Lion n°695 décembre 2016
Lion n°695 décembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°695 de décembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Lions Club International

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : au revoir Jean...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Hommage à Jean Béhar ey Vo- dte Futtzee.14//Lion édition française - N°695, - Questions à Dominique Merlin « Mon hommage au Président International Jean Béhar » Dominique Merlin est certainement l’un de ceux qui disposent le plus de souvenirs liés à l’organisation d’un Forum européen. Il a été l’un de ses confidents pendant tout son parcours. Et il est, surtout, l’un de ceux qui connaissent le mieux son parcours de vie dans le lionnisme. Il était gouverneur pour la Normandie en 1984, président du Conseil des gouverneurs de France, directeur international pour l’Europe en 1990, tu étais de ses proches, ton rôle fut essentiel dans cette ascension, raconte-nous... Pendant son gouvernorat, j’étais son président de zone. Sa priorité a été d’augmenter les effectifs le district étant à un seuil critique. Travailleur méthodique, son plan était basé sur les possibilités de création de clubs dans les zones « oubliées » et les grandes agglomérations ne comprenant souvent qu’un seul club... Pendant son ascension, méthodique elle aussi, tenace, il ne perdait jamais de vue l’objectif malgré les embûches, voire les compétitions. J’ai travaillé avec lui surtout dans ma fonction de commissaire général du Forum européen de Deauville qu’il a présidé. Il a complètement conçu son organisation, aucun détail ne lui échappait, aucun travail ne le rebutait. Ce forum a, je crois, été un tremplin. J’ai effectivement travaillé avec lui quotidiennement au moment de ce forum. Nos bureaux était contigus, je lui avais installé un bureau dans mon agence, sa capacité d’adaptation était telle qu’il lui est même arrivé de recevoir des clients, loin de s’imaginer qu’ils avaient affaire à un éminent radiologue, de surcroît organisateur d’un congrès important... Sa présence discrète dans mon équipe a vite fait l’unanimité. En 1987, il avait salué la suppression de l’obligation d’être de sexe masculin pour adhérer à un club, puis s’était réjoui ensuite de la propagation de la mixité dans les clubs, comment cela a t-il été reçu ? Cette mixité, elle a fait débat. Certains clubs y étant très opposés. Il a respecté cette position, mais a beaucoup soutenu la création de clubs mixtes. propos recueillis par Philippe Colombet Grand serviteur du lionisme, le Normand Jean Béhar a été Président international de notre Association, hommage de ses proches dans son accession à cette inoubliable Présidence internationale... Témoignage ! Acteur de la première JMV (Journée Mondiale de la Vue) organisée à Pékin, il avait été stupéfait devant les files d’attente. Il a été de ceux qui ont développé notre Association en Chine, quel souvenir ce grand pays garde t-il de lui ? Sur la Chine, je n’ai que peu d’informations sauf, bien sûr, qu’il était très heureux d’y voir nos valeurs enfin présentes. Enfin, en une phrase, en quelques mots, en un mot peut-être – puisque nous n’oublierons jamais que son emblème de Président international était le « Q » de qualité repris sur son fanion et sur son pins – qu’aimerais-tu, toi son proche, que l’on retienne de Jean Béhar ? Ce que l’on peut retenir de lui c’est sa détermination, sa force de travail, sa connaissance du lionisme et son attachement à ses valeurs, son réflexe a toujours positiver, sa connaissance des hommes, le respect qu’il inspirait à ceux qui avaient sa confiance, son respect des autres et sa rigueur dans la gestion. Voilà ce qui me vient à l’esprit quand tu me demandes de parler d’un homme que j’ai côtoyé pendant presque quarante ans, que je n’ai jamais vu perdre son calme et toujours suivre sa route. Un jour, il y a bien longtemps sur le chemin du lionisme, j’ai rencontré Jean Béhar, c’était un jour de chance. Je me réjouis souvent de l’influence qu’il a eue sur moi. Il a été pour moi l’un de mes plus grand professeur, de ceux que l’on compte sur les doigts de la main.
