Lion n°698 mars 2017
Lion n°698 mars 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°698 de mars 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : environnement, préservons la planète !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Vie culturelle - Livres La phrase-titre de ce livre est celle que sa mère répétait souvent à l’enfant Philippe Besson qui lui inventait des histoires. Pour la première fois ici, il obéit à sa mère et nous offre une autobiographie sincère. L’homosexualité s’inscrit en filigrane dans son œuvre mais pour la première fois il raconte son premier amour, sa première expérience. En 1984, il a dix sept ans, en terminale du lycée de Barbezieux. Son homosexualité est latente mais certains gestes féminins provoquent la moquerie de ses camarades. Jusqu’au jour où Thomas, qu’il avait déjà remarqué, l’invite à déjeuner et lui dévoile son attirance..50//Lion édition française - N°697 Livres par Pierre Schavey Piiiiippe Besson « Arrête avecies mensonges » Arrête avec tes mensonges Philippe Besson - Julliard C’est le début d’une passion exclusive et de son passage à l’acte. Pendant un an ils la vivront dans une clandestinité obligée. En fin d’année, leurs études les séparent et ils ne se reverront plus. Trente ans plus tard Philippe rencontre par hasard le fils de Thomas qui lui raconte le destin pathétique de son père. Ce récit véridique, qui contient en germes la substance de plusieurs de ses œuvres de fiction, Philippe Besson l’avait en lui et devait certainement et impérieusement l’écrire un jour. Il aurait pu, en changeant les noms et à la troisième personne, en faire un vrai roman. On y retrouve en effet toutes les qualités de son talent  : la façon de structurer un récit, la sensibilité et l’émotion communicatives, l’art de plonger au cœur de ses personnages, la beauté d’une écriture sobre mais envoûtante, la tendresse du regard porté sur l’humanité. Tout ce qui fait de ce livre un (faux) roman bouleversant. Cependant, au nom de l’admiration que je porte aux seize romans précédents, j’ose lui dire « Cher Philippe Besson n’arrêtez pas avec vos histoires » et donnez nous encore beaucoup de La maison Atlantique, L’arrière saison et Les passants de Lisbonne.
ARNALDLIR INDRIDASON IDANS Dans l’ombre Arnaldur Indridason Métailié Arnaldur Indridason, né 1961, est le plus connu des auteurs islandais. Spécialiste du roman noir et policier. Lauréat de nombreux prix, il est traduit dans vingt six pays (16 en France chez Métailié). Les familiers de son œuvre ne retrouveront pas ici son enquêteur habituel Ernaldur mais un jeune inspecteur de la criminelle assisté d’un détaché de la police militaire. La victime est un représentant abattu de deux balles de colt. Nous sommes en 1941, sous l’occupation anglo-américaine. L’enquête, complexe et souvent labyrinthique, met en cause de nombreux personnages plus ou moins liés à l’armée et au monde de l’espionnage pro-allemand. Comme toujours, Indridason tisse la trame de son intrigue policière avec une adresse de virtuose qui plonge souvent le lecteur dans une savoureuse perplexité. Mais au-delà de l’énigme policière son livre nous intéresse et nous fascine par son aspect social et historique. On y rencontre une galerie de personnages remarquablement tracés à la pointe fine, dont les comportements complexes sont joliment analysés. Il décrit, entre autres, le comportement des femmes islandaises et leurs relations avec les militaires étrangers. Il montre comment le contact de la population avec des représentants d’une civilisation différente a modifié leur mentalité. Une belle intrigue policière sur fond de fresque sociologique. Ce volume est le premier d’une trilogie dont le deuxième tome La femme de l’ombre paraîtra en octobre. La chair Rosa Montero Metailié Rosa Montero, par ailleurs journaliste à El Pais, est l’auteur d’une œuvre (romans, récits, essais, nouvelles) souvent primée et très appréciée de la littérature espagnole contemporaine. Soledad, son héroïne, soixante ans, vient d’être quittée par son amant Dario. Pour susciter sa jalousie elle loue les services d’Adam, jeune et séduisant « escort » avec qui elle s’affiche à l’Opéra où Mario se trouve avec sa jeune compagne. Un fait-divers violent survenu à la sortie du théâtre va modifier l’attitude de Soledad vis-àvis d’Adam. Soledad, tout en poursuivant son travail d’organisation d’une exposition d’écrivains maudits, vit avec Adam une relation trouble où se mêlent professionnalisme, sensualité et affectivité. Rosa Montero fait le portrait touchant et pathétique d’une sexagénaire, encore désireuse de séduire, qui accepte mal le conflit entre une