annoncé de ses filles. Une comédie sur la difficulté de vieillir sans renoncer à sa personnalité, marquée par des personnages attachants et des scènes tendres et drôles, dont un moment cocasse et gênant dans un restaurant avec des serveurs chanteurs qui rendent compliquées les discussions intimes. À travers divers âges et représentations de la femme, la réalisatrice Blandine Lenoir signe un film aux revendications féministes assumées. En abordant notamment la question de la souffrance au travail, en dénonçant les actes misogynes au quotidien et en portant un regard nuancé sur les tracas de l’amour, elle tisse un portrait bienveillant de la féminité aujourd’hui. Thibault de Montalembert est l’attachant amour de jeunesse qui peine à dépasser la douleur du passé..66//Lion édition française - N°699 par Pascal Le Duff Gold Un bon filon 1981. Kenneth Wells hérite de la compagnie de prospection minière de son père. Quelques années plus tard, l’entreprise est au bord de la faillite et il accumule les plans foireux pour se maintenir à flot. Une nuit, il rêve d’une mine dans la forêt vierge indonésienne. Pour la trouver, il fait équipe avec le géologue Mike Acosta, autre aventurier de la ruée vers l’or, au caractère plus posé. Librement inspirée d’un vrai scandale au Canada, cette histoire repose sur l’énergie de Matthew McConaughey dans une prestation outrée mais réjouissante malgré quelques facilités de scénario. Il a pris du poids et arbore une calvitie peu flatteuse pour jouer cet alcoolique invétéré, obstiné par sa quête de réussite et son orgueil démesuré. Le réalisateur Stephen Gaghan dirige une satire des dérives du capitalisme qui repose sur l’apparente mauvaise foi de son protagoniste, lancé dans une quête absurde d’un bon filon pour changer sa vie. Sincère à sa manière, il est inconscient de la réalité des manipulations, dont celles des requins de Wall Street, qui se jouent dans son dos. Deuxième moitié d’un duo dynamique, Édgar Ramírez vole parfois la vedette à son illustre partenaire en discret spéculateur roublard. La Belle et la Bête Une histoire d’amour éternelle... Perdu dans la forêt un soir de tempête, le père de Belle se retrouve dans un château apparemment abandonné. Lorsqu’il voit des roses dans le jardin, il tente d’en couper une pour l’offrir à sa fille adorée. Furieux de ce geste, la Bête, hôte de ces lieux, le jette dans un cachot. Belle se sacrifie et prend sa place... Voici une nouvelle adaptation en prises de vues réelles d’un dessin animé Disney, celle de l’un des derniers grands classiques du studio, sorti en 1992. Emma Watson replonge dans son enfance pour donner vie à cette héroïne qui fut un modèle pour elle lorsqu’elle était petite. Elle est charmante en héroïne indépendante, exaltée par sa soif de connaissances et se refusant au narcissique Gaston plus attiré par le défi de la séduire que par sa personnalité. Luke Evans apporte un supplément d’âme à ce personnage, méchant digne des films de cape et d’épée, tout comme Kevin Kline enrichit le personnage du père, généralement sans épaisseur. Bill Condon signe un conte de fées charmant et visuellement créatif, un peu trop fidèle à l’original malgré le plaisir de retrouver les musiques et chansons composées par Alan Menken et les objets parlants de la demeure de la Bête.