Key to-the Fmtuee/D’autres que moi pourraient en témoigner car notre Président international 2000-2001, au long de son aventure Lions, a cultivé l’amitié. J’en vois confirmation dans l’émotion qu’a suscitée son décès partout dans le monde. Beaucoup de ses amis lui sont restés fidèles. Certains lui ont été proches jusqu’à ces derniers temps, auxquels il manifestait lui-même des sentiments d’attachement. Ceux-là forment une communauté dont Jean a tissé les liens par l’engouement que provoquait sa personnalité. J’ai cette chance d’en être et ma tristesse est profonde maintenant qu’il nous a quittés. Je m’associe à la peine de sa nombreuse famille, de Stella son épouse attentive et enthousiaste et de leur descendance. J’ai rencontré pour la première fois Jean Béhar en 1990. C’était à l’occasion de mon recrutement en tant que Secrétaire général du District Multiple 103 France. Il participait avec une dizaine d’autres personnes au premier des trois entretiens de sélection. L’assistance ne m’était pas familière mais je sentis d’emblée que, lui, tenait une place à part dans ce jury qui devait apprécier les candidats. Il avait un charisme particulier, il se dégageait de lui une autorité naturelle. Non que d’autres en fussent dénués mais toutes s’ordonnaient à la sienne. Il exerçait d’évidence un ascendant sur le groupe. Ce premier sentiment à l’égard de celui que j’appellerai dès lors, et pour longtemps, le Docteur Béhar (ce n’est que bien plus tard que j’userai de son prénom, après avoir connu de nombreuses expériences de vie à ses côtés) se confirma très vite lorsque je pris mes fonctions « rue Saint Jacques ». Ce qui me frappa c’était sa très grande disponibilité à l’égard du débutant que j’étais, bien qu’il fût à cette époque directeur international et toujours en exercice professionnel. Il Jean Béhar est décédé, les Lions ont perdu un leader charismatique, J’ai perdu un ami me prodigua une pédagogie lucide, méthodique et sans amphigouri, et de la bienveillance. Tout en manifestant une réelle exigence et l’obligation du succès. Pourquoi ne pas prétendre au meilleur ? C’était un principe chez lui. Le Dr Béhar était un homme intelligent, il avait gardé à mes yeux la tête du bon élève, travailleur infatigable mais dont la réussite semble facile ! Très vite il ne demeura pas pour moi seulement un supérieur hiérarchique, il sut induire des liens plus personnels entre nous. Des liens qui m’amenèrent tout d’abord à assimiler les valeurs et les objectifs du Lions Clubs, à me les approprier. Jean Béhar avait une vision et une expertise de l’Association dans sa dimension mondiale. Il en connaissait les rouages, les hommes, les forces et les faiblesses. Il en envisageait les réussites et en mesurait les risques. Il était convaincu que la qualité de ses membres était la garantie de longévité du Lions Clubs International et sa chance d’évoluer avec la société s’il veut en être un acteur essentiel. Il avait fait de cette Qualité le mot d’ordre exigeant de sa Présidence internationale. Jean avait horreur de ce qui était mesquin, faussement secret, de toute approche malthusienne des problèmes. Il avait une volonté novatrice quant à l’avenir de notre mouvement, confiante dans la jeunesse et dans la vocation culturelle du Lions Clubs. Pour autant il plaçait les actions de service et l’impératif humanitaire au premier plan. par François Leduc Secrétaire général 1991-2009 du DM 103 À ceux qui travaillaient à ses côtés, auxquels il accordait sa confiance – c’était là encore un trait de son caractère – il faisait partager ses intuitions, ses expériences, ses rencontres, son carnet d’adresses, ses espérances. Et en définitive son emploi du temps. C’était passionnant de le suivre dans l’exercice de ses responsabilités, de vivre avec lui la richesse universelle et multiforme de l’engagement Lions. Et cela