sentimentalité intacte et les traces déposées par l’âge sur une chair encore exigeante. La superbe chronique d’un désenchantement annoncé. Simultanément chez Métailié la réédition de La folle du logis (2004). RA.c..1e : Beau:Ib. ». PlacedersVm9m ri Place des Vosges Michel Braudeau Seuil Romancier et critique, Michel Braudeau a publié son premier récit (L’Amazone - Seuil) en 1966. Il a une trentaine d’œuvres à son actif dont Naissance d’une passion (Seuil - Prix Médicis 1985). Dans ce nouveau récit, autobiographique, il se souvient des années 70. Il avait 24 ans et occupait, en colocation avec quelques copains, un appartement dans un hôtel particulier de la prestigieuse place des Vosges. Des années postsoixante-huitardes de libération morale, de convivialité et de bouillonnement intellectuel. On y croise des quantités de gens, à Sciences Po, dans les anciens locaux du Seuil rue Jacob, et dans le monde (Amérique du Sud, États-Unis). On rencontre beaucoup de jolies et accueillantes jeunes filles et des intellectuels qui gravitent autour du Seuil et de Saint-Germaindes-Prés  : Jean Cayrol, Jean- Marc Roberts, Noam Chomski, Philippe Sollers, Jacques Lacan, et Roland Barthes. On y parle de structuralisme et de David Bowie, d’amours éphémères et de Tel Quel. C’est léger souvent, frivole parfois, mais servi par une écriture vive et élégante. Nulle nostalgie sauf au cœur du lecteur qui a connu ces années de retour au réel porteur des séquelles d’utopies obsolètes.. 1,1^« Cap lekalsfaele PATRICK BESSON (4/1511 Cap Kalafatis Patrick Besson Grasset Trente cinquième roman depuis Les petits maux d’amour (Seuil 1974) dont Dara (Seuil 1985 - Grand prix du roman de l’Académie française) et Les Braban (Albin Michel 1995 - Prix Renaudot). Difficile de le résumer sans trahir sa densité et sa fascination. Unité de temps, de lieu et d’action. Pâques 1991. Le cadre  : une plage de l’île grecque de Mykonos. Trois personnages. Thomas vingt-trois ans, étudiant à Sciences Po, en vacances, un couple curieux rencontré sur la plage  : Barbara vingt-trois ans, en rupture d’études et José, son mari, quinquagénaire, riche propriétaire de boutiques de vêtements. Ils passent des heures à parler d’eux-mêmes, d’amour, de vie, de mariage et de mort. Des échanges insolites au cours desquels José propose à Thomas une nuit, mais une seule, avec Barbara. Un jeu pervers où l’on ne sait pas qui manipule qui, qui veut dominer qui, et qui ment et qui est sincère. Avec un art minutieux du dialogue incisif et ambigu, Patrick Besson crée une atmosphère inquiétante et un suspense tenant en haleine son lecteur impatient de connaître l’issue de ce troublant affrontement triangulaire. Un passionnant huis clos en plein air où l’enfer, c’est peut-être les autres. Lion édition française - N°698//.51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 698 mars 2017 Page 1Lion numéro 698 mars 2017 Page 2-3Lion numéro 698 mars 2017 Page 4-5Lion numéro 698 mars 2017 Page 6-7Lion numéro 698 mars 2017 Page 8-9Lion numéro 698 mars 2017 Page 10-11Lion numéro 698 mars 2017 Page 12-13Lion numéro 698 mars 2017 Page 14-15Lion numéro 698 mars 2017 Page 16-17Lion numéro 698 mars 2017 Page 18-19Lion numéro 698 mars 2017 Page 20-21Lion numéro 698 mars 2017 Page 22-23Lion numéro 698 mars 2017 Page 24-25Lion numéro 698 mars 2017 Page 26-27Lion numéro 698 mars 2017 Page 28-29Lion numéro 698 mars 2017 Page 30-31Lion numéro 698 mars 2017 Page 32-33Lion numéro 698 mars 2017 Page 34-35Lion numéro 698 mars 2017 Page 36-37Lion numéro 698 mars 2017 Page 38-39Lion numéro 698 mars 2017 Page 40-41Lion numéro 698 mars 2017 Page 42-43Lion numéro 698 mars 2017 Page 44-45Lion numéro 698 mars 2017 Page 46-47Lion numéro 698 mars 2017 Page 48-49Lion numéro 698 mars 2017 Page 50-51Lion numéro 698 mars 2017 Page 52-53Lion numéro 698 mars 2017 Page 54-55Lion numéro 698 mars 2017 Page 56-57Lion numéro 698 mars 2017 Page 58-59Lion numéro 698 mars 2017 Page 60-61Lion numéro 698 mars 2017 Page 62-63Lion numéro 698 mars 2017 Page 64-65Lion numéro 698 mars 2017 Page 66-67Lion numéro 698 mars 2017 Page 68-69Lion numéro 698 mars 2017 Page 70-71Lion numéro 698 mars 2017 Page 72-73Lion numéro 698 mars 2017 Page 74-75Lion numéro 698 mars 2017 Page 76-77Lion numéro 698 mars 2017 Page 78-79Lion numéro 698 mars 2017 Page 80-81Lion numéro 698 mars 2017 Page 82-83Lion numéro 698 mars 2017 Page 84-85Lion numéro 698 mars 2017 Page 86-87Lion numéro 698 mars 2017 Page 88-89Lion numéro 698 mars 2017 Page 90-91Lion numéro 698 mars 2017 Page 92-93Lion numéro 698 mars 2017 Page 94-95Lion numéro 698 mars 2017 Page 96-97Lion numéro 698 mars 2017 Page 98-99Lion numéro 698 mars 2017 Page 100