Pris de court Bijoux en famille Mauvaise surprise pour Nathalie, bijoutière qui découvre que l’emploi qui lui était promis à Paris a été attribué à un autre. Désemparée, sans économie et sans possibilité de revenir en arrière, elle cherche un nouveau travail. En attendant, elle cache la vérité à ses enfants pour ne pas les inquiéter. Ce petit mensonge bien intentionné aura de lourdes conséquences lorsque son fils aîné s’en rendra compte. Virginie Efira est une mère forte qui se bat pour assurer seule le quotidien de sa progéniture après la perte de son mari. Emmanuelle Cuau suit le glissement vers la délinquance d’un adolescent encore sous le choc de la mort de son père, perturbé par les cachotteries de sa mère qu’il ressent comme un manque de confiance. Isolé dans une ville où il n’a pas d’amis, il se lie avec un garçon un peu plus âgé qui travaille pour un caïd local joué par Gilbert Melki. En acceptant de se faire le complice de petits deals, il se retrouve dans une situation inextricable dont seule sa mère pourra le sortir. Évitant l’écueil d’une psychologie trop explicite, la réalisatrice fait aisément comprendre les états d’âme de ses personnages malmenés par les aléas de la vie. The Young Lady Un très mauvais mariage 1865, en Angleterre. Katherine est mariée par sa famille à un homme beaucoup plus âgé qu’elle. Il la néglige tout en lui interdisant de sortir de leur sinistre demeure dans les landes. Pour s’évader de son ennui et d’une extrême solitude, elle se promène dans la bruyère anglaise. Son envie d’envolées romanesques explose avec sa rencontre sensuelle avec un palefrenier entreprenant. Leur relation fusionnelle lui permet de libérer ses frustrations mais les tentatives d’entraver leur union affichée sans retenue déchaîneront les pires instincts en elle. Dans cette adaptation d’un roman russe du milieu du XIX e siècle, Florence Pugh incarne une jeune femme apparemment sage qui va se rebeller viscéralement. Son jeu instinctif passe par ses actions menées avec une ardeur tranquille, avec des regards qui véhiculent une large gamme d’émotions, les dialogues limités au minimum. Malgré un rythme aride, la passion d’abord sourde devient explosive avec les passages à l’acte de plus en plus terrifiants d’une furie déterminée à lutter contre tout frein à sa liberté. Elle entraîne dans une immoralité terrifiante son amant et sa domestique, incapables de résister à son machiavélisme croissant. Lion édition française - N°699//.67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 699 avril 2017 Page 1Lion numéro 699 avril 2017 Page 2-3Lion numéro 699 avril 2017 Page 4-5Lion numéro 699 avril 2017 Page 6-7Lion numéro 699 avril 2017 Page 8-9Lion numéro 699 avril 2017 Page 10-11Lion numéro 699 avril 2017 Page 12-13Lion numéro 699 avril 2017 Page 14-15Lion numéro 699 avril 2017 Page 16-17Lion numéro 699 avril 2017 Page 18-19Lion numéro 699 avril 2017 Page 20-21Lion numéro 699 avril 2017 Page 22-23Lion numéro 699 avril 2017 Page 24-25Lion numéro 699 avril 2017 Page 26-27Lion numéro 699 avril 2017 Page 28-29Lion numéro 699 avril 2017 Page 30-31Lion numéro 699 avril 2017 Page 32-33Lion numéro 699 avril 2017 Page 34-35Lion numéro 699 avril 2017 Page 36-37Lion numéro 699 avril 2017 Page 38-39Lion numéro 699 avril 2017 Page 40-41Lion numéro 699 avril 2017 Page 42-43Lion numéro 699 avril 2017 Page 44-45Lion numéro 699 avril 2017 Page 46-47Lion numéro 699 avril 2017 Page 48-49Lion numéro 699 avril 2017 Page 50-51Lion numéro 699 avril 2017 Page 52-53Lion numéro 699 avril 2017 Page 54-55Lion numéro 699 avril 2017 Page 56-57Lion numéro 699 avril 2017 Page 58-59Lion numéro 699 avril 2017 Page 60-61Lion numéro 699 avril 2017 Page 62-63Lion numéro 699 avril 2017 Page 64-65Lion numéro 699 avril 2017 Page 66-67Lion numéro 699 avril 2017 Page 68-69Lion numéro 699 avril 2017 Page 70-71Lion numéro 699 avril 2017 Page 72-73Lion numéro 699 avril 2017 Page 74-75Lion numéro 699 avril 2017 Page 76-77Lion numéro 699 avril 2017 Page 78-79Lion numéro 699 avril 2017 Page 80-81Lion numéro 699 avril 2017 Page 82-83Lion numéro 699 avril 2017 Page 84-85Lion numéro 699 avril 2017 Page 86-87Lion numéro 699 avril 2017 Page 88-89Lion numéro 699 avril 2017 Page 90-91Lion numéro 699 avril 2017 Page 92-93Lion numéro 699 avril 2017 Page 94-95Lion numéro 699 avril 2017 Page 96-97Lion numéro 699 avril 2017 Page 98-99Lion numéro 699 avril 2017 Page 100