toujours dans un climat d’amitié. Son sourire accueillant, sa poignée de main franche, son abord facile, son goût pour la relation humaine restent dans la mémoire de ceux qui l’ont fréquenté. Jean aimait l’humain. N’était-il pas médecin ? Jean aimait ses compagnons Lions et au-delà il appréciait les hommes et les femmes de son entourage. Il y était attentif jusqu’à créer un climat familial avec eux. Je ne manque pas de souvenirs attachants à cet égard. Des repas pris ensemble toujours conviviaux auxquels souvent son épouse et la mienne étaient associées, les dîners pris en sa compagnie lors de ses brèves escales d’une nuit à Roissy l’année de sa présidence où il nous racontait à Brigitte, mon épouse, et à moi, et à qui en était, ses voyages, les nuances du lionisme selon les pays qu’il venait de visiter. Je me souviens aussi de sa présence à mon chevet, au plus vite, lors de mes hospitalisations. Simples marques d’une amitié fidèle et discrète. Je pourrais encore évoquer l’humour de Jean, son plaisir de rire. Sa curiosité des technologies nouvelles. Sa simplicité devant les marques d’honneur  : s’il remettait volontiers distinctions et récompenses, il ne pavoisait pas ses revers de celles qu’il recevait. Je pourrais évoquer le père, fier de la réussite de ses enfants, le grand-père et arrière grand-père attendri, l’époux joyeux et aimé. Je pourrais évoquer l’égalité d’humeur dont Jean ne s’est jamais départi lors de nos échanges depuis qu’il était souffrant. Jean s’en est allé discrètement, lucide, fidèle à sa simplicité. Il a conservé autant qu’il l’a pu cette équanimité devant la vie qui lui était propre. Jean s’en est allé et il nous manque énormément. Soyez certain Jean de l’au revoir de vos amis. Lion édition française - N°695//.15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Lion numéro 695 décembre 2016 Page 1Lion numéro 695 décembre 2016 Page 2-3Lion numéro 695 décembre 2016 Page 4-5Lion numéro 695 décembre 2016 Page 6-7Lion numéro 695 décembre 2016 Page 8-9Lion numéro 695 décembre 2016 Page 10-11Lion numéro 695 décembre 2016 Page 12-13Lion numéro 695 décembre 2016 Page 14-15Lion numéro 695 décembre 2016 Page 16-17Lion numéro 695 décembre 2016 Page 18-19Lion numéro 695 décembre 2016 Page 20-21Lion numéro 695 décembre 2016 Page 22-23Lion numéro 695 décembre 2016 Page 24-25Lion numéro 695 décembre 2016 Page 26-27Lion numéro 695 décembre 2016 Page 28-29Lion numéro 695 décembre 2016 Page 30-31Lion numéro 695 décembre 2016 Page 32-33Lion numéro 695 décembre 2016 Page 34-35Lion numéro 695 décembre 2016 Page 36-37Lion numéro 695 décembre 2016 Page 38-39Lion numéro 695 décembre 2016 Page 40-41Lion numéro 695 décembre 2016 Page 42-43Lion numéro 695 décembre 2016 Page 44-45Lion numéro 695 décembre 2016 Page 46-47Lion numéro 695 décembre 2016 Page 48-49Lion numéro 695 décembre 2016 Page 50-51Lion numéro 695 décembre 2016 Page 52-53Lion numéro 695 décembre 2016 Page 54-55Lion numéro 695 décembre 2016 Page 56-57Lion numéro 695 décembre 2016 Page 58-59Lion numéro 695 décembre 2016 Page 60-61Lion numéro 695 décembre 2016 Page 62-63Lion numéro 695 décembre 2016 Page 64-65Lion numéro 695 décembre 2016 Page 66-67Lion numéro 695 décembre 2016 Page 68-69Lion numéro 695 décembre 2016 Page 70-71Lion numéro 695 décembre 2016 Page 72-73Lion numéro 695 décembre 2016 Page 74-75Lion numéro 695 décembre 2016 Page 76-77Lion numéro 695 décembre 2016 Page 78-79Lion numéro 695 décembre 2016 Page 80-81Lion numéro 695 décembre 2016 Page 82-83Lion numéro 695 décembre 2016 Page 84-85Lion numéro 695 décembre 2016 Page 86-87Lion numéro 695 décembre 2016 Page 88-89Lion numéro 695 décembre 2016 Page 90-91Lion numéro 695 décembre 2016 Page 92-93Lion numéro 695 décembre 2016 Page 94-95Lion numéro 695 décembre 2016 Page 96-97Lion numéro 695 décembre 2016 Page 98-99Lion numéro 695 décembre 2016 Page 100